12711317_1687967744784281_5038281211750732720_o

! APPEL A MANIFESTER LE 21 MARS !

A Bruxelles, il y a plus de 15.000 logements vides pour 5.000 SDF . En Wallonie, la situation n’est guère meilleure, il y aurait plus de 30.000 logements vides pour 8.000 SDF. Pourtant chaque année des gens meurent de froid dans la rue. Des milliers d’autres gens vivent dans des taudis minuscules aux loyers élevés. Nombre de locataires consacrent la plus grande partie de leur revenus à leurs loyers, d’autres n’ont tout simplement plus la possibilité de les payer et se retrouvent face à des menaces d’expulsions ne pouvant faire qu’empirer leur situation.

Les expulsions de locataires et de squatteur.euse.s s’enchaînent et ce particulièrement à partir du printemps et de la fin de la trêve hivernale dans les sociétés de logements sociaux. Pendant ce temps, nombre de riches propriétaires voient leurs portefeuilles s’engraisser grâce à la spéculation immobilière. Cette spéculation a pour conséquence l’abandon de nombreux logements permettant de rendre virtuellement l’offre moins importante que la demande ce qui fait bien entendu augmenter les loyers déjà très élevés.

Face à cette situation intolérable, la réponse de l’État reste toujours la même : des pouvoirs publics incompétents, le contrôle et bien entendu la répression. Les procédures d’expulsions sont de plus en plus souvent expéditives. Le CD&V a même déposé un projet de loi afin de punir d’emprisonnement le fait de squatter, ce qui revient une fois de plus à criminaliser les pauvres.

Nous ne nous laisserons pas faire !
Nous ne nous laisserons pas intimider par la répression !
Organisons-nous collectivement pour rendre difficile ces expulsions comme cela se fait déjà dans d’autres villes d’Europe. Contre la hausse des loyers et la spéculation immobilière !
Pour la réappropriation et non la détérioration des biens immobiliers ! Occupons les logements vides ! Défendons ces occupations ! Un toit pour toute et pour tous !

C’est pour défendre ces revendications que nous appelons à manifester en cette date symbolique du début du printemps et du début des expulsions de locataires de logements sociaux ce 21 mars 2016 à 17H à Porte de Namur, Bruxelles !

Nous contacter : collectif piratonsbxl à l’ email : occuponsbxl@riseup.net

Nous appelons aussi à une assemblée générale sur le sujet le 14/03, les infos suiveront.

Plus d’infos sur piratonsbxl.noblogs.org

 

 

 

Ce 21 Janvier la commune d’Anderlecht a fait expulsé des squatteurs des 7-9 avenue des droits de l’homme dans le quartier de la roue sur base d’un faux constat d’insalubrité… Les squatteurs ont donc décidé d’occupé la commune

 

versopanikrectopanik

 

 

12027258_1499349713718149_958433900959589709_o11838796_1508912802761840_4007803188804618987_o

Bitchcrush presents :

ASSLOWEEN
october 30th @ Le Bokal Royal
(rue royale 123 – 1000 Bruss’Hells)
Start 20h / on donation

With :
* Nothing Lasts * (HxC – FR)
https://nothinglastshc.bandcamp.com/
* Lawine * (HxC – NL)
http://lawine.noblogs.org/
* Badaboum * (Psychedelic rock – FR)
https://soundcloud.com/bisou-bisou/aigu-martial
* Avenir * (Noise rock – FR)
https://youtu.be/ZiY8u666I3c
* Killtura * (Melodic death metal – BE)
https://soundcloud.com/killtura
+ DJ SETS

Crazy spooky deco by Soom

Infos : http://bitchcraft.jimdo.com/
Newsletter : https://noise.autistici.org/?p=subscribe&id=195
Email : bitchcraft@grrlz.net

Uncensored poster here : https://image.jimcdn.com/…/assloween-bitchcrush-on-october-…

Designs by Misanthropie

See you soon spooky freaks !

 

 

agenda rentrée

* Lundi 14 septembre : LA CASA FANTOM (experimental hardcore – Norvège) + GUEST // Le Barlok
https://lacasafantom.bandcamp.com/

* Samedi 3 octobre : BITCHCRAFT PARTY !!! // Le Barlok
Line-up en préparation (performances, concerts, expos, projections, distro, dj’s, bar sans alcool etc…)

* Vendredi 30 octobre : NOTHING LASTS (hardcore – France) + GUEST // Le Bokal Royal (123)
https://nothinglastshc.bandcamp.com/

Retrouvez toutes les infos (et bien plus encore !) sur : https://bitchcraft.noblogs.org/

Pour vous inscrire à notre newsletter presque mensuelle : https://noise.autistici.org/?p=subscribe&id=195

Bel été !

Le collectif Bitchcraft

 

test affiche

Sirop de biches en kraft
– QueerPunk Fest –

Vendredi dix-sept juillet deux mille quinze
À partir de quatorze heures
Le Barlok – Prix libre

Iron (swe)
Sex positive, queer, vegan straight and vehemently anti-capitalist hardcore.
https://xironx.bandcamp.com/

La Fêlure – Carnets de bal d’une courtisane
(Performance – France)
2015 : 40 ans après la “révolution des prostituées”, la compagnie La Fêlure s’empare des textes d’une des figures charismatiques des mobilisations de 1975. Grisélidis Réal conçoit la prostitution comme un acte révolutionnaire et non une déchéance sociale. À travers sa voix, la fêlure ouvre le débat. Alors que la parole des travailleuses du sexe reste le plus souvent étouffée, comment cet engagement continue-t-il de résonner pour nous aujourd’hui ?
https://youtu.be/IhdHHSsYL0Y

Ztratila Se Kocka
Strange darkhordeon, screams, singing, text. Solo project with an accordeon, live in streets and more louder on stage. Speaking about streets, travel, squat, life…
http://soundcloud.com/antheazdem

+ more !

Vegan food
Juice bar
Screen printing
Screenings
Distros
Zines
Exhibitions
Discussions
Workshops

More infos here :
www.bitchcraft.noblogs.org
Or by email :
bitchcraft@grrlz.net

Bitchcraft & Les Sirops de Salopes 2015
Artwork by Misanthropie (http://misanthropie.noblogs.org/)

fly verso v2

 

NL hieronder

Les jours précédents le Week-end de la marche des sans papiers de
Bruxelles à Antwerpen le centre fermé 127bis à Steenokkerzeel a été en
grande partie vidé de ces occupants. Les femmes ont été transférées au
Caricole ou au centre fermé de Bruges, les hommes expulsés ou aussi
transférés. Deux ailes étaient totalement vide tout au long du week-end.

Qui aurait eu l’idée, l’envie ou le rêve de rafler tous ces sans
papiers « illégaux et « criminels » qui marchaient de Bruxelles à
Antwerpen pour réclamer de la dignité, et de les enfermer au 127bis ?

Mais il semble que dans nos hautes sphères certains n’ont pas trouvé
l’idée opportune et tout c’est bien passé tout le long de la marche.
Les coordinateurs de la marche ont été prévenus de cette situation et
ont vraisemblablement bien géré ce stress,

Actuellement au centre fermé la situation revient tout doucement à sa
normale, de nouveaux détenus arrivent au compte goutte dans le centre
. Mais attention il y a encore beaucoup, beaucoup de places libres (
plus de 50!): des arrestations sur la voie publique, dans les
transports , à l’office ou des rafles seront sans doute (encore) plus
fréquentes. Restons vigilant !

APPEL à SOUTIENS

Il est clair qu’un jour viendra ou les différents mouvements des sans
papiers seront confrontés à cette répression au nom de notre «
sécurité» , même si il a été rare qu’une répression musclée ait lieu
face à de grands groupes bien organisés. En général la stratégie de
nos gouvernements est de lancer des promesses bidons pour casser les
gros mouvements, plutôt que de choisir la répression.

Mais face à nos nouveaux décideurs , qui aiment les coups de théâtre
médiatiques, la question d’une répression musclée reste dans les
possibles.

Il est urgent de construire un réseau large de « avec papiers » pour
soutenir les différents mouvements de « sans papiers » et leurs
revendications.

Il est urgent que les « avec papiers » expriment leur désaccords de
ces politiques criminelles Belges et Européennes par des actions, des
messages, des manifestations ou par toutes autres expressions.

Alors on reprend l’appel du Comité de soutien du mouvement sans papiers

*Appel à participation au Comité de soutien du mouvement sans papiers*

Depuis plusieurs mois partout dans la ville des sans papiers
s’organisent autour d’occupations, actions et/ou projets. A la
rencontre de dimanche passé les collectifs de sans-papiers ont exprimé
leur souhait d’avoir plus de soutien et d’être plus visible.

Nous vous invitons donc à venir discuter avec nous comment
concrètement participer à cette lutte, cette résistance en soutenant
les différents collectifs.
Le rendez-vous de cette rencontre conviviale de soutiens et de
sans-papiers se fera autour de la table d’hôte CollectActif du 21
février à 17h au Magasin Libre Av. du Port 53*.

Si vous ne pouvez pas être là mais voulez être tenu au courant des
prochains rendez-vous, envoyez un mail à :
soutien_steun_sanspapiers_2015@riseup.net

Nl

Oproep ter ondersteuning door mensen « met papieren »

Terwijl honderden zonder papieren deelnamen aan een marche van Brussel
naar Antwerpen de weekend van 14/15 februari, werd het gesloten
centrum 127bis voor een groot deel leeggemaakt. De vrouwen werden
overgebracht naar de Caricole of naar het gesloten centrum van Brugge,
de mannen werden uitgezet of ook verplaatst naar een andere gesloten
centrum. Twee vleugels van het gesloten centrum bleven het hele
weekend leeg.

Wie had gedacht, gewenst of gedroomd deze « illegalen” en » criminelen
« die van Brussel naar Antwerpen liepen om eeen waardig bestaan te
eisen, op te sluiten in het 127bis?
Maar het lijkt erop dat op hoog niveau dat idee door sommigen niet
opportuun werd gevonden. De marche verliep zonder enige problemen met
volle aan dacht van de media’s. De coördinatoren van de mars werden
gewaarschuwd voor deze situatie en hebben deze stress mooi aangepakt,

Momenteel is de situatie in het centrum langzamerhand normaal
geworden: Een per een worden nieuwe mensen gearresteerd en opgesloten.
Maar let op er zijn nog veel, veel plaatsen (vijftig!) Arrestaties op
de openbare weg, in het openbaar vervoer, aan vreemdelingendienst of
razzia’s zullen nog verder worden opgedreven . Blijft waakzaam!

OPROEP TOT STEUN

Het is duidelijk dat er een dag zal komen dat de verschillende
bewegingen van mensen zonder papieren met repressie zal worden
geconfronteerd in de naam van onze « veiligheid », al is het zeldzaam
gebeurd dat een zware onderdrukking plaatsvindt op grote goed
georganiseerde groepen. In het algemeen is de strategie van onze
regering in zulke gevallen diplomatische beloften te maken met het
doel zulke strijd te breken

Maar met onze nieuwe regering, die graag in de media’s blinken, blijft
een zware repressie meer dan mogelijk.

Het wordt dringend nodig om een ​​breed netwerk van « met papieren » op
te bouwen om de verschillende bewegingen van « zonder papieren » en hun
eisen te ondersteunen.
Het is dringend nodig dat « met papieren » hun onenigheid over de
Belgische en Europese criminele vreemdelingenbeleid uiten met acties,
demonstraties, aktiviteiten, of andere uitingen.

Daarom nemen we de oproep van het steuncomité van de beweging zonder
papieren over

*Oproep tot deelname aan het Steuncomité van de beweging van mensen
zonder papieren*

Al verschillende maanden organiseren mensen zonder papieren zich in de
stad rond bezettingen, acties en/of projecten. Op de bijeenkomst
vorige zondag hebben de collectieven van mensen zonder papieren
expliciet om meer steun en visibiliteit gevraagd.

Wij nodigen je dan ook uit om met ons te komen praten over hoe we
concreet kunnen deelnemen aan deze strijd, dit verzet door de
verschillende collectieven te steunen.
We komen bijeen tijdens de gastentafel CollectActif op *21 februari om
17u in de Allée du Kaai, Havenlaan 53.*

Mocht je er niet kunnen bijzijn maar op de hoogte willen blijven van
de volgende afspraken, stuur dan een mail naar:
soutien_steun_sanspapiers_2015@riseup.net

 

Femmes, parole et pouvoir

Lilith, lasse d’être toujours en-dessous, proposa à Adam de se mettre sur lui pendant qu’ils forniquaient. Celui-ci refusa. Rébellion ; Lilith prit ses cliques et ses claques et dégagea dare-dare du jardin d’Eden.

Lady-Lilith

 

LilithS, c’est un groupe de femmes activistes basé à Bruxelles. Elles s’imposent par l’action directe dans l’espace public, pour faire passer des messages ou exprimer des idées. Elles sont révolutionnaires, anticapitalistes et anti-impérialistes.

Derniers faits revendiqués : des litres de sang répandus sur le carrelage de l’aéroport de Bierset pour dénoncer la complicité de l’Europe dans le conflit Israëlo-palestinien. Un câlin extatique offert – seins nus et drapeaux arc-en-ciel – à Christine Boutin lors de la rencontre européenne des jeunes actifs catholiques. Une danse de la pluie queer et sauvage sur Monseigneur Léonard muré dans sa prière. Une parade à la gloire mortifère de Monsanto menée par des parodies d’eurocrates, à la foire agricole d’Agribex où, par ailleurs, on a signalé l’intrusion de deux Miss humaines égarées au concours bovin de la Blonde Aquitaine.

Politique et féminisme : Tentative de définition

tumblr_nb4kv9mYWA1sl0n8fo1_1280« Ce qui est magnifique dans ce groupe, c’est notre  diversité de centres d’intérêts et de priorités politiques. On a toutes en commun de venir du même milieu socioculturel, on est issue de la même génération, et toutes, nous sommes nouvelles dans l’expérience de l’action directe, mais plus que nos ressemblances, c’est la rencontre de nos différences qui nous unit. Le chemin qu’on a fait, c’est celui qui nous mène aujourd’hui à savoir qu’on ne peut pas dissocier le féminisme de la politique. Soudain, on a mis des mots là-dessus, tandis qu’on cherchait à définir LilithS. Le fait qu’on peut, comme femmes activistes se mêler de questions strictement politiques sans avoir à se demander si on est légitimes. Et rien que ça, se donner le droit d’agir dans l’espace politique, en dehors du territoire défini comme étant celui des luttes de femmes, c’est déjà du féminisme ! »

Que dire de Femen ?

« Ce qu’on en dit à chaque fois, c’est qu’on a décidé de ne pas s’y référer car on ne veut pas entrer dans le jeu sournois qui consisterait à polémiquer. On ne veut ni casser du sucre sur leur dos ni profiter a-contrario de leur image. Donc voilà, ce qu’on peut en dire, c’est que certaines d’entre nous se sont rencontrées lors de la constitution d’une faction Femen en Belgique; et que les LilithS n’existeraient pas s’il n’y avait eu notre implication dans Femen à un moment donné. On en a gardé une formation très efficace à l’action directe, à la communication et au self-control. »

La non-mixité

« On n’a jamais dû s’en défendre ni même s’en expliquer. Le parti-pris de la non-mixité dérange en général beaucoup de gens, mais dans le cadre spécifique de l’action directe, c’est juste un état de fait. Il est possible que la non-mixité de notre groupe ne suscite aucune question parce que nous sommes explicitement radicales, et qu’il y a suffisamment de choses à dire sur cette radicalité ! C’est comme si la radicalité de nos actions évinçait toutes les autres questions. Par contre, ce qui pose régulièrement problème pour les gens, c’est quand nos actions n’ont pas de liens directs avec le féminisme. On a eu diverses réactions sur fb qui allaient dans ce sens-là : Occupez-vous plutôt des femmes ! Ne perdez pas de vue votre combat !

Des corps de femmes dans l’espace public

tumblr_mxgli1cPO11sl0n8fo1_1280« La présence de nos corps et leur mise en jeu dans nos actions suscitent de la haine et du sarcasme. On essuie de la violence physique, de l’agressivité verbale et de la dérision phallocrate – genre : « Ces filles n’y connaissent rien à la politique, elles veulent juste s’exhiber et faire du buzz ! »

Lors de notre attaque contre Boutin, on était vraiment dans la gueule du loup, et soudain, on a cru entendre des femmes dans le public qui prenaient notre défense, elles criaient : « Ne les touchez pas, ne les touchez pas ! » mais finalement, on a compris qu’elles mettaient en garde les services d’ordre qui tentaient de nous évacuer : ils ne devaient pas nous toucher, parce qu’on était le diable !

Pour ces gens, c’est insupportable qu’on affirme notre position, en s’imposant, ils prennent ça pour de la violence, ce qui est évidemment injuste car qui décide de donner la parole aux uns plutôt qu’aux autres ? Quand on a décidé de mener l’action contre Léonard, c’était en réaction à une longue interview qui lui avait été accordée à la radio. Il y avait de la violence dans ces propos ; Et il y a aussi quelque chose de violent dans le fait que les médias lui donnent autant d’espace pour développer ses théories homophobes et dégueulasses ! Qui décide que certaines formes de violence ont droit à la liberté d’expression et d’autres non ?

Prise de pouvoir ?

tumblr_mwtr73xZxt1sl0n8fo8_1280« Nos actions sont en quelque sorte une prise de pouvoir momentanée sur un sujet particulier, mais notre volonté n’est pas de prendre le pouvoir. Ce n’est pas notre démarche. Notre but, c’est de créer des artefacts dans la norme de ce qu’est un débat démocratique. Altérer les structures. Déconstruire la notion de pouvoir. En étant un groupe, de femmes, anonymes : qu’y a-t-il de moins associé au pouvoir que nous, dans cette société ? Clairement… »

La parole et l’intime

Au début, nos réunions du lundi soir étaient pensées comme un espace d’organisation, et puis, suite à une pause dans nos actions, elles ont pris un autre sens. C’est devenu hyper important pour la santé du groupe mais aussi pour notre santé personnelle de concevoir ces réunions comme un lieu d’échange de paroles et d’expériences, intimes et collectives. Et la non-mixité offre un territoire qui ne se trouve pas ailleurs. L’idée du partage des connaissances aussi est importante, on a des centres d’intérêt ou des domaines de savoir très différents et ça nous donne une grande tolérance par rapport aux ignorances ou à la méconnaissance des autres sur certains sujets. Ce qui est loin d’être toujours le cas dans les groupes affinitaires. Plusieurs fois, on s’est proposé des mini-conférences, qui sur l’histoire du punk, qui sur la politique belge. Ca crée des passerelles, et comme on est toutes très proches de l’actualité, il y a toujours à un moment donné quelque chose qui ressort, qui nous donne envie d’en parler. On se donne des dossiers à étudier, à suivre et on guette le moment opportun pour une action.

 

sens-clap-89-2014_1540847Echanges avec Margo Fruitier autour de la parole, de la puissance et de l’intime :

Le groupe existe depuis un an comme LilithS. Je fais partie des fondatrices. Avant ça, j’ai passé 5 mois et demi chez Femen.

Je viens d’un milieu de gauche ; mon père ne se dit pas anarchiste, mais c’est tout comme. Et quant à ma mère, le moindre de ses gestes quotidiens est politique ; elle ne le dit pas avec des mots, mais elle le dit de tout son être ! Gamine, ils m’embarquaient dans des manifs. Et je me souviens très bien quand, pour la première fois de ma vie, j’ai eu honte d’un événement politique : je devais avoir huit ans. Je me suis posé longtemps la question du comment s’engager. Quel type d’engagement. Avec une sorte de culpabilité à être là sans rien faire. Même si je savais que l’art m’offrirait des opportunités de parole – je suis réalisatrice de cinéma et c’est là que se trouve mon territoire d’exploration de l’intime. Je n’avais pas envie d’un engagement qui consiste à distribuer des tracts dans une manifestation entourée par des cordons de police. Un groupe organisé radical et en même temps qui se jette à corps perdu dans la lutte, c’est dur de trouver ça, et du coup, en vérité, on a fini par le créer !

Entre nous, il y a un vrai soulagement à s’être trouvées. On fait l’expérience à travers ce groupe d’une forme de sororité. Nous sommes des sœurs d’armes. Ce qui signifie qu’on ne passe pas forcément beaucoup de temps à parler de notre intimité, on ne sort pas ensemble pour aller boire des coups – Ce qu’on a de commun, c’est d’être à vif sur toutes ces questions politiques et féministes, c’est qu’on souffre de l’actualité et du monde qui nous entoure. Et LilithS nous permet de ne pas être seules dans cette souffrance. L’état du monde, ce que j’en comprends, ce que j’en analyse, me fait grande violence. Et je me sens impuissante. Et les LilithS, c’est une manière de retrouver de la puissance, justement de faire acte dans l’espace public, de crier son désaccord.

Le corps ? Je ne sais pas ce qu’en diraient les autres, mais pour moi il y a quelque chose de désespéré, quand tu t’engages dans une action où ton corps, ta vie même parfois, sont possiblement en péril. Tu te lances à corps perdu ! L’expression dit bien ce qu’elle veut dire. Tu te mets là, tu t’exposes complètement, et ce que tu abandonnes, ce ne sont pas tes idées mais c’est ton corps comme support de ces idées. Le corps va subir les conséquences de ta pensée. Et pourtant, c’est un grand moment de puissance, c’est comme une transe.

Concernant l’organisation du groupe, on essaie qu’elle soit totalement horizontale, en mettant en avant les qualités respectives de chacune. C’est ainsi qu’il m’arrive de jouer le rôle de la porte-parole mais « Margo Fruitier la leader de Femen en Belgique » on l’a tuée ensemble, en faisant LilithS.

Et quant à la place qu’on laisse à l’intime, notre position est proche de la surprotection : c’est nos actes qui parlent, nos communiqués. On a posé une série de règles, le cadre strict de notre mode d’action et de communication, et on s’y tient. Même si, on est d’accord, c’est hyper intéressant d’interroger l’intime, ce n’est pas le lieu ici.

 

afficheottrou2

Les 13-14-15 novembre prochains aura lieu un festival pour fêter les 5 ans du TDB  (squat féministe transpédésgouines de Toulouse)!

Au menu :

Jeudi 13 : projections

Vendredi 14 : présentations et discussions autour de zines et livres féministes et transpédégouines et concerts et DJ

Samedi 15 : manif ! Et concerts et DJ

Concerts : Chaneca, Petra Pied de Biche, Infidel Castra, Grace et Volupté Vanvan

DJ : Prisce de Cockroach, Lipskin Revolt, DJ Die, Tiger Lee, Boring

Et une super cantine vegan tout le long !

Plus d’infos à venir sur http://tidibi.wordpress.com/

(click)

affiche3-2

(click)

 

 

Ô Mots – Les Flamands Roses – 2014

Ô Mots, le festival littéraire des genres et des sexualités proposé par Les Flamands Roses aura lieu à Lille du 26 octobre au 15 novembre 2014.

Programme

 

PROGRAMME

 

DIMANCHE 26 OCTOBRE

 

21h-22h : Tata Bigoudi, l’émission qui défrise l’hétérocratie

sur Radio Campus Lille 106,6 FM

Émission spéciale de lancement du festival

 

 

LUNDI 27 OCTOBRE

 

9h30-18h : Atelier sur le consentement

animé par l’Épiceuse

 

Pour parler de sexe, de contacts physiques et de relations, que ce soit dans un cadre amoureux mais aussi amical, de coloc, collectif, affectif en général. Bref, de notre vie de tous les jours avec les autres, quoi..

 

« I’ll tell you what i want, what i really really want »

« Je vais te dire ce que je veux, ce que je veux vraiment vraiment »

Spice Girls, 1996

 

Nous faisons le constat que les modèles qu’on a pour nos relations nous enferment dans des trucs qui nous conviennent rarement. Le modèle du silence selon lequel on est censéEs se regarder dans les yeux et soudainement comprendre tous les secrets désirs de l’autre. Les suppositions, croire qu’on connaît l’autre par cœur. Et puis les coups de pression qu’on se met, parce que si on est vraiment amiEs, on se doit bien ça, ou parce que quand même, il faut que le collectif tourne. Les scénarios communs avec lesquels si on ne se dit rien, c’est sûr, tout se déroule dans l’ordre imposé avec toutes les étapes obligatoires, d’abord s’embrasser, puis la main sous le tee-shirt, et ensuite on pourra se toucher les fesses…

Tous ces présupposés, ces évidences, sont le terreau sur lequel se développent des situations de merde : les quiproquos, les non-dits, les ratés, les malaises, voire les agressions. Et quand on entend parler du mot consentement, c’est souvent seulement au moment où un dépassement de limite ou un abus est dénoncé.

 

On a envie d’imaginer et de se créer des modèles plus satisfaisants, pour aller vers des relations plus épanouissantes, s’avouer ce qu’on kiffe vraiment partager et découvrir des plaisirs insoupçonnés. On a envie de concevoir l’idée de consentement comme une pratique positive, constructive, quotidienne et même drôle, agréable, voire terriblement sexy.

Dans ces ateliers, on veut partager, échanger sur nos expériences pour progresser dans nos pratiques, trouver chacunE des pistes adaptées à nos vies et nos envies. On veut proposer un espace pour prendre du recul sur nos interactions habituelles et voir un peu ce qui nous va et ne nous va pas.

Dans l’idéal, on voudrait qu’avec ces échanges, ça devienne plus simple de revisiter nos difficultés et les situations où on merde vraiment, les dédramatiser sans les minimiser, pour pouvoir en parler, travailler dessus, avancer. Que ça devienne plus simple aussi d’identifier nos envies et de les exprimer, faire des propositions et y répondre, et trouver des manières qui nous conviennent de dire nos limites et de se sentir à l’aise avec.

 

On est un groupe de féministes qui avons envie de partager ces questions par le biais d’ateliers qu’on voudrait faire circuler pour être de plus en plus nombreux-ses à s’en saisir. On a commencé l’an dernier à élaborer différentes formes de jeux et d’exercices pour plancher ensemble là-dessus, avec l’invitation à vivre un cadre de non-jugement, où on parle depuis soi-même et de sa propre expérience. Ces propositions de moments collectifs sont composés de petites formes plutôt ludiques, verbales ou corporelles, avec des temps de réflexion, des temps d’échange et d’expérimentation, en alternant les moments seulEs, en grand groupe et en petits groupes.

 

Participation aux deux jours d’atelier nécessaire

 

Mixité Trans Pédés Gouines Meufs

 

Inscription nécessaire à : lesflamandsroses @ yahoo.fr

 

15 à 20 personnes maximum, le lieu vous sera communiqué après l’inscription.

 

 

19h : Soirée de Présentation-Rencontres-Projections autour du livre La Cissexualité, ce douloureux problème : quand les minorités viennent nommer et questionner la norme , en présence de l’auteurE.

 

Avant la présentation, projection de deux documentaires:

 

Identités Remarquables (30mn) d’Emmanuelle Vilain et Nathalie Lepinay

Né d’un accident de parcours et des rencontres qui l’ont suivi. Travaillée au corps par l’apparence et les risques de la féminité, la réalisatrice a choisi d’aborder la question du genre dans son aspect strictement politique, par le biais d’un entretien avec Cornelia Schneider, militante trans-Identitaire des droits humains.

 

– chères personnes cisgenres (6mn) de Jayrôme C. Robinet

Vidéo d’un activiste trans pour le TDoR 2013 en hommage au texte Dear Straight People de Denice Frohman, artiste et performeuse de spoken word US-américaine (http://www.denicefrohman.com)»

 

La Cissexualité, ce douloureux problème : quand les minorités viennent nommer et questionner la norme

 

Les questions fondamentales sont celles qu’on ne se pose jamais car relevant de l’Évidence, d’un pseudo « Ordre Naturel des Choses » et fonctionnant comme des vérités universelles (sans histoire et partout). NouEs sommes tousTEs « formaté.es  » pour qu’elles restent hors du champ du « Questionnable ».

Ce livre, via la réalité de la fabrique du « transsexualisme », expose au grand jour la fabrique du Naturel (ici : la production, par un régime politique hétérosexiste, du sexe et du genre) et sa régulation institutionnelle, afin de nier/d’invisibiliser le potentiel social et politique de révolte des ditEs « A/normalEs », entendu.es comme « A/Naturel.les ». Cette biopolitique est un déplacement invisible du politique au privé.

Par la mise en scène photographique et des citations détournées des psychiatres les plus transphobes, il nomme LA Norme, entendue comme « LA Nature » (ici : les personnes CIS), la renverse, pour lui appliquer toute la répression psychiatrico-juridique qui s’exerce sur les personnes trans. Cette répression institutionnalisée ayant pour but de maintenir et de continuer à co-produire le régime politique de l’hétérosexualité en pathologisant, objectivant, stigmatisant, précarisant les personnes trans ; tout en maintenant cette régulation/répression comme « Naturelle », voire « bienfaisante » et donc légitime.

Dès lors que « LA Nature », « l’Ordre Naturel des Choses » n’est qu’une Norme (qu’elle a donc une histoire qu’on peut retracer…), elle est variable, située dans un espace/temps précis ; elle est CONTESTABLE et n’a aucune LÉGITIMITÉ qui viendrait d’une pseudo « instance supérieure ». C’est en ce sens que ces questions et pratiques de Naturalisation de rapports sociaux nous concernent tousTEs.

Ce livre est un manifeste, une prise de parole, d’empowerment via des techniques de retournement, d’une minorité (les personnes trans), privée de parole, de droits élémentaires, soumise au pouvoir biopolitique (la psychiatrie et le système juridique) qui vient fracasser « l’Ordre Naturel des Choses », qui vient dénoncer « LA Nature » comme Norme. Il ne s’agit pas de quémander des droits, d’êtres toléré.es…, il s’agit de devenir sujets, acteurEs, expertEs de nos existences face notamment aux sciences bio-médicales qui n’ont rien de neutre.

Pour conclure, il ne s’agit pas que de nouEs mais de toute personne car toustEs sont, ont été ou seront soumis.es au Biopouvoir.

 

 

http://naiel7.wix.com/naiel#!le-livre-la-cissexualit-ce-douloureux/c1uij

 

https://www.facebook.com/cisgenre

 

 

MARDI 28 OCTOBRE

 

9h30-18h : Atelier sur le consentement animé par l’Épiceuse

 

18h30-21h : Qu’est-ce qu’on voudrait voir dans une bibliothèque féministe et queer ?

Comme chacun/chacune sait, il y a une bibliothèque au J’En Suis J’Y Reste, mais elle n’est pas très utilisée.

Cet atelier propose de visiter la bibliothèque, d’échanger sur nos envies d’ouvrages (quelles thématiques, quels types d’œuvre, roman, fiction, recherche, fanzine, BD) et comment on voudrait la voir fonctionner (permanences ? Horaires d’ouverture ? Accessibilité ? Commandes ? Gestion du prêt ? Abonnements ?)

Après un premier échange, nous prendrons deux semaines pour réfléchir à un aménagement, un fonctionnement, des achats possibles. Et nous nous retrouverons dans un deuxième temps pour trier, décorer, classer, et rendre fonctionnelle la bibliothèque.

 

 

 

MERCREDI 29 OCTOBRE

 

Accueil (18h) et Assemblée générale (20h) des Flamands Roses

 

 

JEUDI 30 OCTOBRE

 

9h30-18h : Atelier de formation de formateurICES suite à l’atelier sur le consentement animé par l’Épiceuse

2 journées de transmission et d’échanges sont proposées les jeudi et vendredi aux personnes qui souhaitent s’approprier les outils utilisés pendant cet atelier (il est nécessaire que celles-ci aient vécu l’atelier par ailleurs)

 

18h-22h30 : Place à nos amiEs du Bar du Centre

 

 

VENDREDI 31 OCTOBRE

 

9h30-18h : Atelier de formation de formateurICES suite à l’atelier sur le consentement animé par l’Épiceuse

 

 

SAMEDI 1er NOVEMBRE

 

14h-16h30 : Atelier «désapprendre à dire «je ne sais pas dessiner»»

Cet atelier n’est certainement pas un cours de dessin mais une approche-amorce ludique et libératrice du geste et de la pensée pour que je finisse par cesser d’entendre autour de moi cette phrase fataliste et fatidique : «moi, je ne sais pas dessiner».

Cet atelier dure trois heures environ, participation à prix libre d’abord pour la PAF du matériel puis en soutien aux Flamands Roses.

J.S.

 

21h : soirée cocktail des Flamands Roses

La soirée Cocktail sera en soutien aux UEEH !

Les UEEH, Universités d’Été Euro-méditerranéennes des Homosexualités sont des Rencontres autogérées Lesbiennes biE gay trans et queer qui ont lieu chaque été à Marseille et dont la première édition date de 1979.

Les 4 et 5 octobre de cette année nous avons reçu à Lille les participantes à l’organisation de la prochaine édition !

Si vous voulez en savoir plus sur les UEEH et le projet de cette année, c’est l’occasion de venir en discuter à la soirée cocktail !

 

Pendant la soirée venez assister à la performance Infidel Castra !

 

 

 

 

 

 

DIMANCHE 2 NOVEMBRE

 

13h-17h : Atelier papier-collés

Création dadaïste de poèmes (et autres) à partir de mots en vrac dans un saladier, découpés dans des revues (anciennes et neuves) , des images, des dessins, des annotations, ……

Composez, décomposez, recomposez, par hasard ou non, comme vous le souhaitez, puis sortez vos petits bâtons jaune (UHU) et lancez vous dans une formidable aventure le temps d’une après-midi au centre LGBTQIF de Lille.

Les résultats pourront éventuellement et au gré de leurs auteurEs être publiés dans un des numéros suivant de « Des vies en Rose », sur un blog « dédié » (http://eric-guen.blogspot.fr/), et autres……

Amenez votre propre matériel également……………

Pour en savoir plus :  http://eric-guen.blogspot.fr/2011/11/des-papiers-colles-pourquoi.html

Nombre de personne max : 15-20 personnes

Atelier proposé par Rico

 

 

17h30 : Lectures du livre Comme un chien par l’auteur Ji Ro

En 1997, Ji Ro, petit pédé tendance anarko-punky, croise trois mecs qui lui font sa fête. Coups de pied, coups de poing, coups de bite. Menace de mort. Dans ce témoignage, l’auteur se pose des questions sur la victimisation, l’homophobie, les violences, etc. Faut-il ou ne faut-il pas porter plainte lorsqu’on n’est pas copain avec la machine police-justice-prison ? Et quelles en sont les conséquences…

Ji Ro a pas mal traîné dans les scènes punks et squats européennes des années 80 et 90. Vivre libre ou mourir. Activiste queer à Lyon, il créé le fanzine « Star » en 1992, puis écrit dans BangBang, fanzine pédé et tapette radicale francophone. Mais sa rencontre avec trois mecs homophobes et brutaux, un soir d’automne, lui posera tout un tas de questions, entre utopies et évidences, et bouleversera ses certitudes et incertitudes.

 

21h-22h : Tata Bigoudi, l’émission qui défrise l’hétérocratie, sur Radio Campus Lille 106,6 FM

 

 

LUNDI 3 NOVEMBRE

 

Place à nos amiEs du CA du centre : réunion mensuelle publique du conseil d’administration du centre LGBTQIF J’En Suis J’Y Reste. Moment important de coordination des actions des différentes composantes du centre, et d’animation de la vie au centre.

 

 

MERCREDI 5 NOVEMBRE

 

Accueil (18h) et Assemblée générale (20h) des Flamands Roses

 

 

JEUDI 6 NOVEMBRE

 

18h-22h30 : place à nos amiEs du Bar du Centre

 

19h-21h : Atelier portraits (I)

Al vient de loin. Elle vous propose de réaliser vous même vos portraits, sur différents supports comme : la photographie, l’écriture, le dessin, le collage, etc…

Puis, tout au long du festival, un pupitre restera à votre disposition pour apporter votre contribution aux portraits.

 

VENDREDI 7 NOVEMBRE

 

16h-19h : Atelier portraits (II)

Proposé par Al.

 

19h : place à nos amiEs des Projectionnistes

 

Du samedi 8 novembre au mardi 11 novembre (voir détail des jours et des horaires ci-dessous)

Jurassic Fem : une identité perdue en terrain queer ?

Nous vous proposons une série de discussions qui se tiendra en 3 volets autour des identités fems.

Sid et Morgane

 

Contact et inscription : rencontres.fems @ herbesfolles.org

 

SAMEDI 8 NOVEMBRE

 

10h-19h : Jurassic Fem : une identité perdue en terrain queer ?

Première partie : construction et affirmation de nos identités fems.

Non mixte fems cis et trans

 

15 à 20 personnes

 

Contact et inscription : rencontres.fems @ herbesfolles.org

 

 

19h30-20h30 : Scène ouverte !

Slam, poésie, prose, théâtre : venez partager les textes que vous aimez !

 

Que ce soit un texte que vous avez écrit ou qui vous a touché, un extrait que vous voulez partager depuis longtemps… La scène est ouverte !

 

21h30 : Concert : Crête et Pâquerettes

Est-il encore nécessaire de présenter Crête et Pâquerette, un des trop rares groupes queer punk à Bruxelles? Allez, on se la refait: c’est un duo qui distille paroles intimistes, engagées, ironiques, immatures (sic), poétiques et cyniques sur des sons électro-(post-)punk qui donnent envie tant de lever le poing que de tortiller du popotin et de rouler des galoches à ses voisin-e-s!

DIMANCHE 9 NOVEMBRE

 

12h-18h: Place à nos amiEs du Brunch du J’En Suis J’Y Reste

 

18h-22h : Jurassic Fem : une identité perdue en terrain queer ?

 

Deuxième partie : dialogues entre différentes féminités queers

Non mixte fems cis et trans/queers féminines/meufs trans féminines/gouines

cis et trans en questionnement sur leur FEMinité/pédés folles cis et trans

15 à 20 personnes

Contact et inscription : rencontres.fems @ herbesfolles.org

 

21h :Tata bigoudi, l’émission qui défrise l’hétérocratie, sur Radio Campus Lille 106,6 FM

 

 

LUNDI 10 NOVEMBRE

 

19h-22h : Jurassic Fem : une identité perdue en terrain queer ?

 

Troisième partie : personnes trans masculines/butches/fems : quelles dynamiques ?

 

Non mixte personnes trans masculines/butches cis et trans/fems cis et trans

15 à 20 personnes

Contact et inscription : rencontres.fems @ herbesfolles.org

 

 

MARDI 11 NOVEMBRE

 

9h30-20h : Jurassic Fem : une identité perdue en terrain queer ?

Dernière partie : Créations écrites et visuelles

Pour clôturer en beauté ce cycle de discussions, nous invitons les personnes qui y ont participé à une journée de créations visuelles et écrites.

 

Non mixte personnes qui ont participé au cycle de discussions proposées.

De 9h30 à 14h30 et de 15h à 20h (lieu à définir pour l’après midi, contact et inscription : rencontres.fems @ herbesfolles.org )

 

16h-19h : Session de création du Fanzine des Flamands Roses : Des vies en Rose n°3

Connais-tu Des vies en rose, le fanzine lillois queer et féministe des Flamands Roses ? Toi aussi, participe à la création de ce fantastique numéro 3 durant ce moment privilégié d’échanges et de discussions ! Fais-nous profiter de tes talents hauts en dessin, écriture, collages, pochoirs, photos, mise en page…

 

19h-21h : Qu’est-ce qu’on voudrait voir dans une bibliothèque féministe et queer ?

Deuxième session. Les personnes n’ayant pas participé à la première session (du 28 octobre) sont les bienvenues aussi.

MERCREDI 12 NOVEMBRE

 

Accueil (18h) et mini-AG des Flamands Roses

 

20h30 : Projection du film Vos Désirs 

Un Film de Gabrielle Gerll d’après un texte de Zig Blanquer

2013 – 52 minutes

L’aspect le plus immédiatement visible du handicap de Zig, c’est la tétraplégie.

Qu’est-ce que cette particularité de fonctionnement corporel induit dans la relation amoureuse ? En quoi met-elle en crise le fonctionnement valide, ses certitudes, ses routines ? Mais aussi de quelle manière peut-elle le nourrir et l’enrichir ?

Zig nous invite à réfléchir avec lui. Inversant le rapport classique, il interroge les normes valides du couple à l’aune de son propre corps. 

Ou comment les personnes valides sont tout à coup des sujets d’observation, et non plus les observateur/trices neutres.

 

JEUDI 13 NOVEMBRE

 

18h-22h30 : place à nos amiEs du Bar du Centre

 

VENDREDI 14 NOVEMBRE

 

Repas Séro-solidaire

 

Gais, Lesbiennes, Bis, Trans, Homos, Hétéros, Séropos, Séronegs, retrouvons-nous autour d’un repas solidaire au J’En Suis, J’Y Reste. Le repas est précédé d’un temps de discussion et de lectures sur notre « santé globale » et d’actualités liées aux VIH / VHC. Parce que la convivialité nous fait du bien, tissons des liens.

Le nombre de convives est généralement limité.

Renseignements et inscriptions autant que possible à lesflamandsroses @ yahoo.fr ou au 03 20 52 28 68.

Les repas sont gratuits. Une participation aux frais à prix libre est proposée.

19h : accueil

19h30 : discussion thématique : nos peurs :

peurs de transmettre le virus, d’être infectéE, de transformer nos peurs en sérophobie

20h30 : repas

 

En présence des Soeurs de la Perpétuelle Indulgence du Couvent du Nord

 

 

 

SAMEDI 15 NOVEMBRE

 

21h : Soirée de clôture du festival !

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha