uiopSalut à tou-te-s !

Une quatrième Reclaim the night s’organise à Bruxelles le samedi 11 février 2017, soirée de pleine lune.

La « Reclaim the night » pour celleux qui ne connaissent pas, c’est une marche de nuit féministe (en mixité choisie sans mecs cis*) afin de se réapproprier la rue la nuit contre les violences sexistes.

Nous avons choisi la forme d’une marche aux flambeaux qui se veut porteuse d’un féminisme inclusif, intersectionnel et pro-choix (pour le libre choix en matière d’avortement, du port ou non du hijab, la liberté des travailleuses-rs du sexe).

Pour nous rencontrer et préparer tout ça, des ateliers auront lieu ce jour-là à partir de 13h00 au 123 (Rue Royale n°123 à 1000 Bruxelles).

Il y aura un atelier flambeaux diy, répétition de la chorale féministe, création de slogans et une discussion sur les outils et moyens de s’organiser pendant une manif comme celle-ci.

Nous nous rassemblerons en bas du Mont des Arts (1000 Bruxelles) autour d’un infokiosque à 20h00 et la manif démarrera vers 20h30.

Ensuite nous vous proposons de nous retrouver dans un endroit chaud et cosy (le lieu sera communiqué lors de la marche) pour pouvoir parler de la journée qu’on a passée, échanger, boire du vin chaud ou un petit thé, manger le festin vegan/sans gluten que de courageuses copines se chargent de cuisiner et pour les plus motivé-e-s une boum.

Un sleeping est prévu aussi. Pour que l’organisation soit la meilleure possible, c’est cool si les personnes qui souhaitent y dormir envoient un petit mail (reclaimthenightbruxelles@riseup.net) avec le nombre de personnes et amènent leur sac de couchage.

N’hésitez pas à faire circuler l’info de bouche à oreille, par courriel, tracts, toussa toussa.

Avec toute notre sororité,
Des louves

https://reclaimthenightbruxelles.wordpress.com

*Cigenre : Individu dont le ressenti de l’identité de genre coïncide avec le sexe qu’on lui a assigné à la naissance.

Notre non-mixité est un choix politique, nous ne la négocierons pas.
La marche est accessible aux personnes qui vivent dans leur quotidien l’expérience du sexisme. Nous ne sommes pas contre les hommes cis. Nous luttons contre le sexisme et le Patriarcat pour et par les personnes concernées, notre confort et nos luttes sont plus important-e-s que la curiosité. Et cette lutte n’aurait pas de sens en la présence de membres du groupe dominant que sont les hommes cisgenres.

 

 

unnamedrrryy

———————————-Dimanche 8—————————–

Soirée cyclo-féministe en compagnie de La Velote:

18H: Projections:

Roue Libre de Lisa Mandray: Le collectif Fender Bender naît à Détroit en 2010 quand un groupe meufs/queer/trans passionné de vélo décide d’utiliser la mobilité durable comme moteur d’émancipation.

Ovarian Psychos de Joanna Sokolowski et Kate Trumbull-Lavalle (teaser du documentaire): Un collectif de latinas de Los-Angeles organise des Luna Rides. Une fois par mois, armées de leurs vélos, elles parcourent les rues de L.A. dominées par les hommes, les riches, les blanc.he.s, les moteurs…

et d’autres courts! sélection en cours!

19H: Discussion et table d’hôte:

Présentation des formations La Velote (mécanique vélo en mixité choisie, meufs, gouines trans) et discussion autour du vélo comme outil de lutte féministe.

Prochaines sessions de formation La Velote les 15 et 22 Janvier: https://bxl.indymedia.org/spip.php?article12848

———————————-Dimanche 29—————————-—-

Permanence coiffure:

Dès 14H! Coupes, colorations, tirage de carte et autres surprises. Toujours à prix libre. Viens avec tes cheveux et sans ton chien!

Tes cheveux ne peuvent pas attendre le 29 Janvier, ne t’inquiète pas! Nous serons au Barlok (54 avenue du port) le 31 Décembre, dès 19H, pour pumper tes hair! La Sale Coiff’ mobile à votre service!

 

Nous sommes quelques filles, adeptes du vélo, et qui organisons une formation non mixte (pour les nanas) sur la réparation vélo.

Au programme : deux journées de formation.
Le programme est en cours d’élaboration mais l’idée est que nous passions en revue au maximum des composantes de notre petite reine, des réparations simples aux plus complexes.

Pour qui : Tout niveaux confondus, tant que tu es motivée pour apprendre.

Pourquoi la non-⁠mixité ?
Nous nous sommes souvent vues retirer les outils des mains par des mecs lors d’ateliers divers et cela, en plus de générer de la frustration, est souvent un frein à l’apprentissage. Et au delà de ça, nous nous rendons compte que nous avons plus de mal à nous sentir légitime ou à être prises au sérieux quand il s’agit de mécanique dès qu’un mec n’est pas loin. Nous ne remettons pas en question la bonne volonté de certains, mais les faits sont là, et nous avons envie pour une fois de nous renforcer entre nous avant de pouvoir assumer nos compétences dans un milieu mixte.
Nous croyons aussi que le vélo est l’avenir de la bagnole, et qu’il n’est pas très compliqué d’en maîtriser la mécanique.
Petit texte sur la non-mixité : http://lmsi.net/La-non-mixite-une-necessite

L’idée est vraiment que nous puissions être plus indépendantes dans nos réparations, pour aider les potes, et éventuellement sur le long terme pour organiser d’autres ateliers vélos…

Pratiquement :
Les 14 ET 15 NOVEMBRE, de 10 à 18h à Papa Douala, avenue Adolphe Demeur 12, 1060 St Gilles
Prix libre. Apportez un petit truc à manger pour le midi.
Venez avec un vélo pour les exercices pratiques.

Attention, il ne s’agit pas d’un atelier vélo ou chacune viendrait faire sa petite réparation pendant une heure, même si on peut bien entendu profiter de l’atelier pour réparer son vélo, pour autant que cela ne prenne pas le pas sur la formation.
Si vous ne pouvez assister qu’à un seul jour ce n’est pas exclu, mais vous ne passerez pas tout le vélo en revue.
A vous de voir, donc.

(Si les jours proposés ne vous conviennent pas, écrivez nous un message, nous envisageons d’organiser d’autres séances, peut-être deux dimanche d’affilée pour celles qui travaillent en semaine)

Inscriptions et questions :
lavelote (at) riseup.net

Quelques liens :

https://reporterre.net/Les-ateliers-velo-antisexistes-roulent-de-mieux-en-mieux
http://www.slate.fr/story/104509/velo-outil-emancipation-femmes
http://www.konbini.com/fr/entertainment-2/la-rencontre-des-ovarian-psycos-brigade-feministe-velo-de-la/

 
logo

Qui sommes-nous?

Un groupe qui met en relation des personnes et des collectifs (étudiant.e.s, habitant.e.s, associations locales, … ) attentif à la déconstruction des stéréotypes liés aux genres et sexualités, et de manière générale à toutes discriminations, au respect des diversités, à la réappropriation de nos corps, nos paroles, nos identités comme outils d’émancipation individuelle et collective.

Nous rencontrer

Permanence tous les mardis de 12h30 à 14h (et plus si affinités) à la Maison de Jeunes de LLN Chez Zelle – 3 voie des Hennuyers
Réunion ouverte à tou.te.s le dernier mardi du mois à 12h45

Rejoignez-nous pour proposer et préparer des actions collectives, participer aux projets en cours, partager des infos, poser des questions, …
Pendant les permanences, la bibliothèque de Zelle est ouverte. Livres et fanzines peuvent aussi servir de support à nos échanges et discussions.

BIENVENUE à TOU.TE.S!

 

---2016-09-08---2016-09-08---1c73b6fa4

14068343_1060438860739019_1706571400512099683_o

14068128_902280649877922_2797371880667616728_n

 

rtnb-263cb

 

13244729_1614586048861181_4223445793738670992_n13237777_1614586055527847_5531710581911402872_n

 

13237643_498196457051234_7353909802626805620_n

Chroniques Mutantes. Emission queer, riot grrrlz, transpédégouine, anarchiste, punk et féministe sur Radio Panik (105.4 FM), le samedi de 18h à 19h.

 
Un festival né du constat que, bien que les questions de genres et de sexualités puissent être abordées de manière informelle à Bruxelles, elles peinent à émerger comme réel(le)s dynamiques/enjeux de lutte. Étant nombreux et nombreuses à en être frustré-e-s, nous avons pensé qu’au lieu de râler dans notre coin, il était temps d’imaginer un moyen de répondre frontalement à ce manque. Ce festival est donc l’occasion d’ouvrir un espace collectif pour approfondir des réflexions, des tentatives de déconstruction et de dépassement des identités. Car les identités nous étouffent et brisent notre imaginaire, mais ne parler que d’un dépassement total de ces réalités a tendance à les invisibiliser. Comment donc les prendre en considération, sans pour autant les revendiquer comme quelque chose à défendre ?
Nous ne sommes pas intéressé.e.s par une société, qu’elle se dise progressiste ou non, qui ne nous autorise que des désirs un peu moins bridés. Les universitaires et institutions en tout genre s’emparent de ces questions en les intégrant à ce monde puant de domination. Il nous paraît donc nécessaire d’ouvrir des espaces autonomes et auto-organisés pour envisager les genres et les sexualités comme des questions subversives. Aller à corps perdu dans le sens du renversement du pouvoir sous toutes ses formes, qu’il soit celui de l’état ou des institutions, celui qu’on retrouve dans les relations interpersonnelles et collectives ou celui qui régit nos vies par ses normes et ses valeurs.
Il paraît presque impossible dans ce monde d’imaginer des relations exemptes de toute forme de pouvoir. Cependant, il est possible de chercher, de construire, de proposer des outils pour nous renforcer. Pour certaines discussions et certains ateliers nous avons choisi d’expérimenter des espaces entre personnes concernées par des mêmes oppressions. Ils ne sont pas envisagés comme des moments d’exclusion, ni comme des moments où affirmer ou se renfermer dans des identités. Ces espaces sont plutôt envisagés comme des moments de rupture avec le quotidien. Ils créent l’occasion de partir de certaines réalités vécues et partagées pour se rencontrer, briser l’isolement, échanger, ou juste passer du bon temps. En espérant que cela puisse nous permettre de trouver un peu d’air dans un quotidien toujours plus asphyxiant.
Ce festival se veut aussi être un moment pour se questionner sur les multiples rapports de pouvoir (racisme, sexisme, homophobie, ou ceux qui n’ont pas de nom…), nous aimerions donc que toutes les personnes présentes soient attentives à ne pas reproduire ou laisser se reproduire des dominations. Certains comportements ne seront pas admis.
Ce festival n’est pas ouvert aux petit.e.s politicien.ne.s, aux universitaires carriéristes, aux chef-fe-s de tous bords.
On en jouit d’avance… !

https://lurticaire.wordpress.com/

Affiches du festival

Affiches du festival

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha