Le projet de loi anti-squat soutenu par le gouvernement belge prévoit de pénaliser l’occupation d’un lieu sans droit ni titre, même s’il est à l’abandon.

La loi prévoit aussi la condamnation des squatteur-euses qui ne se plieraient pas à l’ordonnance d’expulsion. Autrement dit, ceux qui n’ont pas les moyens de se loger n’auront plus d’autre perspective que la rue ou la prison !

Précaires, réjouissez-vous : un toit aux frais du contribuable vous attend dans la chaleur réconfortantes des cellules, pour la modique somme de…votre liberté !

Les possibilités pour déloger les squatteurs s’élargissent donc, et se renforcent, tandis que l’on ne remet quasiment pas en cause les inoccupations des logements laissés à l’abandon, l’augmentation des loyers, les pratiques des propriétaires véreux tels que les marchands de sommeil…

A l’origine de ce projet abject : un fait divers ayant eu lieu à Gand, monté en épingle par les médias et les pouvoirs politique : une famille de Rroms à qui l’on a loué une maison habitée par un couple parti en voyage pendant deux mois.

L’instrumentalisation de cette histoire, plutôt que de dénoncer la manipulation exercée sur cette famille vulnérable, et de mettre les politiques face à leur responsabilités concernant une crise du logement qui n’a pas lieu d’être, victimise les propriétaires et diabolise la pratique du squat en général.

Une manière d’apporter de l’eau au moulin de la gentrification et de la criminalisation de la précarité. Alors que l’occupation d’un lieu habité est un cas très rare, on occulte un phénomène bien plus largement répandu : l’impossibilité de se loger dans un contexte où les loyers sont de plus en plus élevés alors même que le nombre de logements vides dépasse le nombre de sans-abris !

Apportez votre soutien en signant cette pétition, pour que ceux et celles qui ne peuvent pas se loger ne risquent pas en plus leur liberté en refusant tout simplement de vivre dans la rue !

Plus d’infos sur le site du collectif de mobilisation contre la loi anti-squat : https://squatbelgium.noblogs.org/
pour signé la pétition : www.change.org: non-à-la-loi-anti-squat-en-belgique

 

 

 

 

20170323_213748Ce 21 mars 2017, en cette fin de trêve de pseudo-trêve hivernale, a eu lieu pour la deuxième année consécutive la manifestation « Un logement pour toutes et tous » à Bruxelles. Cette manifestation autonome s’est déroulée dans une atmosphère conviviale et déterminée, sans être perturbée par la police. Tout au long du trajet, les murs tristes de la ville se sont vus recouvrir de messages en couleurs dénonçant l’austérité et la répression. Tandis que dans les rues résonnaient des chants et des slogans contre la loi anti-squat, pour la liberté de squatter, d’être et de circuler, au rythme d’une batoukada effrénnée. Au bout de deux heures de marche, la masse a prit d’assaut la rue godecharles, tandis qu’aux fenêtres d’un bâtiment se laissait échapper une fumée colorée et qu’une banderole au message « C’est vide donc j’occupe. Non à la loi anti-squat. Leek, dus ik kraak » s’est vue déployée. Après un moment de frénésie collective, le collectif PiratonsBxl invita la manifestation à les rejoindre à l’intérieur de cette nouvelle occupation, bâtiment qui comme des dizaines de milliers d’autres était laissé à l’abandon. Les nouveaux.elles résistant.e.s se retrouvèrent autour d’un chaleureux repas et d’un petit concert humoristique de George Le Pigeon – le squatteur énervé. Ensuite, une assemblée horizontale prit place pour discuter collectivement de ce qu’adviendrait du lieu. Beaucoup d’énergie et de motivation étaient présentes, les idées, projets et propositions fusaient de toute part. Très vite l’envie collective semblait s’orienter vers la création d’un Centre Social. Au fur et à mesure de la discussion cette envie devenait de plus en plus concrète, jusqu’à finir par être actée. Tout le monde s’organisait alors pour essayer de mettre en place une logistique d’occupation, de résistance et de survie pour l’organisation des prochains jours.
Dès le lendemain, une nouvelle assemblée plus décisionnelle et organisationnelle s’est tenue en soirée. Les occupant.e.s semblaient être une nouvelle fois sur la même longueur d’onde dans les grandes lignes et les premiers groupes de travail ont commencés à se former :

Un nouveau Centre Social Anarchiste a vu le jour à Bruxelles !

Parmi toutes les idées et envies partagées, certaines activités sont programmées d’autres sont encore en court de construction.

Voici les prochaines activités programmées au CSA :

Dimanche 26 mars 15h : Café Vie Privée à propos de la surveillance, des luttes et de l’anonymat.
Lundi 27 mars 19h : Soirée jeux de rôles et de société. (Amenez vos jeux ! )
Mercredi 29 mars 14h : Atelier d’initiation au cirque
Mercredi 29 mars 18h : Table d’hôte
Mercredi 29 mars 19h : Boxe Antifa
Vendredi 31 mars 19h : Coiffure
Dans ce qui est dans les projets en court de formation et qui demandent de l’aide et du soutien :

Garderie pour enfants
Ecole de devoirs
Atelier de soudure
Radio Pirate avec la Coordination des Sans-Papiers et le soutien de Radio Paniek
Journal du Centre Social Anarchiste
Activités en lien avec les personnes sans-papier
Salle informatique
Cryptoparty
Création d’une bibliothèque et d’un infokiosque
Ecrivain public : aider personnes avec et sans-papiers, épprouvant des difficultés dans l’administration.
Création d’un atelier d’art
Création d’un atelier d’une permanence construction
Et d’autres à venir !!!
Continuez de vous informez en venant sur place ou en nous contactant ! N’hésitez pas également si vous avez du soutien logistique à nous apporter, des choses à nous donner.

21-23 rue godecharles ixelles.

occuponsbxl@riseup.net, bientôt des outils de communication propre au Centre Social seront à disposition (adresse mail, blog)

 

15782609_249128555500758_1826432813_n

 

unnamedrrryy

———————————-Dimanche 8—————————–

Soirée cyclo-féministe en compagnie de La Velote:

18H: Projections:

Roue Libre de Lisa Mandray: Le collectif Fender Bender naît à Détroit en 2010 quand un groupe meufs/queer/trans passionné de vélo décide d’utiliser la mobilité durable comme moteur d’émancipation.

Ovarian Psychos de Joanna Sokolowski et Kate Trumbull-Lavalle (teaser du documentaire): Un collectif de latinas de Los-Angeles organise des Luna Rides. Une fois par mois, armées de leurs vélos, elles parcourent les rues de L.A. dominées par les hommes, les riches, les blanc.he.s, les moteurs…

et d’autres courts! sélection en cours!

19H: Discussion et table d’hôte:

Présentation des formations La Velote (mécanique vélo en mixité choisie, meufs, gouines trans) et discussion autour du vélo comme outil de lutte féministe.

Prochaines sessions de formation La Velote les 15 et 22 Janvier: https://bxl.indymedia.org/spip.php?article12848

———————————-Dimanche 29—————————-—-

Permanence coiffure:

Dès 14H! Coupes, colorations, tirage de carte et autres surprises. Toujours à prix libre. Viens avec tes cheveux et sans ton chien!

Tes cheveux ne peuvent pas attendre le 29 Janvier, ne t’inquiète pas! Nous serons au Barlok (54 avenue du port) le 31 Décembre, dès 19H, pour pumper tes hair! La Sale Coiff’ mobile à votre service!

 

12711317_1687967744784281_5038281211750732720_o

! APPEL A MANIFESTER LE 21 MARS !

A Bruxelles, il y a plus de 15.000 logements vides pour 5.000 SDF . En Wallonie, la situation n’est guère meilleure, il y aurait plus de 30.000 logements vides pour 8.000 SDF. Pourtant chaque année des gens meurent de froid dans la rue. Des milliers d’autres gens vivent dans des taudis minuscules aux loyers élevés. Nombre de locataires consacrent la plus grande partie de leur revenus à leurs loyers, d’autres n’ont tout simplement plus la possibilité de les payer et se retrouvent face à des menaces d’expulsions ne pouvant faire qu’empirer leur situation.

Les expulsions de locataires et de squatteur.euse.s s’enchaînent et ce particulièrement à partir du printemps et de la fin de la trêve hivernale dans les sociétés de logements sociaux. Pendant ce temps, nombre de riches propriétaires voient leurs portefeuilles s’engraisser grâce à la spéculation immobilière. Cette spéculation a pour conséquence l’abandon de nombreux logements permettant de rendre virtuellement l’offre moins importante que la demande ce qui fait bien entendu augmenter les loyers déjà très élevés.

Face à cette situation intolérable, la réponse de l’État reste toujours la même : des pouvoirs publics incompétents, le contrôle et bien entendu la répression. Les procédures d’expulsions sont de plus en plus souvent expéditives. Le CD&V a même déposé un projet de loi afin de punir d’emprisonnement le fait de squatter, ce qui revient une fois de plus à criminaliser les pauvres.

Nous ne nous laisserons pas faire !
Nous ne nous laisserons pas intimider par la répression !
Organisons-nous collectivement pour rendre difficile ces expulsions comme cela se fait déjà dans d’autres villes d’Europe. Contre la hausse des loyers et la spéculation immobilière !
Pour la réappropriation et non la détérioration des biens immobiliers ! Occupons les logements vides ! Défendons ces occupations ! Un toit pour toute et pour tous !

C’est pour défendre ces revendications que nous appelons à manifester en cette date symbolique du début du printemps et du début des expulsions de locataires de logements sociaux ce 21 mars 2016 à 17H à Porte de Namur, Bruxelles !

Nous contacter : collectif piratonsbxl à l’ email : occuponsbxl@riseup.net

Nous appelons aussi à une assemblée générale sur le sujet le 14/03, les infos suiveront.

Plus d’infos sur piratonsbxl.noblogs.org

 

http://piratonsbxl.noblogs.org/
Nouveau blog de notre collectif piratonsbxl en maintenance nouvelles infos, vidéo, articles, programme et plan d’actions à venir !

WWL

 

 

 

Ce 21 Janvier la commune d’Anderlecht a fait expulsé des squatteurs des 7-9 avenue des droits de l’homme dans le quartier de la roue sur base d’un faux constat d’insalubrité… Les squatteurs ont donc décidé d’occupé la commune

 
Dijon: occupation du Grand-Dijon en soutien à la Cyprine et au quartier des Lentillères
2015-08-28_Dijon_occupgranddijon

Lu sur [Squat!net] : « Ce matin, à 1Oh, une soixantaine de personnes ont occupé l’intérieur des locaux du Grand-Dijon avec sifflets, cotillons et confettis pour protester contre les menaces d’expulsion du squat féministe « La
Cyprine » dans le quartier des Lentillères. Des tracts ont été diffusés dans les bureaux des employés, des adjoints et du maire. Au bout d’un moment, la police municipale a sorti les manifestant-e-s, occupé-e-s à chanter dans le hall, en les aspergeant de gaz lacrymogène, inondant du même coup les locaux.
Lire la suite ici

 

 

© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha