misogynes, racistes et abusifs en Belgique!

Julien Blanc, artiste de la drague (pickup artist) autoproclamé, planifie de se rendre en Belgique en septembre 2015 pour transmettre ses méthodes abusives de « séduction ». Cette pétition vise à empêcher Julien Blanc d’entrer sur le sol belge et de transmettre ses conseils à d’autres hommes.

Le suisse Julien Blanc et son employeur Real Social Dynamics font de l’argent avec des séminaires où ils enseignent à d’autres hommes comment violer les droits des femmes par l’abus physique et émotionnel. Sous prétexte de renforcer la confiance en soi des hommes et de leur apprendre à séduire des femmes, ils proposent des stratégies abusives qui ont un seul but : affaiblir les résistances d’une femme ciblée par la manipulation, le harcèlement et la violence jusqu’à ce qu’elle finisse par se plier à la volonté de son « séducteur ». Parmi ces techniques se trouvent :

  • la manipulation : faire boire la femme ciblée pour qu’elle ne puisse plus résister; « negging », càd mettre en question la valeur de la femme ciblée dans l’espoir qu’elle voudra obtenir de l’approbation en se soumettant
  • le harcèlement sexuel : mimer la fellation ou le cunnilingus avec des femmes non consentantes, se frotter contre la femme ciblée de manière sexuelle, baisers forcés
  • l’intimidation : la femme ciblée est poussée contre un mur et bloquée avec les bras du harceleur qui l’empêche de sortir et lui parle de tout près
  • l’agression physique et sexuelle : attraper une femme ciblée par le bras et l’empêcher de partir, l’étrangler avec une main, avoir des relations sexuelles quand elle n’est pas en mesure de consentir

Cette misogynie accablante va de paire avec du racisme et des attitudes discriminantes par rapport à l’apparence physique. L’approche de Blanc a comme but d’attirer des hommes frustrés qui croient que les femmes qui ne s’intéressent pas à eux violeraient leur droit inné de disposer sexuellement des femmes.

Suite à une mobilisation massive, Blanc a, en novembre 2014, été contraint de quitter l’Australie. Par la suite, il a été refusé d’accès sur le territoire du Royaume-uni, à Singapour et au Brésil, et des mobilisations sont en cours pour empêcher sa venue en France.

En septembre 2015, Julien Blanc compte tenir deux séminaires en Belgique, le 17 septembre à Bruxelles et le 18 septembre à Anvers (http://julienworldtour.com). Nous vous appelons à utiliser votre influence pour Julien Blanc ne puisse avoir accès au territoire belge et que ces deux séminaires soient annulés.

La Belgique a intégré dans sa constitution l’égalité entre les femmes et les hommes. Le travail de Julien Blanc ne concorde en rien avec ce principe. Certains des conseils qu’il prodigue sont même illégaux et risquent d’augmenter les violences faites aux femmes (voir ci-dessus). Laisser Julien Blanc venir en Belgique revient à légitimer la prédation sexuelle et l’objectivation des femmes. La Belgique ne doit pas être le seul pays où des hommes comme Julien Blanc peuvent enseigner comment violer et harceler des femmes.

Signez cette pétition:  https://www.change.org

Adressée à
Secrétaire d’Etat à l’égalité des chances Elke Sleurs
Ministre de l’Intérieur Jan Jambon
Ministre de l’Egalité des chances Liesbeth Homans
et 5 autres
Ministre des droits des femmes et de l’égalité des chances Isabelle Simonis
Secrétaire d’état à l’égalité des chances Bianca Debaets
Ministre d’égalité des chances Maxime Prevôt
Bourgmestre d’Anvers Bart De Wever
Bourgmestre de la Ville de Bruxelles Yvan Mayeur
Empêchez Julien Blanc de proférer ses conseils misogynes, racistes et abusifs en Belgique!
 
un couple de deux jeunes hommes

Dans 4 jours, deux hommes marocains pourraient écoper de 3 ans de prison ferme – simplement parce qu’ils sont gays.

Rejoignez la mobilisation mondiale pour libérer Lahcen et Mohsine.

SIGNEZ

 

Imaginez: 3 ans de prison parce que vous êtes gay!? C’est ce qui pourrait arriver à Lahcen et Mohsine, deux marocains gays. Ils ont été arrêtés alors qu’ils se prenaient en photo devant un monument à Rabat. La police a considéré qu’ils étaient trop proches – et cela portait “atteinte à la moralité publique”.

Leur procès est dans 4 jours. Les deux hommes gays encourent jusqu’à 3 ans de prison. Le collectif Aswat au Maroc qui se bat pour leur liberté demande l’aide urgente de chacun d’entre nous. Le mois dernier déjà trois marocains ont été condamnés à 3 ans de prison simplement pour homosexualité.

Une grande mobilisation mondiale juste avant le procès dans 4 jours pourrait changer la donne pour Lahcen et Mohsine. Alors que les autorités marocaines investissent pour attirer les touristes du monde entier, elles ne pourront pas ignorer une grande mobilisation mondiale qui met en jeu sa réputation.

Plus que 4 jours. Parce qu’être gay ne doit pas être un crime, signez et partagez la pétition maintenant et lançons une grande mobilisation mondiale pour libérer Lahcen et Mohsine. go.allout.org/fr/a/lahcen-mohsine/

Merci de soutenir All Out.

Andre, Jeremy, Guillaume, Jéssica et l’ensemble de l’équipe d’All Out.

P.S. All Out est financée par ses membres – cela signifie que chacun de vos dons amplifie nos campagnes mondiales innovantes. Cela signifie aussi que les États et les grandes entreprises ne peuvent pas nous dicter leur programme, car nous n’acceptons pas leur argent. Aidez-nous à rester forts. Cliquez ici sans attendre pour faire un don : go.allout.org/fr/a/ps-donate/

 

En Argentine, deux juges sont toujours en poste après avoir déclaré que le viol d’un petit garçon de six ans n’était pas très grave car il était « déjà gay ». Ils ont réduit la peine du violeur car, selon eux l’enfant « avait l’habitude d’être violé et montrait des tendances homosexuelles ». C’est à vomir.

Devant le scandale national qu’a déclenché leur décision, les juges se rebiffent. Ils prétendent qu’ils n’ont rien fait de mal et que tout cela n’est qu’une conspiration. Ils pourraient s’accrocher à leur poste et mettre beaucoup de gens en danger à cause de leurs préjugés anti-gays.

Dans quelques jours seulement, une commission examinera l’affaire et décidera de destituer ces juges… ou de les laisser en poste. Demandez à la commission de ne plus les laisser mettre un pied dans les tribunaux afin que leurs préjugés sordides ne fassent plus aucune victime : go.allout.org/fr/a/judge-scandal

Les juges Horacio Piombo et Benjamin Ramon Sal Llargues ont réduit la peine de Mario Tolosa, un entraîneur de football accusé d’avoir violé un enfant de six ans en 2010. Mario Tolosa originellement condamné à six ans d’emprisonnement, ne devra passer que 38 mois derrière les barreaux. La justification ? Le petit garçon, également violé par son père, était habitué aux violences et montrait dèjà ʺdes tendances homosexuelles ».

L’Argentine est l’un des pays les plus progressistes au monde pour les droits des personnes lesbiennes, gays, bi et trans. Mais les groupes conservateurs et anti-gays maintiennent une pression constante pour revenir en arrière. Lorsque des personnalités importantes comme ces juges restent impunis, cela leur donne des munitions dans leur bataille contre l’amour.

C’est pour cette raison que nos partenaires de la Fédération LGBT argentine veulent obtenir la destitution des juges. Ils travaillent avec des avocats pour se présenter devant une commission sénatoriale afin de demander leur éviction. La commission examinera l’affaire et lancera ce que l’on nomme un ʺprocès politique » pour déterminer si les juges pourront rester en poste. Des milliers de signatures des membres d’All Out sur le dépôt de plainte pourraient suffire à faire pencher sa décision.

Faisons en sorte que personne ne soit victime de juges anti-gays : go.allout.org/fr/a/judge-scandal

Les membres d’All Out ont déjà remporté de grandes victoires pour l’amour et l’égalité en Argentine. En 2014, plus de 10 000 d’entre nous avons signé une pétition et poussé la mairie de Buenos Aires à assurer la sécurité de la Marche des fiertés. Aujourd’hui, battons-nous pour l’égalité devant la justice.

Signez et partagez maintenant: go.allout.org/fr/a/judge-scandal

 
Hier matin, un groupe d’habitants de la ZAD (parmi eux des lapins, des humains, des écureuils…) ont empêché pacifiquement un camion et un bulldozer (appartenant à une société impliquée dans le début de la destruction de la zone) de faire sa sale besogne !

Après un petit passage de quelques flics zélés venus constater au final comme nous, que cette société n’avait pas les permis adéquats, ils sont eux aussi repartis !

ALERT POUR CE MERCREDI !
UNE TENTE PAR CAROTTAGE !

Une autre société représentée par un bonhomme bizarre est venue nous prévenir il y a quelques jours, qu’ils viendraient ce mercredi 6 mai faire des trous (« carottages ») dans le terrain pour faire des « analyses pour l’environnement ». Ben on a dis non ! Car les lapins s’occupent déjà de faire des trous et analyses de sol ! Ils nous fournissent toutes les infos nécessaires pour préserver le sol et l’environnement donc c’est pas nécessaire…

Au cas où cette société voudrait quand même venir faire un tour…et comme cette dernière nous a « elle-même » remis le plan et une photo de la machine par l’intermédiaire de son « éclaireur »…

On invite chacun-e-s qui veut/peut se déplacer quelques heures à venir renforcer la présence sur la ZAD dès ce soir !!
On vous conseille : Une tente plantée sur chaque emplacement de trou ! No pasarán !

Plan du carottage et photo de l’engin ici

Se rendre sur le terrain du Keelbeek

L’enquête publique concernant le projet de méga-prison à Haren est en cours, c’est le moment ou jamais de réagir !

Au moyen de la lettre-type ci-jointe, on peut faire entendre sa voix par courriel ou par poste.

CHAQUE INTERVENTION COMPTE !

Tout le monde peut réagir, même sans être riverain.

Le but est d’obtenir un avis défavorable de la commission de concertation.

Plus d’infos ici : http://1130haren.be/fr/dossiers/prison/243-une-megaprison-a-haren-c-est-le-moment-d-agir

lettre-type_hare(…).odt
lettre-type_hare(…).docx
+++ [Le Passage] Activités mai 2015

Mercredi 13 mai 12h (à midi !) – Bouffe
Une dent contre les taules ?
A celles et ceux qui ont soif de liberté et très faim, venez
partager un coup de fourchette et un bout de discussion !

Mercredi 13 mai 18h00 – Discussion
Récit de lutte au sein des prisons grecques
Échanges avec un compagnon actuellement en prison, participant au Réseau des combattants prisonniers (DAK) et venant juste de mener une grève de la faim entre le 3 mars et le 19 avril afin de lutter contre l’instauration des prisons de haute sécurité (de type C) et autres mesures répressives instaurées par l’État grec.

Mercredi 20 mai 19h30 – Discussion
Le terroriste c’est l’État
Alors que le pouvoir invoque la menace terroriste pour renforcer les modes de domination, on se propose de discuter du lien étroit qu’il y a entre terrorisme et État.

Samedi 23 mai 19h30 – Soirée musicale
Chansons de Nass El Ghiwane
Musique révolutionnaire marocaine des années ‘70.

Mercredi 27 mai 19h30 – Repas
Repas de soutien à la lutte
Une invitation à se retrouver autour d’un bon repas chaud. Le repas est à prix libre (tu donnes ce que tu veux) en soutien à la lutte contre la maxi-prison.

Mar 302015
 

 

 

Hazem, le réalisateur, présente son projet :

Affiche Acta non verbaIl n’est pas facile d’expliquer pourquoi et comment j’ai mener ce projet de documentaire, et j’ai longtemps hésité sur la manière de le faire.

Au départ, Acta non verba est né de plusieurs constats : celui de la montée des extrêmes droites en Europe, de leur renouvellement théorique et de leurs nouveaux visages ; celui aussi du désarroi de la gauche, de notre immobi- lisme et de tout ce qui nous coupe des réalités du monde qui nous entoure.

La mort de Clément Méric fut un vrai choc pour moi, tout comme son traite- ment médiatique. Je me suis rendu compte à cette occasion à quel point nous étions mal compris et mal organisés…

Aussi, pour moi, faire Acta non verba répondait à un besoin : dans un monde où le support visuel s’impose, j’ai voulu réaliser un documentaire qui parle de nos luttes, de ceux qui ne baissent pas les bras et qui continuent à expérimenter.

En présentant différents collectifs, en France et à l’étranger, j’ai voulu mon- trer nos projets et nos contradictions, mais surtout faire un état des lieux, donner la parole à ceux qui sont présents sur le terrain.

En réponse aux stéréotypes et aux fausses représentations que certains donnent de l’antifascisme, j’espère que ce documentaire, fait par des militants, permettra aux spectateurs de mieux comprendre nos raisons d’être, nos es- poirs, nos aspirations ainsi que la logique de nos actes.

 

NL hieronder

Les jours précédents le Week-end de la marche des sans papiers de
Bruxelles à Antwerpen le centre fermé 127bis à Steenokkerzeel a été en
grande partie vidé de ces occupants. Les femmes ont été transférées au
Caricole ou au centre fermé de Bruges, les hommes expulsés ou aussi
transférés. Deux ailes étaient totalement vide tout au long du week-end.

Qui aurait eu l’idée, l’envie ou le rêve de rafler tous ces sans
papiers « illégaux et « criminels » qui marchaient de Bruxelles à
Antwerpen pour réclamer de la dignité, et de les enfermer au 127bis ?

Mais il semble que dans nos hautes sphères certains n’ont pas trouvé
l’idée opportune et tout c’est bien passé tout le long de la marche.
Les coordinateurs de la marche ont été prévenus de cette situation et
ont vraisemblablement bien géré ce stress,

Actuellement au centre fermé la situation revient tout doucement à sa
normale, de nouveaux détenus arrivent au compte goutte dans le centre
. Mais attention il y a encore beaucoup, beaucoup de places libres (
plus de 50!): des arrestations sur la voie publique, dans les
transports , à l’office ou des rafles seront sans doute (encore) plus
fréquentes. Restons vigilant !

APPEL à SOUTIENS

Il est clair qu’un jour viendra ou les différents mouvements des sans
papiers seront confrontés à cette répression au nom de notre «
sécurité» , même si il a été rare qu’une répression musclée ait lieu
face à de grands groupes bien organisés. En général la stratégie de
nos gouvernements est de lancer des promesses bidons pour casser les
gros mouvements, plutôt que de choisir la répression.

Mais face à nos nouveaux décideurs , qui aiment les coups de théâtre
médiatiques, la question d’une répression musclée reste dans les
possibles.

Il est urgent de construire un réseau large de « avec papiers » pour
soutenir les différents mouvements de « sans papiers » et leurs
revendications.

Il est urgent que les « avec papiers » expriment leur désaccords de
ces politiques criminelles Belges et Européennes par des actions, des
messages, des manifestations ou par toutes autres expressions.

Alors on reprend l’appel du Comité de soutien du mouvement sans papiers

*Appel à participation au Comité de soutien du mouvement sans papiers*

Depuis plusieurs mois partout dans la ville des sans papiers
s’organisent autour d’occupations, actions et/ou projets. A la
rencontre de dimanche passé les collectifs de sans-papiers ont exprimé
leur souhait d’avoir plus de soutien et d’être plus visible.

Nous vous invitons donc à venir discuter avec nous comment
concrètement participer à cette lutte, cette résistance en soutenant
les différents collectifs.
Le rendez-vous de cette rencontre conviviale de soutiens et de
sans-papiers se fera autour de la table d’hôte CollectActif du 21
février à 17h au Magasin Libre Av. du Port 53*.

Si vous ne pouvez pas être là mais voulez être tenu au courant des
prochains rendez-vous, envoyez un mail à :
soutien_steun_sanspapiers_2015@riseup.net

Nl

Oproep ter ondersteuning door mensen « met papieren »

Terwijl honderden zonder papieren deelnamen aan een marche van Brussel
naar Antwerpen de weekend van 14/15 februari, werd het gesloten
centrum 127bis voor een groot deel leeggemaakt. De vrouwen werden
overgebracht naar de Caricole of naar het gesloten centrum van Brugge,
de mannen werden uitgezet of ook verplaatst naar een andere gesloten
centrum. Twee vleugels van het gesloten centrum bleven het hele
weekend leeg.

Wie had gedacht, gewenst of gedroomd deze « illegalen” en » criminelen
« die van Brussel naar Antwerpen liepen om eeen waardig bestaan te
eisen, op te sluiten in het 127bis?
Maar het lijkt erop dat op hoog niveau dat idee door sommigen niet
opportuun werd gevonden. De marche verliep zonder enige problemen met
volle aan dacht van de media’s. De coördinatoren van de mars werden
gewaarschuwd voor deze situatie en hebben deze stress mooi aangepakt,

Momenteel is de situatie in het centrum langzamerhand normaal
geworden: Een per een worden nieuwe mensen gearresteerd en opgesloten.
Maar let op er zijn nog veel, veel plaatsen (vijftig!) Arrestaties op
de openbare weg, in het openbaar vervoer, aan vreemdelingendienst of
razzia’s zullen nog verder worden opgedreven . Blijft waakzaam!

OPROEP TOT STEUN

Het is duidelijk dat er een dag zal komen dat de verschillende
bewegingen van mensen zonder papieren met repressie zal worden
geconfronteerd in de naam van onze « veiligheid », al is het zeldzaam
gebeurd dat een zware onderdrukking plaatsvindt op grote goed
georganiseerde groepen. In het algemeen is de strategie van onze
regering in zulke gevallen diplomatische beloften te maken met het
doel zulke strijd te breken

Maar met onze nieuwe regering, die graag in de media’s blinken, blijft
een zware repressie meer dan mogelijk.

Het wordt dringend nodig om een ​​breed netwerk van « met papieren » op
te bouwen om de verschillende bewegingen van « zonder papieren » en hun
eisen te ondersteunen.
Het is dringend nodig dat « met papieren » hun onenigheid over de
Belgische en Europese criminele vreemdelingenbeleid uiten met acties,
demonstraties, aktiviteiten, of andere uitingen.

Daarom nemen we de oproep van het steuncomité van de beweging zonder
papieren over

*Oproep tot deelname aan het Steuncomité van de beweging van mensen
zonder papieren*

Al verschillende maanden organiseren mensen zonder papieren zich in de
stad rond bezettingen, acties en/of projecten. Op de bijeenkomst
vorige zondag hebben de collectieven van mensen zonder papieren
expliciet om meer steun en visibiliteit gevraagd.

Wij nodigen je dan ook uit om met ons te komen praten over hoe we
concreet kunnen deelnemen aan deze strijd, dit verzet door de
verschillende collectieven te steunen.
We komen bijeen tijdens de gastentafel CollectActif op *21 februari om
17u in de Allée du Kaai, Havenlaan 53.*

Mocht je er niet kunnen bijzijn maar op de hoogte willen blijven van
de volgende afspraken, stuur dan een mail naar:
soutien_steun_sanspapiers_2015@riseup.net

 

Nous avons 24h pour arrêter une loi anti-gay américaine qui permettrait aux médecins de refuser de soigner les homos.

Signez pour la stopper !

SIGNEZ

 

Imaginez : vous devez aller à l’hôpital, mais le médecin refuse de vous soigner. Demain, l’État américain de Virginie va considérer une loi qui autorisera les docteurs, les professeurs et toutes les entreprises à REFUSER les personnes lesbiennes, gays, bi et trans au motif de la « conviction morale ou religieuse ».

La loi sera soumise à un vote crucial. Si nous réussissons à convaincre des membres de la Commission de l’Assemblée de voter CONTRE avant, elle pourrait ne jamais voir le jour. C’est maintenant que nous avons besoin d’une mobilisation citoyenne : nous devons montrer à la Commission que le monde entier la regarde.

Le vote est proche et les prochaines 24h sont cruciales pour arrêter la loi. Nous devons mobiliser tout All Out ! Signez la pétition pour dire à la Commission qu’elle doit dire non à cette loi anti-gay. Nous remettrons immédiatement vos signatures à chacun de ses membres.

Signez et partagez : go.allout.org/fr/a/virginia

Cette loi s’applique aux écoles et aux hôpitaux, mais aussi aux restaurants et à toutes les entreprises. Elle peut permettre à des professeurs de refuser des homos dans leur classe ou à des cinémas de refuser l’entrée à ceux qui leur « semblent » homos.

Ensemble, nous avons déjà remporté des victoires devant des lois comme celles-ci – en Arizona, une proposition scandaleuse prévoyait d’interdire aux personnes trans d’utiliser les toilettes et les vestiaires d’entreprise. Après une mobilisation rassemblant des milliers de personnes, nous avons parlé aux élus, qui ont décidé de retirer cette idée.

Signez et partagez. Cela ne prend que deux minutes: go.allout.org/fr/a/virginia

D’autres lois anti-gays pullulent dans tous les États-Unis. Le mois dernier, le Sénat du Michigan a retiré un texte similaire à celui qui est aujourd’hui soumis au vote en Virginie. Nous pouvons gagner une fois encore. Signez maintenant :

go.allout.org/fr/a/virginia

En avant,

Andre, Guillaume, Lucy, Pablo, Rose, Tile et tous les autres membres de l’équipe d’All Out.

 

P.S. Plus d’une dizaine d’autres États américains ont proposé des lois qui autorisent les discriminations au nom des « convictions morales ou religieuses », et ce nombre ne cesse d’augmenter. Sans votre aide, ces lois dangereuses pourraient continuer à pulluler partout dans le pays et faire des personnes lesbiennes, gays, bi ou trans la cible de nouvelles discriminations. Signez maintenant pour les bloquer ! go.allout.org/fr/a/virginia

 

« Tu es un souvenir qui bouge » : appel à soutien

 

Tu es un souvenir qui bouge, c’est un court-métrage expérimental qui mélange histoire de fantômes et quête d’identité Queer. Ce film poème nous emmène dans une traversée du monde des vivants à celui des morts, du monde des enfants à celui des adultes. Il oscillera entre fiction et réalité dans un paysage italien surréaliste.

Écrit et réalisé par l’artiste plasticienne Sophie Valero, il est produit par le Fresnoy, Studio national des arts contemporains.

Pour découvrir ce projet et, pourquoi pas, le soutenir, il y a une campagne Kisskissbankbank (jusqu’à mi-janvier) à laquelle vous pouvez participer :
http://www.kisskissbankbank.com/fr/…

 

 

 

 

 

Femmes, parole et pouvoir

Lilith, lasse d’être toujours en-dessous, proposa à Adam de se mettre sur lui pendant qu’ils forniquaient. Celui-ci refusa. Rébellion ; Lilith prit ses cliques et ses claques et dégagea dare-dare du jardin d’Eden.

Lady-Lilith

 

LilithS, c’est un groupe de femmes activistes basé à Bruxelles. Elles s’imposent par l’action directe dans l’espace public, pour faire passer des messages ou exprimer des idées. Elles sont révolutionnaires, anticapitalistes et anti-impérialistes.

Derniers faits revendiqués : des litres de sang répandus sur le carrelage de l’aéroport de Bierset pour dénoncer la complicité de l’Europe dans le conflit Israëlo-palestinien. Un câlin extatique offert – seins nus et drapeaux arc-en-ciel – à Christine Boutin lors de la rencontre européenne des jeunes actifs catholiques. Une danse de la pluie queer et sauvage sur Monseigneur Léonard muré dans sa prière. Une parade à la gloire mortifère de Monsanto menée par des parodies d’eurocrates, à la foire agricole d’Agribex où, par ailleurs, on a signalé l’intrusion de deux Miss humaines égarées au concours bovin de la Blonde Aquitaine.

Politique et féminisme : Tentative de définition

tumblr_nb4kv9mYWA1sl0n8fo1_1280« Ce qui est magnifique dans ce groupe, c’est notre  diversité de centres d’intérêts et de priorités politiques. On a toutes en commun de venir du même milieu socioculturel, on est issue de la même génération, et toutes, nous sommes nouvelles dans l’expérience de l’action directe, mais plus que nos ressemblances, c’est la rencontre de nos différences qui nous unit. Le chemin qu’on a fait, c’est celui qui nous mène aujourd’hui à savoir qu’on ne peut pas dissocier le féminisme de la politique. Soudain, on a mis des mots là-dessus, tandis qu’on cherchait à définir LilithS. Le fait qu’on peut, comme femmes activistes se mêler de questions strictement politiques sans avoir à se demander si on est légitimes. Et rien que ça, se donner le droit d’agir dans l’espace politique, en dehors du territoire défini comme étant celui des luttes de femmes, c’est déjà du féminisme ! »

Que dire de Femen ?

« Ce qu’on en dit à chaque fois, c’est qu’on a décidé de ne pas s’y référer car on ne veut pas entrer dans le jeu sournois qui consisterait à polémiquer. On ne veut ni casser du sucre sur leur dos ni profiter a-contrario de leur image. Donc voilà, ce qu’on peut en dire, c’est que certaines d’entre nous se sont rencontrées lors de la constitution d’une faction Femen en Belgique; et que les LilithS n’existeraient pas s’il n’y avait eu notre implication dans Femen à un moment donné. On en a gardé une formation très efficace à l’action directe, à la communication et au self-control. »

La non-mixité

« On n’a jamais dû s’en défendre ni même s’en expliquer. Le parti-pris de la non-mixité dérange en général beaucoup de gens, mais dans le cadre spécifique de l’action directe, c’est juste un état de fait. Il est possible que la non-mixité de notre groupe ne suscite aucune question parce que nous sommes explicitement radicales, et qu’il y a suffisamment de choses à dire sur cette radicalité ! C’est comme si la radicalité de nos actions évinçait toutes les autres questions. Par contre, ce qui pose régulièrement problème pour les gens, c’est quand nos actions n’ont pas de liens directs avec le féminisme. On a eu diverses réactions sur fb qui allaient dans ce sens-là : Occupez-vous plutôt des femmes ! Ne perdez pas de vue votre combat !

Des corps de femmes dans l’espace public

tumblr_mxgli1cPO11sl0n8fo1_1280« La présence de nos corps et leur mise en jeu dans nos actions suscitent de la haine et du sarcasme. On essuie de la violence physique, de l’agressivité verbale et de la dérision phallocrate – genre : « Ces filles n’y connaissent rien à la politique, elles veulent juste s’exhiber et faire du buzz ! »

Lors de notre attaque contre Boutin, on était vraiment dans la gueule du loup, et soudain, on a cru entendre des femmes dans le public qui prenaient notre défense, elles criaient : « Ne les touchez pas, ne les touchez pas ! » mais finalement, on a compris qu’elles mettaient en garde les services d’ordre qui tentaient de nous évacuer : ils ne devaient pas nous toucher, parce qu’on était le diable !

Pour ces gens, c’est insupportable qu’on affirme notre position, en s’imposant, ils prennent ça pour de la violence, ce qui est évidemment injuste car qui décide de donner la parole aux uns plutôt qu’aux autres ? Quand on a décidé de mener l’action contre Léonard, c’était en réaction à une longue interview qui lui avait été accordée à la radio. Il y avait de la violence dans ces propos ; Et il y a aussi quelque chose de violent dans le fait que les médias lui donnent autant d’espace pour développer ses théories homophobes et dégueulasses ! Qui décide que certaines formes de violence ont droit à la liberté d’expression et d’autres non ?

Prise de pouvoir ?

tumblr_mwtr73xZxt1sl0n8fo8_1280« Nos actions sont en quelque sorte une prise de pouvoir momentanée sur un sujet particulier, mais notre volonté n’est pas de prendre le pouvoir. Ce n’est pas notre démarche. Notre but, c’est de créer des artefacts dans la norme de ce qu’est un débat démocratique. Altérer les structures. Déconstruire la notion de pouvoir. En étant un groupe, de femmes, anonymes : qu’y a-t-il de moins associé au pouvoir que nous, dans cette société ? Clairement… »

La parole et l’intime

Au début, nos réunions du lundi soir étaient pensées comme un espace d’organisation, et puis, suite à une pause dans nos actions, elles ont pris un autre sens. C’est devenu hyper important pour la santé du groupe mais aussi pour notre santé personnelle de concevoir ces réunions comme un lieu d’échange de paroles et d’expériences, intimes et collectives. Et la non-mixité offre un territoire qui ne se trouve pas ailleurs. L’idée du partage des connaissances aussi est importante, on a des centres d’intérêt ou des domaines de savoir très différents et ça nous donne une grande tolérance par rapport aux ignorances ou à la méconnaissance des autres sur certains sujets. Ce qui est loin d’être toujours le cas dans les groupes affinitaires. Plusieurs fois, on s’est proposé des mini-conférences, qui sur l’histoire du punk, qui sur la politique belge. Ca crée des passerelles, et comme on est toutes très proches de l’actualité, il y a toujours à un moment donné quelque chose qui ressort, qui nous donne envie d’en parler. On se donne des dossiers à étudier, à suivre et on guette le moment opportun pour une action.

 

sens-clap-89-2014_1540847Echanges avec Margo Fruitier autour de la parole, de la puissance et de l’intime :

Le groupe existe depuis un an comme LilithS. Je fais partie des fondatrices. Avant ça, j’ai passé 5 mois et demi chez Femen.

Je viens d’un milieu de gauche ; mon père ne se dit pas anarchiste, mais c’est tout comme. Et quant à ma mère, le moindre de ses gestes quotidiens est politique ; elle ne le dit pas avec des mots, mais elle le dit de tout son être ! Gamine, ils m’embarquaient dans des manifs. Et je me souviens très bien quand, pour la première fois de ma vie, j’ai eu honte d’un événement politique : je devais avoir huit ans. Je me suis posé longtemps la question du comment s’engager. Quel type d’engagement. Avec une sorte de culpabilité à être là sans rien faire. Même si je savais que l’art m’offrirait des opportunités de parole – je suis réalisatrice de cinéma et c’est là que se trouve mon territoire d’exploration de l’intime. Je n’avais pas envie d’un engagement qui consiste à distribuer des tracts dans une manifestation entourée par des cordons de police. Un groupe organisé radical et en même temps qui se jette à corps perdu dans la lutte, c’est dur de trouver ça, et du coup, en vérité, on a fini par le créer !

Entre nous, il y a un vrai soulagement à s’être trouvées. On fait l’expérience à travers ce groupe d’une forme de sororité. Nous sommes des sœurs d’armes. Ce qui signifie qu’on ne passe pas forcément beaucoup de temps à parler de notre intimité, on ne sort pas ensemble pour aller boire des coups – Ce qu’on a de commun, c’est d’être à vif sur toutes ces questions politiques et féministes, c’est qu’on souffre de l’actualité et du monde qui nous entoure. Et LilithS nous permet de ne pas être seules dans cette souffrance. L’état du monde, ce que j’en comprends, ce que j’en analyse, me fait grande violence. Et je me sens impuissante. Et les LilithS, c’est une manière de retrouver de la puissance, justement de faire acte dans l’espace public, de crier son désaccord.

Le corps ? Je ne sais pas ce qu’en diraient les autres, mais pour moi il y a quelque chose de désespéré, quand tu t’engages dans une action où ton corps, ta vie même parfois, sont possiblement en péril. Tu te lances à corps perdu ! L’expression dit bien ce qu’elle veut dire. Tu te mets là, tu t’exposes complètement, et ce que tu abandonnes, ce ne sont pas tes idées mais c’est ton corps comme support de ces idées. Le corps va subir les conséquences de ta pensée. Et pourtant, c’est un grand moment de puissance, c’est comme une transe.

Concernant l’organisation du groupe, on essaie qu’elle soit totalement horizontale, en mettant en avant les qualités respectives de chacune. C’est ainsi qu’il m’arrive de jouer le rôle de la porte-parole mais « Margo Fruitier la leader de Femen en Belgique » on l’a tuée ensemble, en faisant LilithS.

Et quant à la place qu’on laisse à l’intime, notre position est proche de la surprotection : c’est nos actes qui parlent, nos communiqués. On a posé une série de règles, le cadre strict de notre mode d’action et de communication, et on s’y tient. Même si, on est d’accord, c’est hyper intéressant d’interroger l’intime, ce n’est pas le lieu ici.

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha