Le projet de loi anti-squat soutenu par le gouvernement belge prévoit de pénaliser l’occupation d’un lieu sans droit ni titre, même s’il est à l’abandon.

La loi prévoit aussi la condamnation des squatteur-euses qui ne se plieraient pas à l’ordonnance d’expulsion. Autrement dit, ceux qui n’ont pas les moyens de se loger n’auront plus d’autre perspective que la rue ou la prison !

Précaires, réjouissez-vous : un toit aux frais du contribuable vous attend dans la chaleur réconfortantes des cellules, pour la modique somme de…votre liberté !

Les possibilités pour déloger les squatteurs s’élargissent donc, et se renforcent, tandis que l’on ne remet quasiment pas en cause les inoccupations des logements laissés à l’abandon, l’augmentation des loyers, les pratiques des propriétaires véreux tels que les marchands de sommeil…

A l’origine de ce projet abject : un fait divers ayant eu lieu à Gand, monté en épingle par les médias et les pouvoirs politique : une famille de Rroms à qui l’on a loué une maison habitée par un couple parti en voyage pendant deux mois.

L’instrumentalisation de cette histoire, plutôt que de dénoncer la manipulation exercée sur cette famille vulnérable, et de mettre les politiques face à leur responsabilités concernant une crise du logement qui n’a pas lieu d’être, victimise les propriétaires et diabolise la pratique du squat en général.

Une manière d’apporter de l’eau au moulin de la gentrification et de la criminalisation de la précarité. Alors que l’occupation d’un lieu habité est un cas très rare, on occulte un phénomène bien plus largement répandu : l’impossibilité de se loger dans un contexte où les loyers sont de plus en plus élevés alors même que le nombre de logements vides dépasse le nombre de sans-abris !

Apportez votre soutien en signant cette pétition, pour que ceux et celles qui ne peuvent pas se loger ne risquent pas en plus leur liberté en refusant tout simplement de vivre dans la rue !

Plus d’infos sur le site du collectif de mobilisation contre la loi anti-squat : https://squatbelgium.noblogs.org/
pour signé la pétition : www.change.org: non-à-la-loi-anti-squat-en-belgique

 

 

20170323_213748Ce 21 mars 2017, en cette fin de trêve de pseudo-trêve hivernale, a eu lieu pour la deuxième année consécutive la manifestation « Un logement pour toutes et tous » à Bruxelles. Cette manifestation autonome s’est déroulée dans une atmosphère conviviale et déterminée, sans être perturbée par la police. Tout au long du trajet, les murs tristes de la ville se sont vus recouvrir de messages en couleurs dénonçant l’austérité et la répression. Tandis que dans les rues résonnaient des chants et des slogans contre la loi anti-squat, pour la liberté de squatter, d’être et de circuler, au rythme d’une batoukada effrénnée. Au bout de deux heures de marche, la masse a prit d’assaut la rue godecharles, tandis qu’aux fenêtres d’un bâtiment se laissait échapper une fumée colorée et qu’une banderole au message « C’est vide donc j’occupe. Non à la loi anti-squat. Leek, dus ik kraak » s’est vue déployée. Après un moment de frénésie collective, le collectif PiratonsBxl invita la manifestation à les rejoindre à l’intérieur de cette nouvelle occupation, bâtiment qui comme des dizaines de milliers d’autres était laissé à l’abandon. Les nouveaux.elles résistant.e.s se retrouvèrent autour d’un chaleureux repas et d’un petit concert humoristique de George Le Pigeon – le squatteur énervé. Ensuite, une assemblée horizontale prit place pour discuter collectivement de ce qu’adviendrait du lieu. Beaucoup d’énergie et de motivation étaient présentes, les idées, projets et propositions fusaient de toute part. Très vite l’envie collective semblait s’orienter vers la création d’un Centre Social. Au fur et à mesure de la discussion cette envie devenait de plus en plus concrète, jusqu’à finir par être actée. Tout le monde s’organisait alors pour essayer de mettre en place une logistique d’occupation, de résistance et de survie pour l’organisation des prochains jours.
Dès le lendemain, une nouvelle assemblée plus décisionnelle et organisationnelle s’est tenue en soirée. Les occupant.e.s semblaient être une nouvelle fois sur la même longueur d’onde dans les grandes lignes et les premiers groupes de travail ont commencés à se former :

Un nouveau Centre Social Anarchiste a vu le jour à Bruxelles !

Parmi toutes les idées et envies partagées, certaines activités sont programmées d’autres sont encore en court de construction.

Voici les prochaines activités programmées au CSA :

Dimanche 26 mars 15h : Café Vie Privée à propos de la surveillance, des luttes et de l’anonymat.
Lundi 27 mars 19h : Soirée jeux de rôles et de société. (Amenez vos jeux ! )
Mercredi 29 mars 14h : Atelier d’initiation au cirque
Mercredi 29 mars 18h : Table d’hôte
Mercredi 29 mars 19h : Boxe Antifa
Vendredi 31 mars 19h : Coiffure
Dans ce qui est dans les projets en court de formation et qui demandent de l’aide et du soutien :

Garderie pour enfants
Ecole de devoirs
Atelier de soudure
Radio Pirate avec la Coordination des Sans-Papiers et le soutien de Radio Paniek
Journal du Centre Social Anarchiste
Activités en lien avec les personnes sans-papier
Salle informatique
Cryptoparty
Création d’une bibliothèque et d’un infokiosque
Ecrivain public : aider personnes avec et sans-papiers, épprouvant des difficultés dans l’administration.
Création d’un atelier d’art
Création d’un atelier d’une permanence construction
Et d’autres à venir !!!
Continuez de vous informez en venant sur place ou en nous contactant ! N’hésitez pas également si vous avez du soutien logistique à nous apporter, des choses à nous donner.

21-23 rue godecharles ixelles.

occuponsbxl@riseup.net, bientôt des outils de communication propre au Centre Social seront à disposition (adresse mail, blog)

 

13244729_1614586048861181_4223445793738670992_n13237777_1614586055527847_5531710581911402872_n

 

 

 

Ce 21 Janvier la commune d’Anderlecht a fait expulsé des squatteurs des 7-9 avenue des droits de l’homme dans le quartier de la roue sur base d’un faux constat d’insalubrité… Les squatteurs ont donc décidé d’occupé la commune

 

carlo

(English below)

Le collectif Bitchcraft diversifie ses activités !
Nous sommes désormais en charge d’un bar sans alcool, où nous proposons de nombreux cocktails, jus de fruits et légumes frais, le tout 100% vegan et à prix libre.
L’argent récolté par ce bar servira au collectif pour organiser ses prochains événements et mener à bien ses projets.
Afin de pouvoir parcourir le monde (ou la Belgique) avec nos petites douceurs, nous sommes à la recherche d’une caravane à retaper pour y installer le bar.
Nous n’avons pas de budget, mais sommes plein.e.s de bonne volonté, c’est pour cela que nous faisons appel à votre générosité !
Pour toute information complémentaire ou propositions diverses, merci de nous contacter via bitchcraft@grrlz.net ou par téléphone au +32 466 143 860.
Merci d’avance !
Le collectif Bitchcraft
(https://bitchcraft.noblogs.org/)

///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Bitchcraft collective extends its activities !
We are now in charge of an alcohol-free bar, where we offer various cocktails, fruits and vegetables juices, everything 100% vegan and on donation.
The money collected with this bar will help Bitchcraft organizing its next events and running its projects.
In order to travel the world (or Belgium) with our marvellous delights, we are looking for a caravan to restore and install this bar.
We don’t have a budget, but a lot of good will, that’s why we ask for your generosity !
For any further informations our various proposals, contact us by email at bitchcraft@grrlz.net or by phone +32 466 143 860.
Thanks a lot !
Bitchcraft collective
(https://bitchcraft.noblogs.org/)
« 

 

18ha de nature et de vie menacée par le projet de prison à Haren (Bruxelles)
Des Vergers, pas de prisons !
Ramenez-vous !

Quoi de neuf sur Haren et la ZAD PataZAD ?!

Après les Patates, puis la cabane et ses voisines, une fête et des rencontres, des chantiers, des Tentes une Yourte, et une visite pour une future expulsion…Toujours pas de prison !

On lâche rien ! Venez nous rejoindre les 13 et 14 ! Pour un soir, quelques heures, pour un temps, pour longtemps !

- MIEUX COMPRENDRE CE QU’IL SE PASSE ! : Cliquez par-ici
- DÉCOUVRIR L’APPEL « KEELBEEK LIBRE ! » : Cliquez par-ici
- NOS BESOINS POUR SOUTENIR LA LUTTE : Cliquez par-ici


PROGRAMME VARIÉ ET D’HIVER, POUR TOUS-TOUTES !

Vendredi, samedi et dimanche soir : invitation à dormir sur le terrain du Keelbeek.
Amenez vos matelas, sacs de couchage et couvertures, de grandes tentes vous attendent ! Dormir au Keelbeek, c’est prendre goût à la liberté…

Contribution libre, tous les bénéfices sont destinés à soutenir les actions pour la sauvegarde du Keelbeek.
Sur place : Repas végétariens et bio, stands d’infos


SAMEDI 13/12

- 9h : Petit déjeuner partagé
- Toute la journée dès 10h : chantiers sur la ZAD (réserve de bois, constructions, finition yourte, préparatifs du verger, création de braseros, installation du mât…)
- Repas de midi : Auberge espagnole

Au village de Haren
- 16h : Marché de Noël par les associations de Haren. RDV sur la place du village, rue de Cortenbach
- 18h30 : Départ de la Marche aux flambeaux de la place du village vers le Keelbeek

Soirée Folk Keelbeek
A partir de 19h au centre culturel De Linde (7 rue Cortenbach – Haren)

- 19h : Repas du soir végétarien et bio (prix libre en soutien à la ZAD)

- 19u30 Film d’animation « L’homme qui plantait des arbres » de Frédéric Back (30’ – Canada – 1987)

- 20h Concert folk avec Nihil Obstat
Inspiré par la musique klezmer et les sonorités des balkans.
www.nihil-obstat.be

- 22h DJ Desperado
‘one man’ soundsystem : cocktail de Balkan Beats, Mestizo, Ska, Afro-Latin Vibes & Ethnik Fusion


DIMANCHE 14/12 : Grande Journée Inaugura’zad du Keelbeek !

10h : Petit déjeuner partagé

11-14h : Préparatifs et plantation du verger ! On enracine la lutte !
- Ramenez vos pelles, vos bêches et faux,
- Vos plantes, arbustes et arbres à replanter,

11h : Balade guidée du terrain du Keelbeek

13h : Repas de midi végétarien et bio (prix libre en soutien à la ZAD)

14h-15h : Discussions en parallèle :
- Contre la prison et son monde, ceux qui la veulent, ceux qui luttent contre, ceux qui envisagent des alternatives
- Contre l’accaparement des terres ici et ailleurs, pour la réappropriation des terres agricoles, luttes d’ici et d’ailleurs…
- Contre une façon d’aménager le territoire – Bruxelles : nous voulons une ville vivante ! Présentation de luttes par chez nous…

15-16h : Plantons nos racines au Keelbeek ! Inauguration de la ZAD du Keelbeek libre !
- Crémaillère du verger collectif de Haren
- Parrainage des arbres par les enfants
- Lancement officiel de Pom’perpète, le jus de pommes pressé pour le Keelbeek

16h : Concert de Chômeuse Go On

Toute la journée :
- Animations et jeux pour les petit-e-s et les grand-e-s
- Stands d’infos

18h : Marche aux flambeaux entre le Keelbeek et la place du village

19h : Conférence gesticulée : Colibri sur lit de prophétie, d’Alec Somoza
Au centre culturel De Linde (7 rue Cortenbach – Haren)

 
ooooooooooo
ooooCoooooooooooo
oo    ooOooo
oooMoooo     ooooooooo
ooooooooooeoo
oooBooooooooooooooooooooooAooo
ooooooo    ooooCoo       oooooooooooooo
ooooooooooKo
ooo!oooooo           oooo!oooooo!ooo
ooooo            oooo
ooooooo
Accompagnée de ses amis de Gniak, Jajaja et d’autres très chers,
La Compilothèque emménage en face, dans un hangar encore innommé.

Nous proposons:
 
Le dimanche 07 décembre:

Des projections par le collectif des Chevreuils:

Une ligne de programmation unique :
du LiVE sous toutes ses formes, performances, concerts, clips et musique en direct !

Y/I + C = Uella
Vidéo & musique éléctronique

« Tue-loup »
M & J Michaud, Performance diapositives et Super 8, sonore, 2014

Tg Gondard

Musique live sur une sélection de vidéos

Karine Germaix
accordéon et projection vidéo – Clip de « Exotisme »
réalisé par Flore Bleiberg & Mariette Michaud

« Flower »
Sashiyo Honda, performance vidéo 2009 & live-music

 
Ouverture 19h30-Projections 20h
Prix libre.
Où?:Depuis le centre sur l’Avenue du port, dépasser le magasin4, plus loin sur le même trottoir, c’est écrit magasin libre sur le bâtiment.
+d’infos sur le programme : www.leschevreuils.wordpress.com


ET LA SUITE:

Mercredi 10 décembre:
Une soirée proposée par M.O.N.O.C.L.E.,

Grande Triple Alliance de l’Est / Strasbourg:

DELACAVE

« Tu la sens l’odeur de faisandé ?
Ils appellent ça gloomy wave ou glue wave c’est à dire une new-wave lugubre et collante,

qui plombe tes élans d’optimisme.
Nappes synthétiques moroses, rythmes traînants, mélodies blêmissantes,
bienvenue sur une vague douloureuse,
mais
ces mélodies ne sont pas que tristes et dégagent un parfum envoûtant. »

avec Lily Pourrie (chant et basse)
et Seb Normal
(machines/claviers/boite à rythmes/choeurs)
https://sebnormal.bandcamp.com/album/lp-run-straight-to-them-and-grunt

+

THE JOHN MERRICKS

« une musique hors de nulle part,
The John Merricks fait penser à beaucoup de choses mais ne ressemble à rien.
Vous ramène à la vie autant qu’il vous en éloigne.
 »
http://thejohnmerricks.bandcamp.com/

+

LE CHÔMAGE

« Et quand ça tourne trop dingue, trop incontrôlable,
Le Chômage devient lancinant, larvaire, encore plus malsain derrière le ralentissement général.
La basse sort de ses gonds, prend la coloration d’un groove pervers,
chœurs de fiers cavaliers descendant des steppes pendant que le chant principal s’arrache les cheveux,
guitare salement trafiquée et boucanée. »

Avec Seb Normal (The Feeling of Love et plein d’autres trucs à peine avouable),
Nic Normal (The Normals),
Baron Dimanche (Capputtini I’ Lignu, jamais entendu parlé)
et Nafi (AH Kraken, The Dreams, The Anals, Plastobeton et une demi-douzaine d’autres projets)

https://sebnormal.bandcamp.com/album/le-ch-mage-2

ET,

JUDAS DONNEGER


« On en connait des groupes ne cherchant pas à brosser dans le sens du poil.
Judas Donneger fait partie de cette race là,
mais en plus de montrer la crasse sous le tapis,
il maintient le nez dans le vomi.
Avec autant de plaisir que de fatalité.
 »
https://judasdonneger.bandcamp.com/

Début des concerts 19H PéTANTE!
Fin des concerts à 22H
Prix libre
Il y aura à manger sur place!
et bientôt des infos pour les prochaines dates:

12 décembre (à confirmer):

Mimi Kawouin
(messy funny impro project, caen)
 https://www.youtube.com/watch?v=7LRnOe-PADY
ODESSA

20 décembre:

31 décembre!!!!

TABLE D’HÔTE + CONCERTS + DJ’S =

!FÊTE!

 DJ’S!

C’est Où?:
Depuis le centre ( Bruxelles ) sur l’
Avenue du port, dépasser le magasin4, plus loin sur le même trottoir, c’est écrit magasin libre sur le bâtiment.

 

Dublin - 25 au 28 septembre - Rassemblement international de squatteurs

 

http://convergence.squatte.rs

 

hola !

Timult est en train de préparer le numéro 8 qui devrait sortir en septembre 2014. pour ça, on a notamment fait le tour au niveau de nos finances, et il apparaît que les caisses sont assez vides…

Il nous faut en moyenne 3000 euros par numéro… et il nous manque encore 2000 pour cette fois-ci. du coup, on fait appel à vous pour nous aider à rendre possible la parution du prochain timult :

si vous étiez sur le point de nous envoyer un chèque, si vous avez de l’argent lié à la vente de numéros précédents,

si vous voulez faire un don,

si vous voulez crowdefunder pour nous,

si vous avez envie d’organiser une petite soirée de soutien…

toutes vos initiatives sont bienvenues pour nous soutenir ! toutes vos initiatives sont bienvenues !

à bientôt pour échanger encore !

l’équipe timult

PS : si vous avez diffusé des timult et que vous ne savez plus bien ou vous en êtes dans vos comptes, n’hésitez pas à nous écrire, car on essaie d’avoir ça un peu en vue… ————————– Chèque à l’ordre de TIMULT ASSOCIATION Virement IBAN: FR76 4255 9000 1641 0200 1564 487 / Code BIC: CCOPFRPPXXX timult@riseup.net TIMULT, 15 rue Jacquet, 38000 Grenoble http://timult.poivron.org/

 

 

 

Bonjour a touTEs !!

Alors alors, voici des nouvelles du Baragouinage dont t’as peut-être déjà entendu parler. Il s’agit d’un projet de café associatif féministe pour les meufs, les lesbiennes, les trans, les gouines, les biEs, les femmes, à Bordeaux. L’idée c’est d’avoir un lieu de cette non-mixité là, pour pouvoir venir traîner, ou pour pouvoir organiser des trucs que les genTEs proposeront (concert, discussions, projections, boums…)
Du coup en fait là, on en est à récolter l’argent qui permettrait de louer un local (pour payer la caution, les premiers loyers, les premières charges etc …), dans l’idéal à partir du mois de mai. Il y a eu deux soirées de soutien qui ont ramené quelques sous et on commence les adhésions des « membres actiVEfs ».
Maintenant on se disait que ça pourrait être cool de faire un appel à souscription, d’où ce mail. Donc :
Si c’est un projet qui te branche, que t’as envie et que tu peux le soutenir en y mettant quelques ronds, n’hésite pas. Par chèque voici une adresse :

A.L BIRAC
45 rue de Tauzia
Résidence le jardin de Voltaire
D01
33800 Bordeaux

Par virement envoie-nous un mail et on aura surement un RIB d’ici là à te donner.

La charte (pas tout à fait finie et un peu dense) est juste en dessous, pour que tu aies une meilleure vision de ce à quoi on aspire, comme ça, ça permet de voir si ça te parle.
Et pis voilà quoi !
Merci !

Les baragouinantEs

 

CHARTE

CHARTE DU BARAGOUINAGE

BIENVENUE
Aux babas de tous bords, aux amantes, aux amazones, aux androgynes d’Eugénie et
de génie, aux asexuelles, aux bi sans bicyclettes* (ou avec)…… et aux camionneuses à
pieds, à celles qui ne sont pas blanches et à celles qui le sont, aux chômeuses, aux dé-
viantEs, aux femmes, aux féministes, aux freaks à barbe, aux flibustières hétéras, aux
FTM, aux garçonnEs manquEEs, aux gouines à talons hauts, aux guérillères, aux
handiEs en tous genres, aux incasables de tout poids et de toute taille, aux inters, aux
hystériques, aux lesbiennes, aux lesbiennes cis, aux lesbiennes trans, aux meufs, aux
MTF, aux paranAs des poils, aux poiluEs, aux punkes à chatTEs, aux ridées et à
celles à la peau de bébé, aux RMIstes, aux sorcières (même sans balai), aux squatteu-
reuses, aux travailleuses, aux vampires, aux voilées, aux XXX, aux zonardes

*« Une femme sans homme c’est comme un poisson sans bicyclette », Collectif Ja-
kart/Mugiscué.

DANS UN ESPACE :
Non-mixte pour les meufs, les lesbiennes, les trans, les gouines, les femmes, les biEs :
pour créer un espace de confiance et de sécurité, pour libérer la parole, pour favoriser
l’écoute et la solidarité, pour se protéger et favoriser une réflexion individuelle et collec-
tive, pour prendre conscience ensemble des pratiques d’oppression, les formuler et les dé-
construire, pour éviter la drague reloue et sexiste.
Antirasciste, anticlassiste, antihomophobe, anti-validiste (physique et mental)* et an-
tiagiste : le vécu du sexisme et de l’hétéropatriarcat est indissociable des autres oppres-
sions structurelles exercées comme le racisme, la transphobie et l’homophobie, le clas-
sisme, le validisme ou l’agisme. Autrement dit, les personnes subissant l’oppression pa-
triarcale n’ont pas la même place et les mêmes statuts dans la société en fonction de la
race*, de la classe, de la sexualité, des corps (psychiatrisés ou non), de l’âge de chacunE .
L’expérience du sexisme que l’on subit n’est donc pas une expérience universelle qui serait
la même pour touTEs.
Il n’existe pas non plus de sexisme universel qui serait plus ou moins pire selon les pays ou
les religions mais bien le patriarcat qui existe partout et s’exprime différemment selon les
pays, les religions, l’histoire colonialiste et/ou post-colonialiste, l’histoire coloniale et/ou
post-coloniale des pays.
Bienveillant : nous sommes touTEs traverséEs par des oppressions que l’on subit et pour
beaucoup, que l’on exerce, parfois sans s’en rendre compte. Du coup un espace bienveil-
lant, c’est un endroit où on essaie de faire attention aux différentes oppressions afin de
rendre cet espace incluant et agréable pour touTEs que l’on soit organisateurice d’une soi-
rée ou derrière le bar ou juste là pour être là.
Féministe: pour déconstruire les rapports de pouvoirs structurant les rapports sociaux de
sexe, fondés sur une dichotomie hiérarchisée femmes/hommes à laquelle correspondrait un
féminin et un masculin, et pour penser leur articulation étroite et leur co-construction avec
les rapports sociaux de sexualité (hiérarchisation des désirs et contraintes de l’hétéropa-
triarcat), de race, de classe et d’âge.
Culturel : pour promouvoir les réalisations des meufs, des lesbiennes et des trans ; pour
organiser des activités culturelles portées par des meufs, des lesbiennes et des trans selon
les envies ; pour s’informer avec une libre disposition d’une bibliothèque féministe, les-
bienne et trans.
Politique : pour mener une réflexion individuelle et politique sur nos pratiques, pour favo-
riser la circulation des savoirs et l’échange de savoirs-faire.
De baragouinages et pour baragouiner : pour apprendre à se connaître, pour se détendre
autour d’un café, d’un thé, d’une bière, d’un verre de vin, pour créer du lien social, pour
danser, pour chanter, pour partager ses expériences, ses envies, ses folies.
Des exemples de trucs que ça peut être cool de les avoir en tête pour essayer qu’un espace soit bien-
veillant
En venant au Baragouinage ne présume pas que toutes les personnes présentes sont hétéro-
sexuelles. Tu pourrais aussi croiser des personnes d’apparence masculine qui ne sont pas
nécessairement cisgenre* et des personnes d’apparence féminine qui ne sont pas nécessai-
rement cisgenre* et hétérosexuelle, des transgenres, des gouines qui ne se reconnaissent
pas forcément une identité de « femme », des intergenres…

Exemples de situations reloues :
 La drague reloue en tant que gouine, trans ou meuf c’est très fréquent dans la vie de
tous les jours. Ici, c’est la personne qui est draguée qui décide si c’est relou ou pas.
 Demander à quelqu’unE « T’es de quelle origine ? » ou lui toucher les cheveux parce
que c’est pas les mêmes que les tiens c’est relou et super intrusif. Y ‘a d’autres ma-
nières de rencontrer quelqu’unE.
 Demander à quelqu’unE « t’es un garçon ou une fille ? » et/ou la regarder pendant trois
plombes pour savoir si selon tes critères et selon la binarité des genres c’est un garçon
ou une fille, c’est super désagréable, écoute plutôt comment la personne parle d’elle si
vous êtes en train de parler ensemble.
 Demander à quelqu’une « depuis quand t’es lesbienne ? » et lui expliquer toutes les
bonnes raisons pour lesquelles t’es contente d’être hétéro c’est oppressant et surtout
ennuyeux.
 Remettre en question la non-mixité lesbienne-trans-meuf dans cet espace non-mixte
c’est relou et inutile. On est ouvertEs aux débats de fond mais pas tout le temps et pas
touTEs. Choisis les moments appropriés. De même pour les autres formes de non-
mixité (temps en non-mixité biEs, ou lesbiennes, ou trans par exemple)
 Avoir des discussions sur la sexualité c’est important pour certaines mais c’est relou si
on ne place pas que le cadre qui précise quand on parle de sexualité hétéro. Souvent il
arrive que des personnes qui ont des relations hétéros aient intégré que c’est la sexuali-
té dominante et que pour cette raison, on n’a pas besoin de la nommer. Sinon c’est tou-
jours les non-hétéros qui doivent rappeler que là, il s’agit d’une conversation d’hétéro.
 Dire à une personne handi « t’es vraiment courageuSEx, je suis pas sûrE que j’aurais
autant de courage que toi à ta place » c’est absurde et oppressant. Souvent les genTEs
valides pensent que c’est valorisant alors qu’il s’agit d’un point de vue de valide sur la
vie présumée d’unE handiE et qu’en vrai c’est plus une manière de se rassurer en se
convaincant que « ouf j’ai de la chance » et du coup de hiérarchiser les individuEs.
 Si une personne te dit que ca va pas, essaie d’y prêter attention et de ne pas minimiser
ou relativiser ses propos. Souvent ces lieux permettent à des personnes de dire des
choses qui ne sont pas possibles de dire ailleurs. Ex « j’en ai marre de devoir cacher à
mes collègues que je suis gouine, réponse : nan mais t’inquiète c’est quand même plus
accepté maintenant, enfin sauf chez les cathos intégristes, eux y sont vraiment graves ».
 C’est cool d’avoir un peu en tête qu’on est nombreuSEx à avoir eu des expériences
douloureuses de harcèlement, abus, viol. Peut-être toi aussi ? Du coup si quelqu’unE
pète un cable dans une discussion ou s’arrête soudainement de parler, prêtes-y atten-
tion. Des fois on se rend pas compte et y a des détails ou des discours qui font échos à
quelqu’unE sur une situation difficile. Du coup l’idée c’est pas que des sujets de dis-
cussions deviennent tabou mais plutôt de vérifier si ça le fait à touTEs de continuer sur
un sujet si on sent que ça devient délicat.

En bref, c’est cool d’être attentiVEf pis si y a des choses que t’as du mal à comprendre, y a
toujours des brochures et tout un tas de trucs super que des genTEs ont dessiné et écrit
pour expliquer ces mécanismes d’oppression, tu pourras les trouver sur la table
d’infokioske.
*Cisgenre : qualifie une personne dont l’identité de genre est en concordance avec son
sexe déclaré à l’état civil
*Race : le mot « race » est ici employé pour signifier une construction sociale, tout comme
les mots « homme » ou « femme »
*Validisme : mécanismes d’oppression exercés sur les personnes handicapées, alimentés
par les normes des valides (normes du corps, des déplacements, de consommation, de
sexualités, de représentations)

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha