dg

C’est dur, c’est gay – c’est  DURES & GAYS !

On va enfin pouvoir écouter du punk-en-francé avec des textes drôles, radicaux et émouvants, de la zik qui patate bien comme il faut pas, du synthé romantique, de la moiteur toulousaine, des faux cils et des bananes…

Bref, mille et un parfums que vous pouvez télécharger là – http://gurdulu.org/duresetgays.htm

C’est l’enregistrement de leur ultime concert à l’automne dernier, poignant témoignage de la victoire totale des punks sodomites sur leurs ennemis tristes et mous.

Dispo en beau CD digisleeve avec un livret 12 pages auprès de D&G – DURESETGAYS@GMX.FR

 

13244729_1614586048861181_4223445793738670992_n13237777_1614586055527847_5531710581911402872_n

 

13237643_498196457051234_7353909802626805620_n

Chroniques Mutantes. Emission queer, riot grrrlz, transpédégouine, anarchiste, punk et féministe sur Radio Panik (105.4 FM), le samedi de 18h à 19h.

 
Un festival né du constat que, bien que les questions de genres et de sexualités puissent être abordées de manière informelle à Bruxelles, elles peinent à émerger comme réel(le)s dynamiques/enjeux de lutte. Étant nombreux et nombreuses à en être frustré-e-s, nous avons pensé qu’au lieu de râler dans notre coin, il était temps d’imaginer un moyen de répondre frontalement à ce manque. Ce festival est donc l’occasion d’ouvrir un espace collectif pour approfondir des réflexions, des tentatives de déconstruction et de dépassement des identités. Car les identités nous étouffent et brisent notre imaginaire, mais ne parler que d’un dépassement total de ces réalités a tendance à les invisibiliser. Comment donc les prendre en considération, sans pour autant les revendiquer comme quelque chose à défendre ?
Nous ne sommes pas intéressé.e.s par une société, qu’elle se dise progressiste ou non, qui ne nous autorise que des désirs un peu moins bridés. Les universitaires et institutions en tout genre s’emparent de ces questions en les intégrant à ce monde puant de domination. Il nous paraît donc nécessaire d’ouvrir des espaces autonomes et auto-organisés pour envisager les genres et les sexualités comme des questions subversives. Aller à corps perdu dans le sens du renversement du pouvoir sous toutes ses formes, qu’il soit celui de l’état ou des institutions, celui qu’on retrouve dans les relations interpersonnelles et collectives ou celui qui régit nos vies par ses normes et ses valeurs.
Il paraît presque impossible dans ce monde d’imaginer des relations exemptes de toute forme de pouvoir. Cependant, il est possible de chercher, de construire, de proposer des outils pour nous renforcer. Pour certaines discussions et certains ateliers nous avons choisi d’expérimenter des espaces entre personnes concernées par des mêmes oppressions. Ils ne sont pas envisagés comme des moments d’exclusion, ni comme des moments où affirmer ou se renfermer dans des identités. Ces espaces sont plutôt envisagés comme des moments de rupture avec le quotidien. Ils créent l’occasion de partir de certaines réalités vécues et partagées pour se rencontrer, briser l’isolement, échanger, ou juste passer du bon temps. En espérant que cela puisse nous permettre de trouver un peu d’air dans un quotidien toujours plus asphyxiant.
Ce festival se veut aussi être un moment pour se questionner sur les multiples rapports de pouvoir (racisme, sexisme, homophobie, ou ceux qui n’ont pas de nom…), nous aimerions donc que toutes les personnes présentes soient attentives à ne pas reproduire ou laisser se reproduire des dominations. Certains comportements ne seront pas admis.
Ce festival n’est pas ouvert aux petit.e.s politicien.ne.s, aux universitaires carriéristes, aux chef-fe-s de tous bords.
On en jouit d’avance… !

https://lurticaire.wordpress.com/

Affiches du festival

Affiches du festival

 
 

10336690_1076278525757047_184369412734348852_n

 
index
Le patriarcat est partout, dans l’espace public, au sein de la famille, dans les institutions, sur les lieux de travail, dans les soirées, les bars etc.
Le patriarcat est violent, il nous discrimine, il nous menace, parfois nous agresse, il nous opprime.
Il essaye de nous cloisonner dès la naissance dans des rôles sociaux inférieurs aux mecs hétéro-cisgenres, qu’on soit trans, gouine, meuf, intersexe ou pédé.
Face à cette réalité, nous ressentons le besoin de nous retrouver dans un espace non mixte, où nous pouvons nous exprimer, échanger sur nos vécus, nos envies et créer ensemble une dynamique de groupe qui nous renforce individuellement et collectivement.
Si tu te sens concernéE, viens boire un coup à la Siroterie !

PS :  la première c’est ce samedi 2/04

 

12523067_10153828768029250_3230230784405717421_n

***APPEL À PARTICIPATION ET À LA CRÉATION DE PINK BLOCS POUR LA MANIFESTATION DU 30 JANVIER*** :

Nous, féministes et LGBTIQ, appelons à la tenue de pink blocs ouverts à tou.te.s lors des manifestations contre l’état d’urgence, la guerre et le racisme.
Nos mobilisations sont étouffées comme les autres. Mais pour nous comme pour d’autres populations, pour nous femmes et LGBTIQ, l’accès à la rue, à la visibilité, à la parole publique, représente une lutte en soi.
Nous combattons les mesures sécuritaires et répressives avec et au sein de l’ensemble du mouvement social.
Nous refusons de servir de caution aux politiques racistes, impérialistes, islamophobes et xénophobes.
Nous n’oublions pas que nos droits sont toujours attaqués et repoussés, et qu’alors que l’argent coule à flots pour la police et l’armée, la santé subit des coupes drastiques.
Notre colère et notre solidarité sont nos forces. Nos pink blocs en seront le signe visible et l’espace collectif.
#PINKBLOC30JANVIER

Un tract sera téléchargeable très rapidement.
Pour la manifestation parisienne, un atelier de préparation aura lieu à la Mutinerie, le lundi 25 à 18h

 

nightmareParty

 

versopanikrectopanik

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha