14, 15, 16 mars 2014 – Brass – Prix libre // Donation
Débats / Concerts / Ateliers / Performances / Expo

Pour sa deuxième édition, le Ladyfest Brussels prendra ses quartiers les 14, 15 et 16 mars au BRASS, afin de mettre en avant les artistes femmes et les questions de représentation
et de genre.

Ladyfest Brussels comes back : 3 days of concert, workshop, performance art, happiness, fun and 15 days of exhibitions !!!!

Voici le programme ! Here is the program !

VEND-FRID 14/03

18:00 : Opening Drink

19:30+21:15 : PERFORMANCE
::De Pottenfabriek ::

De Pottenfabriek est un groupe d’artistes basé à Utrecht qui mélange le son d’un violoncelle et d’un ukulele à des performances queer. Le collectif explore les frontières de la masculinité et de la féminité en jouant avec la sexualité BDSM.Au Ladyfest Bruxelles 2014, elles offriront un spectacle en deux parties : ‘I’m your Man’ et ‘The Tango Entangled’ et vous emmèneront dans un voyage dans le temps qui évoque les vies et les amours de stone butches et de femmes fatales.

20:00 : FILM ::Angel ::

La carrière artistique de Gee Vaucher débuta en 1977, avec le groupe anarcho-punk Crass dont elle assurait la direction artistique. Ses oeuvres, collages, films et peintures, s’inscrivaient parfaitement dans l’idée de protestart et aussi bien sûr dans l’univers du groupe, propageant avec humour, cynisme et surréalisme leurs idées anarchistes féministes et pacifistes.L’artiste nous offre en primeur pour la Belgique son film Angel. Conçu au départ comme le portrait d’une jeune fille sur le point de sortir de l’école, le film semble cependant exprimer autre chose : les peurs et les joies d’être une enfant. Le film a fait sensation au Raindance Film Festival en 2012.

À partir de 22:00 : CONCERTS ::Baby Fire ::

Baby Fire, c’est deux femmes, une guitare, une batterie et une voix. Du rock parfois calme, souvent énervé mais toujours mélodique. On y trouve en alternance force et fragilité, noirceur et lumière. Leur 2ème album, The Red Robe, a été enregistré et produit par Tony Barber (The Buzzcocks…). Sa sortie est prévue au printemps 2014.>> https://soundcloud.com/baby-fire-1
::Le Parody :: Le Parody est le projet musical de Sole Parody, musicienne basée à Madrid, dont le sang coule entre l’Italie et l’andalousie. Sa musique bat au rythme de l’impossible et éthérée combinaison d’electro-glitch, de pop et de folk.>> http://leparody.bandcamp.com/
::Empty Taxi ::Empty taxi est un projet de musique électronique/acoustique créé cet avril 2013 à Bruxelles. Avec un passage en tant que batteuse dans le milieu Jazz, Zoë a échangé ses baguettes contre des machines de production musicale.Moteur ronronnant, l’univers d’Empty Taxi invite au songe et au voyage.>> https://soundcloud.com/emptytaxi

SA 15/03

15:30-19:30 : WORKSHOP sérigraphie/Pochoirs/Badges
16:00-18:00 : WORKSHOP Activisme Préparons une action féministe à Bruxelles !
18:00 – 19:30 : FILMS (to be annonced)
19:45 : Conte ::Les Causeuses ::

Comment entrer une bûche dans la coquinette du papillon ? Trois personnalités échangent sur leurs parcours érotiques. Trois conteuses se livrent et l’envie de mêler les contes aux souvenirsémerge. Les contes imagent leurs identités plurielles et abordent les attitudes qu’elles provoquent : le primaire, la maladresse, le monstrueux, la folie, la peur, les pulsions. Les émotions s’expriment à travers une série d’archétypes tels que la princesse, le sage ou le sauvage. Parler d’érotisme sans être obligé d’être sexy dans une mise à nu sincère et joyeuse.>> www.lescauseuses.com

À partir de 21:00 : CONCERTS
::Luise Pop ::

Luise Pop, quatuor indie originaire de Vienne (At), signé sur label Siluh records, aime ecrire des textes poétiques qui évoquent la complexité des relations humaines. Elles créent un univers musical onirique et inspiré : comme si The Drums, Le Tigre, Patti Smith et New orders se réunissaient pour une sérénade de minuit.>> www.luisepop.com

::Sleazy Inc. Operated ::
Sleazy inc. Operated, c’est un trio de filles basé à Liepzig. Une énergie rebelle se dégage de leur musique dynamique entre riot Grrrl punk et indie rock.>> sleazyincoperated.bandcamp.com

::Trash Kit ::Rachel, Ros et Rachel nous viennent tout droit de Londres. Ce trio crée un son très personnel, à la fois urbain et primitif, porté par le punk et de lointains accents folk. Depuis 2009, elles illuminent l’underground britannique avec leurs guitares mélodiques, leurs performances brutes et leurs rythmes du feu de dieu. Shake your booty !>> https://soundcloud.com/r4ggs

::MC Mustaj ::MC Mustaj, basée à Amsterdam, pratique un Hip Hop expérimental mélangé à du Ragga Boombastic. FrissonsTechno Queer garantis ! >> http://www.groteprijsvan.nl/deelnemer/mc-mustaj/

DIM-SUN 16/03

15:30-19:00 : WORKSHOP sérigraphie/Pochoirs/Badges
14:30 : FILMS
16:00 : Théâtre action

Dans le cadre de l’atelier théâtre action, un groupe d’amateurs et de professionnels s’est réuni pour soulever différentes situations d’inégalités entre hommes et femmes. Lors de cette représentation, nous vous soumettrons les situations critiques qui ont émergé de nos réflexions et de nos improvisations. Ces saynètes soulèveront des problématiques sans en donner de solutions, ce sera au public de reprendre en mains nos interrogations et d’y apporter ou non des débuts de solutions. Rejoignez-nous pour mettre votre grain sable au spectacle-débat ! »

17:00 : DEBAT : La violence faite aux femmes, par Lara Lalman du CEFA>> http://www.asblcefa.be/

18:30 : Chant à capella ::Gavur Gelinler ::Gavur gelinler, projet musical, est né en 2005 à l’initiative de Sibel Dinçer. Son but était de réunir des voix féminines autour de la pratique du chant polyphonique dans un cadre multiculturel. Le choix du nom du groupe marque leur refus de la iscrimination. C’est un appel à accueillir avec amour et musique, ceux (celles) qui sont différents par leurs cultures, langues et croyances.
>> gavur.zeblog.com

19:15 : THEATREun spectacle de et avec Karine Jurquet, Mélanie Rullier, Inbal Yalon et Natalie YalonHistoire ludique et détaillée du clitoris L’histoire ludique et détaillée du clitoris est une conférence gesticulée à la fois sérieuse et loufoque sur l’histoire du clitoris à travers les âges. Le clitoris étant exclusivement dédié au plaisir, cette conférence offre surtout l’occasion au trio de comédiennes qui la délivrent de témoigner et de rendre hommage à la force jubilatoire féminine, tout en donnant des informations objectives et détaillées sur un sujet méconnu bien qu’emblématique de la féminité.

À partir de 20:30 : CONCERTS
::Nebulista ::Nebulista est le projet au piano de Marcia Deville, musicienne/compositrice (autodidacte par choix) qui commenca la musique en solo, en 1978, avec la guitare folk et ajouta, par la suite, la basse électrique en jouant dans des groupes en 1987.Ce n’est seulement que depuis 2009 qu’elle s’est mise à jouer de facon régulière au piano et à développer une approche “classique” de son jeu. Après 2 ans, elle a décidé de se lancer en enregistrant sa musique… Ceci est juste le début de l’aventure au piano… mais toujours dans la continuité de ses activités musicales.>> https://soundcloud.com/nebulista

::Milky Mee ::Émilie Hanak se cache derrière Milky Mee, une artiste française qui évolue sans cesse. Il y a quelques années, elle a trouvé refuge sur une petite île au large des côtes suédoises.En 2006, Milky Mee a sorti un discret premier album « Songs for Herr Nicke » sur le label Tsunami-Addiction. Après plusieurs années passées à écrire, tel un anachorète, elle est de retour en France. Son deuxième album, « For all the Ladies in the Place, With Style and Grace », nommé ainsi d’après un morceau de Notorious B.I.G, est dédié à sa mère ; à la poétesse américaine Valérie Solanas ; la fille d’à côté ; sa première amie d’enfance Nathalie Brown ; sa petite amie ; Lilo et toutes les femmes qu’elle aime ou qu’elle déteste.www.milkymee.com

::Panda Royal ::Panda Royal est un duo électro franco- belge créé fin 2011. Il se nourrit de samples de tous horizons, joués en live à l’aide de machines telles que des samplers-séquenceurs, drum-pads, clavier, ponctués ou soutenus par les 2 voix des musiciennes du groupe.Il en ressort aussi bien des chansons pour tendre l’oreille, que des morceaux instrumentaux pour danser. Son style se base sur l’éclectisme, ainsi Panda Royal peut également faire danser les néophytes en matière de musique électronique, car sa musique est joyeuse, rythmée et évolutive.Bien que récent, le groupe a déjà fait ses preuves dans différents festivals et soirées, en France, en Belgique et en Allemagne, avec des publics très divers. >> soundcloud.com/panda-royal/

 

ACTA a été refusée par le parlement européen cet été. Mais plusieurs accords préparent la même chose : TAFTA et CETA

 

Ca fait genre

sur : Bienvenue chez Fab

politique,société,anarchisme,vie,genre,sexualité,lgbt,lgbtiqfa,homosexualité,féminisme,lutte

Deux mecs qui discutent lors d’un atelier anarchiste :

– Dis, t’as vu y’a une réunion de féministes … Tu sais des anarcha-féministes. Et ben tu sais quoi, elles veulent que la réunion se tienne en « non mixité meufs, gouines, trans » et du coup elles demandent que les mecs cisgenres ne soient pas là. J’c’comprends pas …

– Ben tu sais, cisgenre, c’est que tu te reconnais dans ton sexe biologique, en gros, un mec qui a un pénis et se considère comme un mec, c’est un cisgenre.

– Ouais mais alors un mec qui se sent femme …

– Ben elle a le droit d’aller à la réunion.

– Il a le droit !

– Non, elle a le droit : son genre prime, donc elle !

– Ok, c’est compliqué. Mais je ne comprends réellement pas, on est tous des humains, merde, et moi je suis féministe. Je ne comprends pas pourquoi je ne pourrais pas aller à cette réunion !

– Bon, je vais prendre un exemple. Tu connais Angela Davis ?

– Ben ouais ! Quelle nana celle-là !

– Bon, tu sais ce qu’elle a fait pour « l’empowerment » et pour la lutte noire aux USA ?

– Ben ouais, mais je ne vois pas le rapport.

– J’y viens : Les Black Panthers avaient fixé une règle de non mixité pour certaines de leurs réunions. Ainsi, seuls les gens ayant du sang noir pouvaient venir. Ce n’était pas à toutes les réunions, mais c’était pour celle concernant en particulier l’oppression subie par les noirs du fait des blancs.

– Ouais et ben je vois, mais je ne comprends toujours pas le rapport…

– T’es sûr ?

– Ben quoi, là les noirs étaient oppressés par les blancs mais dans le cas … Ha merde je viens de comprendre ! Ben ouais les non mec cisgenre sont oppressés par les mecs cisgenres !

– Ben ouais, voilà ! Et certes toi t’es peut être pas machistes et masculiniste, mais dans ces réunions, le temps passé à entendre « moi je ne suis pas comme les autres », c’est autant de temps perdu. Et puis, y’a aussi le fait que même si ce n’est pas ton cas selon toi, tu représentes les dominants, de par ton appartenance sexuelle, de sexualité et de genre. Du coup, c’est un peu comme dans une réunion de syndicat, tu n’invites pas le patron.

– Ouais ok je vois. Mais bon ça me fait un peu l’impression d’un rejet.

– Ben ce n’est pas à toute les réunions, t’es pas face à des misandres, mais pour parler de problèmes concrets, et parler ensemble, se remonter le moral parfois, mais aussi construire une autre société, les « opprimées » (note les guillemets, je fais un raccourci) doivent pouvoir parler entre elles. Et là c’est juste ce qui se passe : une réunion en non mixité c’est la mise en place d’outils de lutte spécifiques, sans interventions parasites de représentant des dominants. Sans présumer de la suite.

– Mais attends, on est des anarchistes, donc on n’est pas pour l’oppression ! On ne la pratique pas !

– Là tu n’es pas honnête : regarde nos compagnons, combien sont réellement sur un pied d’égalité avec leurs compagnes ? La plupart d’en eux se placent naturellement au-dessus ! Aux femmes la prise de notes dans les réunions, la mise en place du repas, la cuisine et la vaisselle, et à ces messieurs les débats de fond, les empoignades et la parole tout simplement !

– Ouais t’as pas totalement tord… T’as même raison …

– Sans parler de « voici MA femme » … Si ce n’est pas un instinct de propriété et de possession de l’autre ça ! Et en prime, t’ajoute à ça les blagues sexistes (et homophobes) « pour rire » et autres, et t’as la totale. Sans parler des viols et agressions que l’on tait dans nos milieux. Trop souvent.

– Ouais je comprends mieux. Mais alors, pourquoi j’ai eu ce sentiment d’un coup ?

– Surement parce que pour une fois, toi, mec cisgenre, t’étais pas au centre du processus ! Mais t’en fais pas, tu vas t’en remettre !

– Ben toi c’est pareil !

– Qui t’as dit que j’avais une sexualité non déviante, comme dirait Boutin ?

– Non pas toi, attend ça se verrait !

– Bon sang, avec toi y’a du boulot ….

 

Voilà, petit dialogue (presque) imaginaire dans un milieu militant anarchiste.

Comme quoi y’a encore du boulot … Globalement !

 

En 2006, à la suite d’une occupation de la rue Solferino par Act Up Paris et le Groupe d’Action Trans, François Hollande s’était engagé, si le PS arrivait au pouvoir, de faire voter une loi permettant aux personnes trans de bénéficier d’une identité légale en accord avec leur nouvelle vie sociale, opération ou non, ainsi qu’un accès aux traitements et opérations à la demande. Ceci a été intégré à sa liste d’engagements électoraux. Depuis le gouvernement socialiste a pris peur devant les intégristes catholique de la Manif pour tous, et n’a déposé aucune loi. Ce sont prés de 50.000 personnes particulièrement marginalisées en France qu’on ignore, en feignant d’oublier qu’à côté de quelques réussites indéniables, ont trouve dans cette communauté le plus haut taux de chômage, de séroprevalence au sida, de prostitution, de violence. Faudra-t-il attendre les prochaines élection pour que vous nous fassiez de nouvelles promesses?


SIGNER LA PÉTITION

ps je ne crois pas un seul instant dans l’intérêt des pétitions mais en postant cet article, je vous laisse le choix de vouloir utiliser cette stratégie ou pas.

Sans avoir assez préparé mes arguments pour lancer un débat, en signant une pétition on laisse le soin aux représentants politiques (qui ne représentent personne si ce n’est eux-mêmes et le groupe social auquel ils appartiennent : ceux qui ont le pouvoir…) d’agir à notre place. Ça installe un semblant de discussion entre nous, les minorités exploitées et marginalisées, et les personnes au pouvoir et ça leur donne le pouvoir de mieux nous faire taire (en nous divisant, en nous faisant des promesses, en nous jetant quelques miettes pour nous rassasier).

saram

 

très drôle!

à aller voir durant ses heures perdues quand l’électricité bat son plein

manifpourtous

 

manifpourtous2

 

manifpourtous3

 

manifpourtous4

 

manifpourtous5

 

manifpourtous6

 

Faites tourner!!!

Appel à contribution

DÉGAINEZ VOS STYLOS !

timult prépare sa 8ème (a)parution (en septembre 2014, yeah!).

Comme toujours, ça bouillonne dans nos ganaches… on veut partager avec vous certaines des questions qui nous traversent et qu’on trouverait intéressantes à aborder dans des écrits :
– Le capitalisme industriel, les sciences, les technologies et le monde qui va avec : Comment développer une critique anti-industrielle sans être réactionnaire ? Pourquoi je rêve d’une révolution des cyborgs ? Pourquoi j’aime marcher pieds nus dans l’herbe mais que la “Nature” me fait gerber?
– Quelles mixités ou non-mixités dans nos luttes ? Est-ce que la mixité est souhaitable ? Quelles alliances former et comment ? Pourquoi certaines luttes sont blanches (sans vouloir l’être) ? Retours sur expérience.
– L’autodéfense féministe, entre outil d’émancipation et instrument de politiques et idéologies racistes, sécuritaires, classistes… entre analyse collective et structurelle et élément de développement personnel. Nos idées, expériences, craintes.
– Les séries télévisées : refuge des idées subversives ou guet-apens ?
– Parlons d’urbanisme, de modes de vie et des luttes qui vont avec ;
– Le comment et le pourquoi des choix d’a/sexualité ;
– Récits de frontières ;

Ou encore plein d’autres trucs, ce qui vous intéressera

timult souhaite être un espace où débattre, critiquer, alors envoyez-nous vos retours, textes apportant d’autres points de vue sur des textes publiés dans le n°7, coups de gueule, réactions…

toutes sortes d’écrits sont les bienvenues : des BD, des textes de slam, des textes hors-norme et hors-format, des rébus, des analyses, des récits, des nouvelles graphiques, des mots croisés ou fléchés, des blagues… enfin tout ce que vous pourriez avoir envie d’écrire ! On est aussi ravi.es de contributions graphiques : photos, dessins, peintures, séries de gribouillages…

Comme d’habitude, il n’y a pas nécessité à rester seul.es face à l’écrit: contactez-nous si vous avez envie d’un processus d’écriture plus collectif ou partagé et nous verrons ce que nous pouvons inventer ensemble (coups de main, atelier d’écriture, binôme de travail, interview, discussion…). N’hésitez pas à nous faire part de vos projets et/ou envies, d’idées de textes ou d’images, d’ébauches de pensées que vous voudriez partager, ou voir prolonger dans l’écrit…

Femmes, lesbiennes, trans, gouines et autres monstres, produisons donc de l’écrit politique qui fait réfléchir, avancer et lâchons-nous !

Nous aurons besoin des idées et textes – en version presque finalisée ou au stade de prise de note – pour le printemps. Faites-nous signe avant le 15 avril.

Chaleureusement, timult…

Faites passer le mot

https://timult.poivron.org/07/

 

Qui sommes-nous?
Nous sommes un groupe d’anarchaféministes de différents genres, milieux et ayant parcouru des trajectoires différentes, qui nous sommes réuni-es pour organiser un événement anarchaféministe. Nous voulons que celui-ci serve à transformer nos propres expériences et aide à renverser les institutions et les idées qui nous oppriment.

Qu’est-ce qu’AFem2014?
AFem2014 sera la première d’une série de conférences internationales anarchaféministes, du moins, on l’espère. Cela fait longtemps que la nécessité de tels événements est patente au sein des organisations anarchistes. Les tentatives de nous empêcher d’agir, de ridiculiser nos idées, de nous attaquer physiquement ou de nous insulter ont fait monter notre colère contre la masculinisation de notre mouvement. Nous ne sommes pas représenté-e-s à nombre égal et souvent ne sommes pas pris-e-s au sérieux. Bien que sur le papier nous soyons tou-te-s égales-aux, nous rencontrons parfois une oppression au sein même de nos groupes ou organisations. Les limites à notre participation politique pleine restent intactes. Cela signifie que notre mouvement anarchiste n’est pas réellement ‘anarchiste’. Nous ne le tolérerons plus. De plus, dans l’ensemble de la société, les soi-disant victoires du féminisme social-démocrate n’ont pas mené à l’égalité. C’est le cas en termes légaux, économiques, sociaux et politiques, ainsi que dans les relations interpersonnelles. Les réformistes les plus en vue et les partis de la gauche autoritaire ne font pas grand chose pour nous. Alors que nous souhaitons une conférence féministe qui aura à cœur l’anarchisme social et le combat contre l’exploitation de classe, nous savons que le capitalisme n’est pas notre seul ennemi : nous sommes tenu-e-s en échec et divisé-e-s par beaucoup d’oppressions différentes, qui se recouvrent et se recoupent de façon complexe. Le racisme, l’handiphobie, la trans*phobie, l’âgisme ainsi que les oppressions liées à l’appartenance culturelle, sont des formes habituelles d’oppression, mais il en existe bien d’autres. Elles peuvent nous atteindre autant que l’exploitation économique, et parfois de façon plus immédiate.
L’anarchaféminisme n’est pas seulement une réponse à l’anarchisme et au féminisme. C’est une critique anti-autoritaire et anti-oppressive des formes de dominations capitalistes, et une arme qui peut nous servir au quotidien. Nous espérons explorer les intersections entre les oppressions, développer une théorie, apprendre des autres et arriver à des résultats pratiques.

A qui cette conférence est-elle ouverte?
Cette conférence n’est pas ouverte aux hommes cisgenres, c’est à dire les hommes qui se trouvent être assigné le genre masculin à la naissance. Elle s’adresse aux personnes en tous genres et d’aucun genre, et espère inclure activement les personnes trans*, genderqueer, genderfluid et non-binaires, ainsi que les femmes cisgenres. Nous ne jugerons pas de la présentation de genre des personnes, mais n’hésiterons pas à répondre aux comportements et attitudes trans*phobes, cissexistes ou binaristes.

Comment se déroulera la conférence?
Nous proposons que des axes thématiques soient établis, avec des résultats à la fin de la conférence que nous pourrons développer par la suite. Nous invitons tout le monde à initier des réunions et des axes entiers, en se centrant sur l’analyse et l’action anarchaféministe. Ces axes doivent inclure ceux auto-organisés par des personnes trans, genderqueer, genderfluide et non-binaire, des personnes de couleur, des travailleur-se-s du sexe, des personnes en situation de handicap et des personnes en situation de troubles de santé mentale. Nous nous engageons à faire ce que nous pouvons pour inclure différentes personnes dans l’organisation, donc ces axes seront soutenus et recevront des ressources en priorité par le projet général. La conférence aura également une politique d’espace safe, qui est explicite et sera respectée, afin de soutenir la participation pleine et libre de toutes les personnes.

Rejoignez-nous
La conférence était l’initiative d’anarchaféministes au sein de la Fédération Anarchiste de Grande Bretagne (AF) et le groupe d’organisation inclut désormais des représentant-es de l’Internationale des Fédérations Anarchistes et de ses fédérations membres, de la Solidarity Federation (AIT) et un nombre croissant d’anarchaféministes non-aligné-e-s et autonomes. Il y a beaucoup à faire et nous vous invitons à nous rejoindre pour créer cet évenement, que ce soit en contribuant des idées ou des concepts, ou en prenant part à l’organisation pratique.

SVP faites-nous signe rapidement si vous êtes d’accord avec ce texte et souhaitez vous joindre à l’organisation, en tant qu’individu ou délégué-e, en précisant si vous souhaitez participer ou aider à organiser un axe spécifique.
SVP faites circuler cet appel largement autour de vous, dans vos groupes, organisations et réseaux, et incitez-les à rejoindre la liste de soutiens et de participants.
SVP aidez-nous à trouver les moyens financiers pour organiser cet événement. Plus nous avons de moyens et plus la conférence sera réellement accessible à tou-te-s et  internationale.

En espérant bientôt travailler avec vous…
Organisteur-trices Afem
Janvier 2014
Email: afem [at] afed.org.uk

 

A paraître début décembre 2013, le deuxième ouvrage des éditions Bambule :
CONTRE LE MASCULINISME : guide d’autodéfense intellectuelle
Par le collectif Stop masculinisme

Des hommes divorcés, perchés en haut d’une grue, qui se disent lésés par une justice qui leur confisquerait leurs enfants ; des associations défendant les hommes battus et criant à la manipulation des chiffres sur les violences conjugales ; des groupes de parole destinés à des hommes en perte de repères et en quête d’une nouvelle identité masculine. « Droits des pères », « violences et discriminations à l’encontre des hommes », « crise de la masculinité », tels sont les thèmes chers aux masculinistes. Associations, psychologues, militants, figures médiatiques ou simples quidams, ils sont un certain nombre à affirmer qu’aujourd’hui ce sont les hommes qui souffrent, qu’ils sont victimes des femmes qui auraient pris le pouvoir, des féministes qui seraient allées trop loin, bref d’une société « matriarcale ».

Adeptes de la victimisation et de l’inversion des rôles, les masculinistes militent pour la défense de l’ordre patriarcal et des privilèges masculins. Leur idéologie s’inscrit dans un contexte politique réactionnaire où l’on voit se renouveler les formes de la domination masculine.

Ce livre a été conçu comme un outil pour analyser et contrer ce mouvement.

 

masculinisme

Format 13×18,5 ★ 160 pages ★ ISBN : 978-2-9543237-1-8 ★ Prix librairie : 8 €

Pour la diffusion militante, hors commerce, une remise est possible à partir de 3 exemplaires. Contacter Bambule.
Bambule ★ 86 rue de Marseille ★ 69007 Lyon ★ France ★ bambule@autistici.org

Diffusion : Hobo Diffusion
Tél. : 06 89 48 94 06
contact@hobo-diffusion.com
http://www.hobo-diffusion.com

Distribution : Makassar
Tél : 01 40 33 69 69
contact@makassar-diffusion.com
http://www.makassar-diffusion.com

 

Dans le cadre du L-Festival organisé par CHB, nous vous invitons à participer à un débat sur les transféminismes ce vendredi 29 novembre 2013 à 19h, à la Maison Arc-en-ciel, Rue du Marché au charbon 42 – 1000 Bruxelles.
Infos : info@rainbowhouse.be – tél. 02 503 59 90

Transféminismes

Ce débat sera l’occasion pour tousTEs d’établir les ponts entre les thématiques trans* et féministes, ainsi que de définir les combats communs menés, dépendants d’idées transféministes.
Le mot « transgenre » est un terme « coupole » qui désigne une personne dont l’identité de genre, l’expression de genre ou le rôle social de genre sont différents de ceux associés habituellement avec « son pseudo sexe » assigné à sa naissance.
La transphobie puise ses racines dans le sexisme et l’hétéropatriarcat. Ces mécanismes s’expriment autant dans les structures sociales que dans les rapports des associations militantes trans* avec les associations féministes, ainsi qu’au sein même des structures trans*.
Les transféminismes sont des réflexions qui se nourrissent des féminismeS et qui s’émancipent des postulats binaires de corporalité et de genres.
L’hétéropatriarcat et le sexisme créent des corps normaux et des corps a-normaux, avalisés par l’idéologie médicale occidentale. Une des démarches des transféminismes consisterait donc en la réappropriation des corps, en la modélisation des corps trans* et en la visibilisation bienveillante de ceux-ci.

-- 
Genres Pluriels ASBL
Visibilité des personnes aux genres fluides, trans* et intersexes

Administration
Tél. 0485 51 96 62
contact@genrespluriels.be
www.genrespluriels.be
© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha