by Panthères Enragées

brochure

Brochure à télécharger ici : queerveganantifa

 

Seasick 6 (surf sans soleil)
Frustros (expé punk)
Dures et Gay(punk pédé)
Infidel Castra (diva électro pédale)
samedi 25 mai, 20h au Transfo/Bagnolet

> http://transfo.squat.net/2013/05/15/festival-bambamzines/
>
> > Du vendredi 24 au dimanche 26 mai: Festival BamBamZines
>
> BamBamZines est un festival de fanzines organisé autour de la culture
> DIY.
> http://bambamzines.wordpress.com/
>
> C’est une rencontre pour apprendre à faire des fanzines, connaître des
> gens qui en font ou en ont fait, pour fabriquer des beaux trucs qui nous
> plaisent avec peu de moyens, partager des savoirs techniques, graphiques
> et artisanaux, en utilisant un maximum de matériel récupéré, hors d’une
> logique de profit. C’est aussi l’occasion de s’amuser, de partager, de
> débattre.
>
> Fuyons les rapports marchands ! Le temps passé à faire le ménage ou
> l’installation électrique est tout aussi nécessaire que celui passé à
> éplucher des légumes ou à imprimer des affiches, il n’est pas plus
> quantifiable en termes d’argent que celui qu’on passe à faire des
> fanzines, c’est pour ça qu’au Transfo et pendant le BamBamZines tout est
> gratuit ou à prix libre.
>
> Venez donc vous joindre à nous et (re)trouver l’esprit du « Do It
> Yourself » : à savoir « Fais-le Toi Même », pour toi, pour les autres,
> avec les autres !
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> VENDREDI 24 MAI
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> A partir de 17h : Présentation des personnes ou collectifs qui font des
> fanzines ainsi que des distros.
>
> 19h30 : Apéro et bouffe végé
>
> de 21h30 à 2h : Boum avec DJ Fox et DJ Maïc Batmane
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> SAMEDI 25 MAI
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> A partir de 11h : Ateliers Sérigraphie, typographie, reliure, gravure
> (sur plâtre, lino, bois) et tampons, pliage, pochoirs, graf et collage,
> etc….
> Chacun-e ramène le matériel qu’il peut mettre à disposition, ainsi
> qu’un maximum de matière, des textes qu’il-elle a écrit et qu’il-elle
> voudrait mettre en forme, des dessins, des idées de pochoirs……
>
> 17h : Discussion « DIY, contre-culture et subversion. »
> Quelle place aujourd’hui pour le DIY (Do It Yourself) ? Le DIY est il
> encore une démarche politique permettant l’autonomie, l’autogestion et
> la subversion ? Ou bien n’est-il plus maintenant qu’une “valeur ajoutée”
> dans une société capitaliste qui nous enjoint à être (auto-)productif, à
> être notre “propre patron” ?
>
> 20h : Concert (prix libre en soutien à l’organisation de ces 3 jours de
> festival)
> avec Seasick 6 (surf sans soleil), Frustros (expé punk), Dures et Gay
> (punk pédé), et Infidel Castra (diva électro pédale)
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> DIMANCHE 26 MAI
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> A partir de 11h : Ateliers (les mêmes que samedi)
>
> A partir de 12h : Stands et tables de presse
> Nous vous proposons d’installer tous les fanzines, les gravures, les
> sérigraphies, etc. fabriqués durant le week-end ou d’avant pour les
> échanger ou les vendre à prix libre à qui le souhaite.
>
> A 14h : Projection de « Noise & Resistance – Voices from the DIY
> Underground » (Allemagne, 2011, 1h30)
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> BOUFFE, ETC.
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> Il y aura de quoi manger à prix libre pendant le festival.
> Nous invitons aussi tou-te-s ceux et celles qui ne pourront pas
> cuisiner avec nous d’amener un plat à partager. Si vous voulez filer un
> coup de main pour les récup’ ou la préparation, envoyez nous un mail à
> bambamzines@riseup.net avec comme objet [bouffe].
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> LE TRANSFO
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> Le Transfo, c’est quatre bâtiments squattés depuis novembre 2012. Ce
> lieu d’un hectare qui appartient à EDF est vide depuis plusieurs années.
> EDF est une sale entreprise qui rackette chaque foyer en vendant de
> l’énergie nucléaire qui nous empoisonne la vie. Elle spécule aussi sur
> l’immobilier.
> Face à cette logique du fric, nous investissons collectivement ce lieu
> sur des bases non
> marchandes. Il y a un bâtiment d’habitation autonome (c’est déjà
> complet!) occupé par un collectif
> d’habitant-e-s.
> Trois bâtiments sont dédiés à des activités collectives inscrites dans
> la lutte, la gratuité et l’ouverture. Il y a une salle de concert, une
> salle de réunion, un espace enfant, un espace peinture et banderoles,
> une cantine et un ciné tournés vers les habitant-e-s du quartier, un
> labo photo, un infokiosque, une bibliothèque technique, un atelier de
> métallerie, un magasin gratuit….
> Nous invitons les collectifs et toutes personnes à découvrir, à
> participer aux différentes activités déjà vivantes, à venir proposer
> leurs envies, à faire vivre ces lieux dans la gratuité, le partage des
> pratiques et des connaissances, de discuter des questions juridiques
> relatives au lieu. Ces mots ne prennent sens que dans des pratiques
> ancrées dans une lutte contre l’État, le système capitaliste, le
> sexisme, le racisme et toutes les formes de domination. Ce lieu est
> grand, il y a de la place pour les initiatives, projets et envies.
> C’est ouvert et plein de potentiel, alors venez !
> Une assemblée a lieu tous les dimanches à 14h au Transfo.
>
> le Transfo
> 57, av. de la République – Bagnolet – m° Gallieni ou Robespierre
> http://transfo.squat.net/
> transfo@squat.net

>
> S Q U A T S – F R – D I F F U S I O N
> https://lists.squat.net/mailman/listinfo/squats-fr-diffusion
> Liste francophone de diffusion d’infos relatives aux squats
> Hébergée par squat!net – http://squat.nethttps://squat.net

 

intro:

Cette brochure est l’occasion de partager les outils fournis un courant de
la géographie critique qui se fait de nouveau entendre. Nous avons
effectué des coupes, les articles sont disponibles dans leur intégralité
sur internet.
Ces travaux nous invitent à reconsidérer les rapports de classes: illusion
de la disparition des classes ouvrières dans les pays «dominants», essor
d’une classe ouvrière industrielle dans les pays «dominés» et émergents,
apparition d’une nouvelle classe intermédiaire (la petite bourgeoisie
intellectuelle), dissimulation des conflits de classes grâce à une
approche raciste. Cette recomposition des rapports de classes n’est pas
nouvelle, elle est ici mise à jour de façon explicite.
Un certain vocabulaire présent dans les textes, tel que «répartition des
richesses», «égalité», «autogestion», etc. mériterait d’être clairement
défini. Ce langage révèle des positions citoyennistes et réformistes qui
ne nous satisfont pas. « Répartition des richesses » ? Quelles richesses?
Par qui? Pour qui? « Autogestion »? De quoi? De notre misère, du monde
fantastique dans lequel nous vivons?
La notion de droit nous pose également problème, nous ne pouvons la faire
nôtre. Elle sous-entend une autorité garante de ce droit, ce qui est en
contradiction avec la volonté d’abolir les dominations. Plutôt que «droit
à la ville», nous disons: prendre la ville.
La question des moyens de s’approprier la ville est à peine évoquée.
Jean-Pierre Garnier pose la question inéluctable de la violence. Violence
par laquelle le capitalisme étend et protège sa domination. Violence par
laquelle nous prendrons la ville?
Si nous voulons détruire le capitalisme et toutes les dominations, il nous
faut détruire les moyens de leur re-production. Il est impossible de
s’approprier la ville telle qu’elle est, conçue pour re-produire le
capital et les dominations. Pour enrayer les comportements induits par
l’espace capitaliste, sa destruction est nécessaire.
Ce qui nous a paru pertinent, c’est de montrer que l’aménagement du
territoire et de l’urbanisation sont des éléments moteurs du capitalisme.
Cet aménagement du territoire n’est pas une conséquence du capitalisme
mais bien une condition de sa re-production, le capitalisme est en soi une
logique spatiale. Et ce n’est pas un hasard si de nombreuses luttes
concernent des territoires et leurs aménagements (la métropolisation), au
Val de Susa et à Notre-Dame-Des-Landes par exemple.
Se battre contre cet aménagement que nous subissons au quotidien, c’est
donc se battre directement contre le capitalisme et sa re-production.
Ainsi des luttes dont les enjeux pourraient paraître locaux, portent une
critique en acte bien plus vaste.
Et les cibles ne manquent pas. Partout les villes sont en chantier. Entre
les métropoles, les territoires sont éventrés par la circulation des flux
(marchandises, travailleurs, capitaux,…). De par son hégémonie et son
omniprésence, le capitalisme nous offre une infinité d’angles d’attaque.
Tant que ces analyses restent dans le champ universitaire et théorique,
elles ne transforment pas le réel dans une optique révolutionnaire, voire
même elles servent à la re-production du système. Emparons-nous de ces
analyses pour «prendre la ville».

sommaire:
-capitalisme et urbanisation, David Harvey
-David Harvey et le matérialisme historico-géographique, Anne Clerval
-La lutte des classes dans l’espace urbain, interwiev de Anne Clerval
-Voies et moyens pour le retour d’une pensée critique « radicale » de
l’urbain, Jean-Pierre Garnier

téléchargeable sur http://hbasseintensite.internetdown.org

 

*La toute jeune revue bâtarde s’était attaquée
à la démocratie lors de son premier numéro et, fort heureuse du
résultat, vous propose de poursuivre avec elle son entreprise de mise à
nu des lieux communs étalés à la sauce néolibérale et spectaculaire dans
nos quotidiens.*

*revue bâtarde #2:* Le bonheur*
Envoi des propositions: 31 janvier*

arc-en-ciel: appel à contribution ‘Le bonheur’

*Questionner le bonheur relève *pour nous*d’un triple défi:*

*1. interroger ce qui fait que – pour la plupart de nous et la majorité
du temps – nous ne sommes pas heureux
2. s’essayer à une réponse positive malgré tout
3. envisager le bonheur sous son aspect idéologique… *

**

*Nous persistons également dans notre volonté de *confronter et de
mélanger formes et médiums de manière non-hiérarchique*et ainsi de les
faire vivre par les relations qui se créent. La seule *contrainte
pratique*reste celle du *support*(papier) et d’une certaine *économie
des moyens*. Au-delà de cette contrainte matérielle, *toute forme est la
bienvenue*(pamphlet, poésie, photo, dessin, essai, nouvelle, collage,
peinture, gravure, caricature, slogan, maxime…). Même les médiums à
priori moins propices à l’édition papier tels la vidéo, la performance,
la sculpture, la danse… sont les bienvenus. Nous veillerons à leur
trouver une traduction/interprétation graphique appropriée,
traduction/interprétation que vous pouvez évidemment aussi vous-mêmes
esquisser ou établir.*

**

*Notre travail, outre l’aspect éditorial, consistera à trouver une
*forme pertinente*, à même à servir de véhicule aux contributions, mais
également à les interroger et les accompagner par les moyens inhérents à
l’édition papier. Évidemment vous pouvez accompagner votre contribution
d’une série d’instructions/exigences qu’il est important de nous
transmettre clairement, mais au-delà de celles-ci nous voulons avoir les
mains libres en ce qui est du traitement graphique. Il est possible que
nous ne retenions pas l’une ou l’autre proposition, ce refus sera
uniquement motivé par le fait que ladite proposition sera en opposition
trop nette avec notre philosophie éditoriale, soit concernant sa forme,
soit concernant son fond, soit concernant les deux. *

**

_*En pratique:*_

*

*Envoyez vos propositions avant le *31 janvier*(nous visons une
finalisation pour avril 2013).*

**

*

*Lors de l’envoi de fichiers, privilégiez des *formats stables*,
qui ne risquent pas de bouger à l’ouverture (pdf, tif, jpg, etc.)*

*

*L’impression se fera sans doute en noir & blanc, le format reste
à préciser.*

**

**

*N’hésitez surtout pas à faire suivre cet appel aux personnes dont vous
pensez qu’elles seraient potentiellement intéressées.
N’hésitez pas non plus à nous poser toutes les questions qui vous
passeraient par la tête.*

**

*Un grand merci d’avance à ceux et celles qui répondront à notre appel.
*

*Andreas
(pour le comité central)*

in de keuken asbl

+32 (0)2 850 44 45
http://www.indekeuken.org

 

38è Grand Souk Aux Fanzines // Soirée d’ouverture

vendredi 22 juin 2012 18:30

 par Fanzinorama

Bunker Ciné-Théâtre – 66A, rue des Plantes – 1210 Saint Josse Bruxelles

Grand-souk-aux-_fanzines-medium
Affiche du 38è Grand Souk Aux Fanzines

Sauterie d’ouverture du festival du fanzine du Bunker qui continue le 23 et 24 juin en journée!

// Vendredi 22 juin à 18h32 //

>> Vernissage de l’exposition de JÜRG

Le dessinateur Jürg signe l’affiche du festival et y présente une sélection de son travail bien rock n’ roll pendant les 3 jours du Souk!

>> www.facebook.com/pages/JURG/173629049823

// Vendredi 22 juin à 20h30 //  

>> Projections de courts-métrages

Hommage à Phil, dessinateur liégeois disparu cette année. Figure phare du fanzinat belge et ami haut en couleurs du festival du fanzine du Bunker, Phil a collaboré en tant que figurant ou décorateur à des courts signés Patrice Bauduinet et également poussé la chansonnette dans le groupe les solides Gaillards. L’occasion de découvrir une facette méconnue du papa d’Imper Michel!

Carnapouille Opéra Comique (1989, 5 min.) – Fais-moi Coin Coin  (1993, 9 min.) – Casting  (1999, 10 min.) – Bon Appétit  (2000, 6 min.) – La nuit du 6 au 7 (2002, 6 Min.) – Chloé – (2006, 8 min.)  – Pour une bonne tasse de café  (1989, 5 min. de Phil et Michel) Carnapouille, l’émission phare des années 90 avec les Solides Gaillards (Phil, José Parrondo et Nicolas Champagne) en chansons et interviews (15 minutes).

>> http://philcomix.blogspot.be/
>> http://www.pbcpictures.com/


// Vendredi 22 juin à 21h30 //

 >> Lem en Concert

LEM, c’est de la musique électronique, c’est pop et chanté en français. Flo Cha ! joue des claviers, Wilf Plum  est à la guitare et à la basse, au chant, c’est Nicolas Ekla. Boîtes à rythmes, échos à bande, vieux synthés, rythmes secs, riffs modernes, images ralenties, mélodies mineures qui racontent nos histoires, nos romances : voilà le programme pour célébrer le souk aux fanzines. Ambiance, ambiance….

www.myspace.com/lemekla« >>>www.myspace.com/lemekla
>>http://www.youtube.com/watch?v=5ugXnSejZ4o

Liens:

Link_go Le programme

Le petit programme à feuilleter

Link_go En vidéo

Résumé de l’an dernier pour celles et ceux ayant manqué l’épisode précédent! 🙂

Link_go Fanzinorama

Le site de la petite fanzinothèque belge

Email Adresse e-mail de contact: lapetitefanzinothequebelge@gmail.com

 

 

Le regard Möderne de Bazooka

  sur : owni

Retour sur le collectif graphiste punk Bazooka, hacker de la Une de Libé pendant plusieurs semaines et créateur d’un univers keupon sans Mac, sans palette graphique ni Internet.

Jeunes gens de l’ère Numerik, saviez-vous qu’il y a plus de trente ans d’autres jeunes gens portaient un Regard résolument Möderne sur le monde ? Sans Mac, sans palette graphique ni Internet, à la colle et au ciseau, à la sérigraphie et à la ronéo, ils inventèrent un graphisme délibérément CyberPunk et Növo.

Prenant d’assaut le “Libération” baba cool des Seventie’s, le collectif Bazooka emmené par Kiki Picasso s’empara de la Une du journal pendant plusieurs semaines, multipliant les provocations Punk et Dada…

Anarchy in Libé, croix gammées et épingles dans le nez, esthétique fleurant bon la Propaganda des années 30 et le surréalisme socialiste, art de rue façon émeute white riot…Profondément marqué par le pop-art de Warhol et Roy Lichtenstein, et surtout par l’esthétique de la furia Punk déferlant d’outre-Manche, ces jeunes gens mödernes d’hier ont inspiré à leur tour toute une génération d’artistes underground des années 80 (MissTic notamment) jusqu’à aujourd’hui.

J’en parle, car leur univers visuel m’a profondément marqué ado, à la Une de “Libé” ou de “L’Echo des Savanes”, sur les affiches de concert et au Forum des Halles où trainaient toute la faune keupon du tournant des années 80. J’en parle aussi parce que d’une certaine manière, je retrouve un peu de l’esprit Bazooka chez mes jeunes amis d’Owni, où Vendredi c’est toujours Graphisme.

J’en parle enfin parce le travail de Kiki, Loulou et les autres est en vedette à la Villa Medicis de Rome dans le cadre de l’exposition “Europunk” (La culture visuelle en Europe 1976-1980). “Libé”, évidemment, y consacre un article avec ce diaporama en prime. Quelque 550 objets ont été rassemblés auprès de collectionneurs privés ou musées. Certains sont célèbres, tel le fameux portrait de la reine d’Angleterre les yeux barrés de la mention «God Save The Queen» créé par Jamie Reid pour les Sex Pistols. D’autres sont plus underground comme ces dessins, collages, fanzines et affiche de concerts réalisés par Bazooka.

“Dictature graphique”

Une de « Libé » sur la RAF (1977)

Pour autant, les graphistes destroy de Bazooka n’ont jamais vendu leur âme au veau d’or de l’Art Business. Christian Chapiron (Kiki Picasso), Jean-Louis Dupré (Loulou Picasso), Olivia Clavel (Electric Clito), Lulu Larsen, Jean Rouzeau et les autres sont tous sortis des fameux ateliers graphiques des Beaux Arts au mitan des années 70…ceux là mêmes où leurs aînés soixante-huitards avaient révolutionné une première fois l’art graphique avec leurs affiches du joli mois de mai. Après s’être fait les dents sur le fameux magazine “Actuel” de Jean-François Bizot, ils lancent dès 1975 leur Bazooka Production qui donnera naissance à une foule de fanzines bien barrés: “Bien dégagé autour des oreilles”, “Activité sexuelle normale” etc…

En 1977, c’est l’explosion Punk et nos jeunes gens mödernes deviennent carrément tendance: “Charlie”, “L’Echo des Savanes”, “Metal Hurlant”, “Hara Kiri”…tout la presse chevelue se les arrache pour se donner un coup de jeune: collages, sérigraphies, imagerie nazie ou soviétique détournées…tout est bon pour semer le chaos. Kiki Picasso parle de “dictature graphique” ! Concept poussé jusqu’au bout lorsque Serge July, toujours à l’affut des nouvelles tendances à la bonne ou mauvaise idée (c’est selon) de les contacter pour illustrer “Libé”. Choc des cultures entre ex-Maos et punks anarchisants bien décidés à foutre la merde chez les journaleux gauchos. Il en sortira quelques Une mémorables et surtout “Un Regard moderne”, un mensuel résolument novateur à tout point de vue, “Növo” comme on disait à l’époque, qui durera six mois…Las de leurs provocations, “Libération” finira par expulser les squatteurs graphiques.

La légende est née. Mais à la fin des années 70, le groupe éclate et les membres de Bazooka poursuivent chacun leur aventure individuelle, tombant un peu dans l’oubli au cours des sinistres années 80 marquées par la vulgarité clinquante de la Pub TV et des années fric. Mais en 2002, Loulou Picasso a relancé “Un Regard moderne” sur Internet et a ressuscité à sa manière le vieux collectif en l’ouvrant à Kiki Picasso et Olivia Clavel. De son coté Jean Rouzaud, qui fut exclut de Bazooka pour “conformisme”, travaille aujourd’hui à Radio Nova… On en est là.

Provocation-récupération, digestion par la société de consommation, consécration sous les ors de la République à la Villa Medicis…la boucle No Future est bouclée.

Et pour conclure, voilà bien entendu une petite rétrospective en images du travail de Bazooka:

 

…et en bonus, cette rare apparition télé du collectif Bazooka (retrouvée par feu l’excellente émission “L’Oeil du Cyclone sur Canal +) où l’on voit Jean Rouzaud se défendre de faire de la bande dessinée (“en BD il y a des règles, pour nous il s’agit de ne surtout pas les respecter”), Lulu Larsen assurer “attendre la prochaine catastrophe aérienne pour en faire un dessin” ou encore Loulou Picasso expliquer “dessiner des images comme on en chante dans le rock”. Action !

 

 

 

 

Sinon Kiki et Loulou Picasso ont toujours un blog où l’on peut voir leur travail passé et récent. Allez y faire un tour…35 ans après les débuts de Bazooka, ils sont toujours résolument Mödernes !

>> Article publié initialement Sur mon écran radar

Voir aussi l’entretien entre de Loulou Picasso et L.L. de Mars à propos de Bazooka

 

 

È toi men prôtista Khaos genet: Tout d’abord devint l’abîme
In pace désigne originellement un cachot de monastère. Décliné dans une vision contemporaine sur la division de notre société en unités individuelles, la création de Vanya Georgieva-Michel et Andreas Stathopoulos rend compte de certains processus d’aveuglement/recouvrement, qu’il s’agisse des strates successives des sols d’une ville ou des obturations apposées aux logements bourgeois. Les photographies dialoguent avec des citations empruntées notamment à Castoriadis et Bataille.

È toi men prôtista Khaos genet: First became the abyss
In pace originally indicates a monastery dungeon. Declined in a contemporary vision of partition of society into individual units, Vanya Georgieva-Michel and Andreas Stathopoulos’ creation reflects certain process of blinding/concealment, whether through successive layers of city soil ​​or closings affixed to bourgeois homes. The pictures interact with quotes by, amongst others, Castoriadis and Bataille.


http://www.indekeuken.org/?In-pace
http://andreasindekeuken.blogspot.com/2012/04/in-pace.html

In Pace, edited by in de keuken, 2012,,

In Pace
Vanya Georgieva-Michel and Andreas Stathopoulos

210 x 297 mm (8.27 × 11.69 in), 32p., edited by in de keuken, 2012
Risograph print @ PTTL
Handnumbered edition of 100
€ 10 + shipping
order: contact@indekeuken.org

-- 
in de keuken asbl

+32 (0)2 850 44 45
http://www.indekeuken.org
 

Bonjour,
Voici en pdf, le No 106, MARS 2012, du petit journal mobile recto-verso A4
« RESISTONS ENSEMBLE » du réseau contre les violences policières et
sécuritaires.
Il est destiné à être photocopié et à être diffusé localement, si le journal
vous plaît. Vous êtes invitEes à participer à son élaboration, à sa rédaction,
à se joindre à l’équipe de rédaction. Nous attendons vos contributions,
propositions, critiques …

à bientôt.
L’équipe de réaction

Pour télécharger ce bulletin mis en page au format pdf :
http://resistons.lautre.net/spip.php?article494

sommaire
‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘ ‘

– Meurtres d’État

– Le Collectif Vies Volées

– [ R I P O S T E dans les quartiers populaires ]
Wissam-El-Yamni
Jamal Ghermaoui
Abou Bakari Tandia
Une semaine de révolte à la Réunion
Le commissariat du Bois l’Abbé…
Une fourgonnette de police part en flamme

– [ L A P R I S O N T U E ]

– [ S U R L E V I F ]
Lettre de Mara Kanté

– [ C H R O N I Q U E D E L ’A R B I T R A I R E ]
L’histoire se répète à la Gare du Nord
Présentation de la brochure Ratonnades
« Ils cherchent un mort »
Ce qui nous relie, par Pierre, Joan et Joachim

– [ A G I R ]
Non à l’« Ayrault-porc »!
Le goût de Guéant Vert
Saint-Étienne (42): permanences juridiques gratuites face à la police,
la justice et la prison
Second Appel de Poitiers

 

DINGUS & PISSZINE

« Dingus est un fanzine spécialisé dans la bite et les différents types de bite : bites d’acteur porno, bites de super héros, bites de rédacteurs en chef, bites d’adolescents. C’est le truc qui célèbre le pénis sous toutes ses formes et dans toutes les variantes littéraires possibles : poèmes, nouvelles, comics, fan fictions, etc. C’est genre, un Bill of Rights en faveur du pénis.

Je pense qu’il est aussi impossible de passer à côté d’un autre fanzine du même genre, Pisszine. C’est infernal, mais c’est mortel – et très drôle. En gros, ça parle du délire le plus crade et le plus persistant chez les gays de tout âge : la pisse, l’uro, la « golden Shower ». Je comprends que ça vous donne envie de vous révolter, mais ça existe tellement et depuis tellement longtemps qu’il fallait bien qu’un fanzine imprimé sur du papier jaune (pisse) y rende hommage.

KUTT & HYSTERIA

KUTT, c’est le spin-off lesbien de BUTT. Même mise en page, même typo, même format. La seule différence, c’est qu’il est réservé aux filles et qu’il est imprimé sur du papier mauve. Dedans, il y a des choses comme des interviews de Chloé Sevigny à propos de la masturbation ou des illustrations vantant les joies du sexe entre femmes. C’est bien, voire aussi bien que la version originale qui est devenu une « institution gay », selon la formule consacrée.

Hysteria est en revanche un véritable fanzine de lesbiennes, moins connu et plus poilu. C’est pour les râleuses et les féministes, et ça défonce aussi.

STRAIGHT TO HELL

C’est le plus vieux fanzine gay du monde encore en activité : sa publication a commencé en 1971, soit quand vos parents n’avaient même pas encore déterminé leur orientation sexuelle. À l’origine, il n’y avait même pas de couverture, juste une feuille niquée, agrafée au reste du mag à la main, et « maquétée » avec une machine à écrire. Ça a changé au douzième numéro, et depuis lors, STH s’est peu à peu imposé comme le meilleur fanzine gay radical de l’univers. La spécialité du mag, ce sont ses stories écrites par les lecteurs eux-mêmes, dans lesquelles ils racontent et décrivent en détail leurs exploits sexuels les plus spectaculaires. C’est un peu comme les Cher Vice, sauf que là, tout est exagéré ou faux. Aussi, une bonne moitié des contributeurs seraient en réalité hétéro, ce qui est étrange quand on écrit des articles tels que « Baptist boys do it, as it were, in church » ou « The love that dare not speak its name : armpit-sniffing ».

TEEN MEAT

Le meilleur magazine du monde pour les mecs qui fantasment les mecs qui fantasment le Big Mac. Il y a un gros potentiel Beverly Hills dans cette publication, c’est à dire que même dans 50 ans on pourra encore le situer précisément dans l’histoire ; c’est la pop des 1990s digérée et recrachée par des WASP gays que tout amuse, surtout la viande. Les mecs parlent de junk-food et de problèmes d’érection dans le même article sans que ça ait l’air bizarre. En fait, c’est bizarre, mais c’était tellement bien et bien écrit qu’on en a rien à foutre.

THE DAILY PLAGUE [eh, on n’a pas trouvé de cover, désolé]

C’était un fanzine australien qui parlait du SIDA et de comment vivre avec. En effet, il s’agissait d’un concurrent direct de DPN, et il paraissait au même moment – ouais, les années noires. J’ai même pas envie de plus commenter le manifeste « To badly go where no publication has gone before in providing/stealing information, humour, and humanity about the Great Adventure, Aka HIV » parce que j’ai l’impression qu’il parle de lui même, mais si je devais choisir un seul article qui résumerait à peu près ce que contenaient les balls de ce magazine, ce serait celui sur le homemade kit pour s’auto-contaminer au VIH. C’est drôle, fun et les pédés français n’ont jamais eu cette auto-dérision sur la maladie.

SCUM BAG FAG MAG

Là encore, ce fanzine est à ranger dans la case « perversion post-moderne » de votre cerveau hétérosexuel. Scum Bag est spécialisé dans les excentricités comme le fist, les daddys, les backrooms, les glory holes – le numéro 14 s’intitule « HEART vs FIST ». J’ai une certaine affection pour ce mag, parce qu’il s’agit du premier fanzine gay que j’ai lu de ma vie et que de fait, il m’a profondément marqué. La charte graphique du mag est en plus hyper réussie, à base de collages stupides et d’illustrations.

FAG SCHOOL

Le nom est assez explcite : ça parle de l’école de pédés, soit, l’ensemble de la communauté. C’est (c’était ?) édité et rédigé par Brontez, l’un des mecs les plus influents de la scène gay de SF, qui interviewait des groupes queer et lesbiens et racontait ses « sexcapades » à un lectorat tout acquis à sa cause. Tout ça sur fond d’images sortant d’un photocopieur en panne et écrit dans le ton des meilleurs magazines punk queer 80s. Ce mag allait tellement loin dans le délire prescripteur-maître d’école qu’il y avait même des guides qui vous apprenait comment devenir « pas-à-pas un Go-Go Boi ».

OUTPUNK

C’est le fanzine qui a inspiré Wobensmith’s Outpunk Records, le label spécialisé dans les groupes punk queer. L’esthétique punk gay est poussée à l’extrême, et en le feuilletant on a vraiment l’impression que tous les membres de cette scène secrète s’inspiraient à la fois de Suicidal Tendencies et des Smiths (aussi bien dans la musique que dans la manière de porter les vestes en jean déchirées). À part ça, les rédacteurs parlaient des publications mainstream qu’ils exécraient, des pires groupes hétéro de la terre et de la différence entre le Queercore et le Heavy Metal. Le mag est mort en ’97, probablement pour ne pas vivre les horribles années 2000.

LITTLE CAESAR

Fanzine lancé par Dennis Cooper en 1976 et qu’il définie lui-même comme étant un « journal littéraire punk rock ». Dedans, il y avait de la poésie, des portfolios, des fictions et des fictions de fictions. En réalité, il s’agissait plus d’un magazine arty intellectualisant et réflexif (dans la lignée de ce qu’a fait Cooper par la suite) que d’un véritable fanzine. D’ailleurs, la volonté revendiquée par Little Caesar était de couper les ponts avec le délire stupide-lo-fi-agressif pour ne conserver du format fanzine que la liberté de dire ce que l’on veut sans risquer de se faire engueuler. C’est sans doute pour ça que Cooper ne parlait que de lui et de sa vie. Et le pire, c’est qu’il est difficile de lui en tenir rigueur ; Cooper est le genre de Uber-Mensch tout à fait capable de donner des boners mentaux à ses lecteurs juste en parlant de ses grands-parents et de pourquoi il préfère les pizzas au chorizo.

FANZINI

Fanzine au joli nom latin, ancêtre, influence majeure et fossile de la culture gay des années 1970. Le mag était produit avec trois bouts de ficelle par John Jack Baylin, et faisait figure de sommet de l’avant-garde avant que le punk vienne bousculer l’embryon d’édifice underground de l’époque, en 1976. C’est d’ailleurs l’année où le mag est mort. Dedans, il y avait des aussi des superpositions de dessins et des collages de John Dowd, qui récupérait des images des cartoons Disney, et qu’il mélangeait avec des photos obscènes – la plupart du temps, des hommes reconnaissables par leur épaisse moustache et leur combinaison de cuir. Les mecs de Butt revendiquent ouvertement l’influence de Fanzini dans leurs choix éditoriaux, leur ton, et leur passion pour les tissus ridicules.

BIMBOX

Bimbox est un exemple de ce que représentaient les « politiques radicales » dans les « cercles excentrés du pouvoir » à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Tout comme cette formulation pompeuse pouvait le laisser présager, il s’agissait en réalité de révéler à la population l’existence d’une communauté méconnue qui avaient des relations sexuelles avec d’autres gens du même sexe qu’elle, et de dire à quel point elle était contre TOUT, surtout la normalité. Pour montrer leur aversion pour tous les motifs de la société hétérosexuelle petite-bourgeoise, les mecs du mag passaient plus de temps à montrer des sexes en érection qu’à écrire des pamphlets en faveur de toutes les égalités. Il n’en demeure pas moins que leur conception extrême et manichéenne du monde (nous : gentils, eux : connards) les conduisait souvent à des prises de position fascisantes et peu envisageables : ils étaient pour un séparatisme total entre gays et hétéros. Un socialisme homosexuel. Dommage que ces rêves de Terre Promise aient été prématurément tués dans l’oeuf par la réalité lorsque leur deuxième numéro a été confisqué pour contenu pornographique à la douane US. »

 

FLORENT ROUTOULP

source: vice

 

11-12-13 mai 2012 : Salon du livre libertaire.
Espace d’animation des Blancs manteaux – Paris 11ème
http://salonlivrelibertaire.radio-libertaire.org/ sll 2012 petit

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha