shiftcore-affiche1

** À TOUteS LES **

Bull dykes, butchs, drags queens et kings, traveloTEs, fems, queers, genderfuckers, intersexEs, divas, pédales multifonctions, embrayages, gouinasses et goudous choues, trans pailletéEs, transpalettes, lesbiennes maçonnes au franc parlé, homos à gogo, gogos à homos, high fems cyniques, baby butch torturées, genréEs à l’envers, pédés à moteur et à vapeur, chiennes à punkettes intergalactiques, camioneuses à barbe ou bien épilée, hommasses et femmelettes, garçons loupéEs, folles, bears, tapettes à mousse, tatanarchistes, pansexuelLEs, ftms, mtfs, xxx, monstres dégénéréEs, vulgarienNEs et autres transpédégouines (la liste n’est pas exhaustive)

** NOUS VOUS CONVIONS À **

\\ SHIFTCORE //

C’est un événement sur une semaine qui met en place de façon autogérée un environnement de travail pour se former et produire seulE ou en équipe des sons et des vidéos. C’est un moment de partage d’outils, de savoirs techniques et d’entraide à la réalisation concrète des idées de production audiovisuelles.

C’est une semaine de partage, d’ateliers, de création, de rencontres, de retrouvailles tendres et sauvages, pour raconter nos histoires, subtiliser les définitions, s’emparer des discours. Pour tordre et décoloniser nos images et nos imaginaires en dehors de l’hétéromorne. Pour croiser et garnir nos pratiques et nos clefs usb.

*** la première rencontre se déroulera du 17 au 24 Juin dans l’accueillante cuvette transgénique grenobloise ***

On cherche des gens pour :
proposer des ateliers, organiser des évènements en soutien, des soirées pendant la rencontre, apporter et/ou prêter du matériel, faciliter les discussions, accueillir les participantEs, partager ses savoirs, ses outils et ses techniques, expérimenter, venir avec sa folie, ses idées néfastes et raducul, diffuser la décadence, bidouiller, filmer, gratter de la pellicule, cuisiner, écrire des histoires, ouvrir des machines (hardware hacking bébé), s’approprier des outils informatiques, faire des install party linux, se former sur des logiciels libres, créer des décors, développer de la pellicule (super8), tourner avec les équipes de récup, fabriquer des costumes cadavres exquis, descendre les poubelles avant de les tuer, monter une expo, des ateliers, des jeux, des courts-métrages, docus, clips, faire des boucles de VJing pour les mixer, des sons, de la post-porn, des slasher movies, romans-photos, dessins, animation, performances, …

Vous pouvez venir avec vos images, vos projets, vos idées et votre matos si vous en avez!

—> pour participer : contact@shiftcore.org
—> plus d’info ici : http://www.shiftcore.org

shiftcore-affiche2

 

BODY HACKING
GREVE DANS LA FABRIQUE DES CORPS

Le projet Body Hacking (2011/2013) est un objet évolutif sédimenté par une histoire productive et émancipatrice co-construite depuis 2003 entre l’association Emmetrop et la philosophe activiste Béatriz Préciado. Un compagnonnage déterminant qui a généré de multiples événements et productions emblématiques au niveau national des subcultures Queer, féministes, trans et post porno (séminaires, conférences, work shop, expositions, performance, projection films, débats,…)

Body Hacking a pour objectif d’explorer les pratiques artistiques et micropolitiques de critique et de production du corps qui apparaissent dans le contexte de la transition au néolibéralisme à partir des années 80. Plusieurs théoriciens, activistes et artistes seront invités à élaborer ensemble une archéologie des langages, des représentations et des pratiques d’accès aux technologies de production du corps, remettant en question les définitions traditionnelles de santé/maladie, masculinité/féminité, hétérosexualité/homosexualité, intersexualité/transsexualité, validité/handicap.

Le projet Body Hacking cherche à ouvrir un espace de rencontre, d’interlocution, de production de discours et visibilité entre artistes et activistes issus de différents mouvements de luttes contre-biopolitiques (féministes, queer, transgenre, transsexuels, lutte des handicapés, ACT UP et lutte du VIH, mouvements d’actions autour du cancer, écologie critique, …), qui font appel à de multiples stratégies d’action (performance, écriture, musique, théâtre et danse, photographie, vidéo, installation, détournement des techniques du corps, etc.). Face à la normalisation des politiques identitaires et de la réduction des politiques de représentations des minorités à leur spectacularisation médiatique, ce projet a pour vocation de créer un espace ouvert aux politiques d’expérimentation et de réappropriation des technologies du corps.
Comme les hackers grippent les circuits cybernétiques, les body hackers interviennent dans la production, la distribution et les usages des technologies de production du corps.
Le projet se déploie autour de plusieurs modules et temporalités qui se succèdent et s’entrecroisent : un processus curatorial et de recherche qui trouvera une visibilité publique à trois reprises, novembre 2011, 4ème trimestre 2012 et 4ème trimestre 2013.
Body Hacking proposera des cycles d’ateliers de territoire, d’expositions/dispositifs, de production et de présentation de performances et autres formes d’engagement du corps, de projections film, de soirées spectacles, de conférences, de séminaires, d’interventions spécifiques dans les espaces sociaux et urbain, d’élaboration de ressources et d’éditions.

 

 

 

===

DONC

===

GENDER LAB
politiques drag et résistance performative

Le deuxième volet de BODY HACKING met en jeu les politiques performatives du genre, les cultures Queen, King, Camp et Trans, comme des lieux à partir desquels développer un ensemble de pratiques de recherche, de critique et de création.

GENDER LAB est un projet de « recherche activiste » qui privilégie les ateliers et les séminaires en tant qu’espaces de création performatifs et de production de savoirs collectifs. Pas d’expo ni de Festival, GENDER LAB est constitué de pratiques, d’ateliers, de rencontres, de séminaires et de fêtes. Ce déplacement tend à renverser les relations traditionnelles entre théorie et pratique, entre esthétique et politique, mais aussi entre politiques de représentation et politiques d’expérimentation.

Ce projet part d’une réflexion sur les catégories de sexe et de genre, leur rapport avec la construction et l’analyse du corps performatif. Les pratiques performatives féministes, camp et queer dans leurs différentes déclinaisons -politiques, esthétiques et théoriques- nous serviront de fil conducteur à partir duquel nous mettrons en place un processus de recherche performatif.

GENDER LAB se déploie en deux temps : une première séance autour des ateliers du genre -avec de performances, conférences et ciné-forums- en Novembre-Décembre 2012 ; et une deuxième séance autour d’un séminaire théorique en Mars 2013.

Avec Mark Tompkins, Lazlo Pearlman, Diane Torr, Catherine Corringer, Patrick Vidal, Zoé Forget, collectif Gouine comme un camion versus Bambaataa

 

PLUS d’infos sur http://bodyhacking.fr/presentation-gender-lab-2

 

 

 

*Femme à barbe, homme-chien cyclope, hydre, siamois, hydrocéphale,
géantE… Venez voir nos monstres et curiosités humaines ! Entrez voir
l’enfant sans os ou la tortue humaine ! Ou peut-être pensez-vous pouvoir
prendre place sur l’estrade… *

C’est une évidence de dire que nous vivons une époque où l’apparence occupe
une place importante dans nos vies. Il faut être conforme, originalE, mais
dans tous les cas, esthétiquement agréables à regarder. Enfin, c’est mieux.
Pour avoir des amours, un travail, être payéE correctement, être traitéE
correctement…

Des solutions nous sont offertes aujourd’hui pour maîtriser, éviter,
soigner la monstruosité humaine et pourtant… Qui sont les monstres
d’aujourd’hui ? Si une personne (ou plusieurs) décidai(en)t d’exposer
quelques spécimens dans des baraques pour gagner de l’argent, animer le
samedi soir des « autres »… qui serait dans les baraques ? Qui paierait
pour y entrer ?

Femme à barbe, homme-chien, cyclope, hydre, siamois, hydrocéphale,
géantE… Qui seraient ces monstres ?

Et que seraient-ils ? Des erreurs de la nature, des êtres d’exception, le
résultat d’une relation zoophile ou les conséquences d’un cauchemar de
femme enceinte ? La résurgence de la bête dans l’humain ?
Seraient-ils/elles des menaces ou des fardeaux ?

Trop de bras, pas de jambes, pas assez grands, trop de poils, trop de
chair, pas assez de peau… déséquilibres vivants, les monstres sont ce que
les « autres » ne veulent pas être, car du déséquilibre au désordre, il n’y
a qu’un pas, que sans jambes, on peut tout de même faire.

Sur ce principe d’une foire aux monstres, vous êtes donc invitéEs à
proposer une nouvelle sur ce thème, mais attention ! Vous faites partie
d’une troupe qui donne un spectacle, il y a donc des règles et une mise en
scène :

Dans chaque nouvelle, un numéro (simple exhibition ou démonstration des
capacités) doit avoir lieu. Le personnage du monstre doit se trouver dans
la baraque de la foire à un moment de l’histoire. Il peut s’agir d’un
souvenir, d’une vision de l’avenir ou d’un événement présent, qu’importe,
tant que le texte présente, d’une manière ou d’une autre, le numéro du
monstre.

Chaque lectrice/lecteur, en tournant les pages, entrera dans chaque baraque
et découvrira chaque fois un texte.

Pour le reste, longueur de la nouvelle, contexte historique, aucune
consigne n’est imposée.

Si vous choisissez de parler de plusieurs monstres, il faut qu’ils/elles
présentent des caractéristiques leur permettant d’être associéEs dans un
seul numéro (pour les besoins de la mise en scène, toujours).
Les nouvelles retenues figureront ensuite dans un recueil illustré.

*La date limite de rendu des textes est fixée au 29 février 2012.*

*Envoyez vos nouvelles à petroleuseonline@gmail.com *

CertainEs d’entre vous ont participé au recueil « Pendant que vous
dormez », galerie de zombies femelles enragées ou plus mortes que vives,
d’autres découvriront à l’occasion de cet appel à textes le résultat de
toute cette énergie collective ici : http://pendantquevousdormez.jimdo.com/

« La Foire aux monstres » n’aura sans doute pas exactement la même forme,
mais le principe sera le même : un livre, des nouvelles, des illustrations
et des surprises !

*Venez toutes et tous à la foire aux monstres ! Spectatrices, spectateurs,
monstres ou bateleurs, narratrices ou narrateurs, rejoignez la
« monstrueuse parade » !*

(Merci de diffuser cet appel à textes – Merci de diffuser cet appel à
textes)

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha