biennale
69ème Biennale Naturiste du Fanzine
posté le 7 juin 2013  par Fanzinorama

vendredi 21 juin 2013 à 18h00
lieu : Bunker Ciné Théâtre
adresse : 66A rue des plantes, Bruxelles – http://bunker-cine-theatre.wifeo

bunker

21/22/23 juin 2013
69ème Biennale Naturiste du Fanzine

Pour la quatrième année le Bunker Ciné Théâtre et la rue des plantes accueilleront dessinateurs, micro
éditeurs et public autour du fanzine, du DIY, de la liberté de ton et de l’expérimentation.
>>>
Vendredi 21 juin

>18h00 : Vernissage de Camille Déjoué – (Paris)
http://camilledejoue.blogspot.be/

> 20h00 : Petite Sauterie d’ouverture (paf : 5 euros)

MINI CINEMAPPENING SUPER8 NATURISTE – Bruxelles
De la poésie didactique à l’usage des sauvageonnes
et sauvageons.

WAPPPETONA- Bruxelles
Wappp Wappp Be do Wappp avec du scratch
http://www.reverbnation.com/wapppetona

OUISTITI GLACE (Marseille)
Ouistiti Glace est deux femmes à barbes multipliées
par le chant du matériel Play-school et le savoir faire
traditionnel bruitiste.
www.roure.be / Rubrique Ouistiti Glace
https://vimeo.com/65505090

missiles

MISSILES OF OCTOBER – (Bruxelles)
Avec Bob Seytor (from Rotyes, ex-Contingent ,
Walpurgis), Mathias Salas (Rotyes, Frau Blücher and
the drünken horses, ex-Galvanize), Lionel Beyet
([P.U.T], ex-Monster Eaters…)
http://missilesofoctober.bandcamp.com/
https://www.facebook.com/pages/Missiles-
of-October/342925235719273 ?fref=ts

> Samedi 22 juin // Salon // Bunker // Entrée libre

De 11h00 à 19h00 :
Stands, Rencontre entre auteurs, dessinateurs et
public et animations !

Durant le weekend, des animations se succèderont comme l’édition en live d’un fanzine collectif (réalisé le samedi, et distribué le dimanche), la réalisation d’une fresque live, de la sérigraphie sur place et à emporter, la remise des prix aléatoires du fanzine…

> Les artistes, fanzines et collectifs présents :

Anef, Atelier 24, Bocal, Caca nerveux, Cagibi, Cheval de 4, La Commissure, Coyote Noir, Crypte Tonique, De Zeehound, Editions Douteuses, Editions du Monstre, Editions du Spades, Et ta sœur !, Finkit, Gaetanos le Ringardos, La Gazette du Rock, Habeas Corpus, Höla, Horreur Malheur, Hypnotisme, Indekeuken, Jacqueline, Je Deteste, Jukebox, Kronik, Micrôlab, Minette, La Petite frappe Pili-pili, Joe Pinelli , Pull de Cheval, RAV, Rez de chaussée des USA, Salade de Frites, Sarah Louise Barbet ,Sardine Animal, La Science infuse, Spl’Art, Steak Tartare, Suicide Monkey, Tête à Tête, Udoduf, Ukuléléditions, La voie du maître de l’absurde, Witko, Zebra…

Une organisation du Bunker Ciné-Théâtre/ fanzinorama.be

www.fanzinorama.be
lapetitefanzinothequebelge@gmail.com

Bunker Ciné-Théâtre : 66a rue des plantes, 1210 Bruxelles.
TAG : Passage Charles Rogier, 1210 Bruxelles

Tout sur le fanzine et l’événement : www.fanzinorama.be
Plus d’info : http://bunker-cine-theatre.wifeo.com/

avec le soutien de de la Fédération Wallonie Bruxelles, de la Cocof, de la T.A.G , du CHAB et de tous les bénévoles.

Juin 052013
 

queerattack1

← Vos normes sont trop étroites pour imaginer nos réalités

queerattack2

Par   La taille full-size est de 2398 × 3498 pixels
La Fanzinothèque toulousaine! Des affiches et des zines faits par des meufs, des gouines, des trans et des pédés.

http://hehozines.wordpress.com/2013/01/04/vos-normes-sont-trop-etroites-pour-imaginer-nos-realites/queerattack2/

 

Seasick 6 (surf sans soleil)
Frustros (expé punk)
Dures et Gay(punk pédé)
Infidel Castra (diva électro pédale)
samedi 25 mai, 20h au Transfo/Bagnolet

> http://transfo.squat.net/2013/05/15/festival-bambamzines/
>
> > Du vendredi 24 au dimanche 26 mai: Festival BamBamZines
>
> BamBamZines est un festival de fanzines organisé autour de la culture
> DIY.
> http://bambamzines.wordpress.com/
>
> C’est une rencontre pour apprendre à faire des fanzines, connaître des
> gens qui en font ou en ont fait, pour fabriquer des beaux trucs qui nous
> plaisent avec peu de moyens, partager des savoirs techniques, graphiques
> et artisanaux, en utilisant un maximum de matériel récupéré, hors d’une
> logique de profit. C’est aussi l’occasion de s’amuser, de partager, de
> débattre.
>
> Fuyons les rapports marchands ! Le temps passé à faire le ménage ou
> l’installation électrique est tout aussi nécessaire que celui passé à
> éplucher des légumes ou à imprimer des affiches, il n’est pas plus
> quantifiable en termes d’argent que celui qu’on passe à faire des
> fanzines, c’est pour ça qu’au Transfo et pendant le BamBamZines tout est
> gratuit ou à prix libre.
>
> Venez donc vous joindre à nous et (re)trouver l’esprit du « Do It
> Yourself » : à savoir « Fais-le Toi Même », pour toi, pour les autres,
> avec les autres !
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> VENDREDI 24 MAI
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> A partir de 17h : Présentation des personnes ou collectifs qui font des
> fanzines ainsi que des distros.
>
> 19h30 : Apéro et bouffe végé
>
> de 21h30 à 2h : Boum avec DJ Fox et DJ Maïc Batmane
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> SAMEDI 25 MAI
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> A partir de 11h : Ateliers Sérigraphie, typographie, reliure, gravure
> (sur plâtre, lino, bois) et tampons, pliage, pochoirs, graf et collage,
> etc….
> Chacun-e ramène le matériel qu’il peut mettre à disposition, ainsi
> qu’un maximum de matière, des textes qu’il-elle a écrit et qu’il-elle
> voudrait mettre en forme, des dessins, des idées de pochoirs……
>
> 17h : Discussion « DIY, contre-culture et subversion. »
> Quelle place aujourd’hui pour le DIY (Do It Yourself) ? Le DIY est il
> encore une démarche politique permettant l’autonomie, l’autogestion et
> la subversion ? Ou bien n’est-il plus maintenant qu’une “valeur ajoutée”
> dans une société capitaliste qui nous enjoint à être (auto-)productif, à
> être notre “propre patron” ?
>
> 20h : Concert (prix libre en soutien à l’organisation de ces 3 jours de
> festival)
> avec Seasick 6 (surf sans soleil), Frustros (expé punk), Dures et Gay
> (punk pédé), et Infidel Castra (diva électro pédale)
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> DIMANCHE 26 MAI
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> A partir de 11h : Ateliers (les mêmes que samedi)
>
> A partir de 12h : Stands et tables de presse
> Nous vous proposons d’installer tous les fanzines, les gravures, les
> sérigraphies, etc. fabriqués durant le week-end ou d’avant pour les
> échanger ou les vendre à prix libre à qui le souhaite.
>
> A 14h : Projection de « Noise & Resistance – Voices from the DIY
> Underground » (Allemagne, 2011, 1h30)
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> BOUFFE, ETC.
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> Il y aura de quoi manger à prix libre pendant le festival.
> Nous invitons aussi tou-te-s ceux et celles qui ne pourront pas
> cuisiner avec nous d’amener un plat à partager. Si vous voulez filer un
> coup de main pour les récup’ ou la préparation, envoyez nous un mail à
> bambamzines@riseup.net avec comme objet [bouffe].
>
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
> LE TRANSFO
> //////////////////////////////
//////////////////////////////////////////////
>
> Le Transfo, c’est quatre bâtiments squattés depuis novembre 2012. Ce
> lieu d’un hectare qui appartient à EDF est vide depuis plusieurs années.
> EDF est une sale entreprise qui rackette chaque foyer en vendant de
> l’énergie nucléaire qui nous empoisonne la vie. Elle spécule aussi sur
> l’immobilier.
> Face à cette logique du fric, nous investissons collectivement ce lieu
> sur des bases non
> marchandes. Il y a un bâtiment d’habitation autonome (c’est déjà
> complet!) occupé par un collectif
> d’habitant-e-s.
> Trois bâtiments sont dédiés à des activités collectives inscrites dans
> la lutte, la gratuité et l’ouverture. Il y a une salle de concert, une
> salle de réunion, un espace enfant, un espace peinture et banderoles,
> une cantine et un ciné tournés vers les habitant-e-s du quartier, un
> labo photo, un infokiosque, une bibliothèque technique, un atelier de
> métallerie, un magasin gratuit….
> Nous invitons les collectifs et toutes personnes à découvrir, à
> participer aux différentes activités déjà vivantes, à venir proposer
> leurs envies, à faire vivre ces lieux dans la gratuité, le partage des
> pratiques et des connaissances, de discuter des questions juridiques
> relatives au lieu. Ces mots ne prennent sens que dans des pratiques
> ancrées dans une lutte contre l’État, le système capitaliste, le
> sexisme, le racisme et toutes les formes de domination. Ce lieu est
> grand, il y a de la place pour les initiatives, projets et envies.
> C’est ouvert et plein de potentiel, alors venez !
> Une assemblée a lieu tous les dimanches à 14h au Transfo.
>
> le Transfo
> 57, av. de la République – Bagnolet – m° Gallieni ou Robespierre
> http://transfo.squat.net/
> transfo@squat.net

>
> S Q U A T S – F R – D I F F U S I O N
> https://lists.squat.net/mailman/listinfo/squats-fr-diffusion
> Liste francophone de diffusion d’infos relatives aux squats
> Hébergée par squat!net – http://squat.nethttps://squat.net

 

FANZINE n°1

La Licorne a le grand plaisir de vous présenter le premier numéro de son fanzine féministe et radicool!

[!!! CLIQUEZ ICI POUR LE TELECHARGER !!!]

Au programme, plus de quarante pages de créations déviantes: articles, dessins, poèmes, collages, chansons, photos…

Vous y trouverez des écrits autour de différents thèmes qui nous touchent (la non-mixité, les normes esthétiques, les conceptions biologisantes des corps et de la famille, le machisme dans les milieux alternatifs…), des retours sur nos actions (contre-manif’, zaps, manif’ du 25 novembre…),  des clins d’oeil à celle-ux qui nous inspirent, une reprise féministe de George Brassens, de belles banderoles, et même… des licornes à colorier!

N’hésitez pas à le faire tourner!

 

Dans le cadre de la Carte blanche à indekeuken à la BeauHaus, nous vous préparons un chaud week-end.

HERotics (women only, les hommes au placard!) ¬ 09/03 ¬ 15:00
(oui oui, c’est juste pour les filles)

Erosmose ¬ 10/03 ¬ 19:00 | exceptionnellement @ La Gougoutte ¬ 135 Av. de l’Hippodrome, 1050 Bruxelles
(oui oui, ce sera de la poésie)

@ BeauHaus
5 Boulevard Barthélémy – 1000 Bruxelles

————–
Et ensuite:

16 & 17/03/2013 ¬ workshop

Création collective de fanzine

Nous vous proposons 2 après-midis de collages, écriture, cut-ups, dessins, etc. pour produire un fanzine édité par indekeuken.
Nous mettrons à disposition de la matière première, mais n’hésitez pas à amener votre trousse et vos vieux magazines.

Nombre de places limité, réservez sans plus attendre en écrivant à contact@indekeuken.org en spécifiant le/les jours que vous choisissez.
Samedi et dimanche de 14:00 à 18:00


23/03/2013 ¬ Bonheur

Performances & lecture

Soirée de performances & lecture en avant-goût de la prochaine revue bâtarde sur le bonheur
Avec Sixtine Jacquard
, Antigone Mihalakopoulou & Cécile Richard

-- 
in de keuken asbl

+32 (0)2 850 44 45
http://www.indekeuken.org
 

intro:

Cette brochure est l’occasion de partager les outils fournis un courant de
la géographie critique qui se fait de nouveau entendre. Nous avons
effectué des coupes, les articles sont disponibles dans leur intégralité
sur internet.
Ces travaux nous invitent à reconsidérer les rapports de classes: illusion
de la disparition des classes ouvrières dans les pays «dominants», essor
d’une classe ouvrière industrielle dans les pays «dominés» et émergents,
apparition d’une nouvelle classe intermédiaire (la petite bourgeoisie
intellectuelle), dissimulation des conflits de classes grâce à une
approche raciste. Cette recomposition des rapports de classes n’est pas
nouvelle, elle est ici mise à jour de façon explicite.
Un certain vocabulaire présent dans les textes, tel que «répartition des
richesses», «égalité», «autogestion», etc. mériterait d’être clairement
défini. Ce langage révèle des positions citoyennistes et réformistes qui
ne nous satisfont pas. « Répartition des richesses » ? Quelles richesses?
Par qui? Pour qui? « Autogestion »? De quoi? De notre misère, du monde
fantastique dans lequel nous vivons?
La notion de droit nous pose également problème, nous ne pouvons la faire
nôtre. Elle sous-entend une autorité garante de ce droit, ce qui est en
contradiction avec la volonté d’abolir les dominations. Plutôt que «droit
à la ville», nous disons: prendre la ville.
La question des moyens de s’approprier la ville est à peine évoquée.
Jean-Pierre Garnier pose la question inéluctable de la violence. Violence
par laquelle le capitalisme étend et protège sa domination. Violence par
laquelle nous prendrons la ville?
Si nous voulons détruire le capitalisme et toutes les dominations, il nous
faut détruire les moyens de leur re-production. Il est impossible de
s’approprier la ville telle qu’elle est, conçue pour re-produire le
capital et les dominations. Pour enrayer les comportements induits par
l’espace capitaliste, sa destruction est nécessaire.
Ce qui nous a paru pertinent, c’est de montrer que l’aménagement du
territoire et de l’urbanisation sont des éléments moteurs du capitalisme.
Cet aménagement du territoire n’est pas une conséquence du capitalisme
mais bien une condition de sa re-production, le capitalisme est en soi une
logique spatiale. Et ce n’est pas un hasard si de nombreuses luttes
concernent des territoires et leurs aménagements (la métropolisation), au
Val de Susa et à Notre-Dame-Des-Landes par exemple.
Se battre contre cet aménagement que nous subissons au quotidien, c’est
donc se battre directement contre le capitalisme et sa re-production.
Ainsi des luttes dont les enjeux pourraient paraître locaux, portent une
critique en acte bien plus vaste.
Et les cibles ne manquent pas. Partout les villes sont en chantier. Entre
les métropoles, les territoires sont éventrés par la circulation des flux
(marchandises, travailleurs, capitaux,…). De par son hégémonie et son
omniprésence, le capitalisme nous offre une infinité d’angles d’attaque.
Tant que ces analyses restent dans le champ universitaire et théorique,
elles ne transforment pas le réel dans une optique révolutionnaire, voire
même elles servent à la re-production du système. Emparons-nous de ces
analyses pour «prendre la ville».

sommaire:
-capitalisme et urbanisation, David Harvey
-David Harvey et le matérialisme historico-géographique, Anne Clerval
-La lutte des classes dans l’espace urbain, interwiev de Anne Clerval
-Voies et moyens pour le retour d’une pensée critique « radicale » de
l’urbain, Jean-Pierre Garnier

téléchargeable sur http://hbasseintensite.internetdown.org

 

drunkendumbshow:

eekum seekum in LIFE FAIL THREE.

LIFE FAIL THREE IS OUT! I really encourage everyone interested in halifax punk to try & grab a copy of this. it’s full of information about a lot of amazing bands & pretty much every interview is interesting & echoes the sentiment that halifax punk is hard as fuck, unique & thriving right now.
my favourite aspect is the punk rock family band tree, even though it’s missing bands it’s a really neat idea & something I’d love to see added onto in the future for curiosity’s sake.
it also comes with a tape of all the bands. 14 tracks of nova scotia punk trash!

1. abject pax – weakness (live)
2. absolute hell – evisceration
3. blight – bagram (cheap nostalgia)
4. concrete asylum – concrete asylum
5. eekum seekum – pink dollar$
6. mean mug – I’ve been walking
7. napalm raid – essence of war
8. negative circles – eye contact
9. prmtv ccmltn – sabotage.domination
10. root rot – end of living
11. silent order – forward to death
12. slumlord – reverse gentrification (live)
13. vixens – hatefuck
14. word on the street – cut to the chase

get a copy by contacting rosie davis @ lifefailzine.tumblr.com or
rosie davis
5653 cornwallis st.
hfx, ns
b3k 1b6
canada

you can also view the entire zine online by clicking here.
ps: the end part about seceding northern maine to canada is a joke on how it’d be a lot easier to travel to hali if new brunswick didn’t exist.

 

*La toute jeune revue bâtarde s’était attaquée
à la démocratie lors de son premier numéro et, fort heureuse du
résultat, vous propose de poursuivre avec elle son entreprise de mise à
nu des lieux communs étalés à la sauce néolibérale et spectaculaire dans
nos quotidiens.*

*revue bâtarde #2:* Le bonheur*
Envoi des propositions: 31 janvier*

arc-en-ciel: appel à contribution ‘Le bonheur’

*Questionner le bonheur relève *pour nous*d’un triple défi:*

*1. interroger ce qui fait que – pour la plupart de nous et la majorité
du temps – nous ne sommes pas heureux
2. s’essayer à une réponse positive malgré tout
3. envisager le bonheur sous son aspect idéologique… *

**

*Nous persistons également dans notre volonté de *confronter et de
mélanger formes et médiums de manière non-hiérarchique*et ainsi de les
faire vivre par les relations qui se créent. La seule *contrainte
pratique*reste celle du *support*(papier) et d’une certaine *économie
des moyens*. Au-delà de cette contrainte matérielle, *toute forme est la
bienvenue*(pamphlet, poésie, photo, dessin, essai, nouvelle, collage,
peinture, gravure, caricature, slogan, maxime…). Même les médiums à
priori moins propices à l’édition papier tels la vidéo, la performance,
la sculpture, la danse… sont les bienvenus. Nous veillerons à leur
trouver une traduction/interprétation graphique appropriée,
traduction/interprétation que vous pouvez évidemment aussi vous-mêmes
esquisser ou établir.*

**

*Notre travail, outre l’aspect éditorial, consistera à trouver une
*forme pertinente*, à même à servir de véhicule aux contributions, mais
également à les interroger et les accompagner par les moyens inhérents à
l’édition papier. Évidemment vous pouvez accompagner votre contribution
d’une série d’instructions/exigences qu’il est important de nous
transmettre clairement, mais au-delà de celles-ci nous voulons avoir les
mains libres en ce qui est du traitement graphique. Il est possible que
nous ne retenions pas l’une ou l’autre proposition, ce refus sera
uniquement motivé par le fait que ladite proposition sera en opposition
trop nette avec notre philosophie éditoriale, soit concernant sa forme,
soit concernant son fond, soit concernant les deux. *

**

_*En pratique:*_

*

*Envoyez vos propositions avant le *31 janvier*(nous visons une
finalisation pour avril 2013).*

**

*

*Lors de l’envoi de fichiers, privilégiez des *formats stables*,
qui ne risquent pas de bouger à l’ouverture (pdf, tif, jpg, etc.)*

*

*L’impression se fera sans doute en noir & blanc, le format reste
à préciser.*

**

**

*N’hésitez surtout pas à faire suivre cet appel aux personnes dont vous
pensez qu’elles seraient potentiellement intéressées.
N’hésitez pas non plus à nous poser toutes les questions qui vous
passeraient par la tête.*

**

*Un grand merci d’avance à ceux et celles qui répondront à notre appel.
*

*Andreas
(pour le comité central)*

in de keuken asbl

+32 (0)2 850 44 45
http://www.indekeuken.org

 

sur : squat.net

Préface de la brochure «La résistance aux expulsions – Australie 1929-1936»

La résistance aux expulsions, Australie 1929-1936

La crise économique des années 1930 a vu des dizaines de milliers d’Australien-ne-s perdre leur domicile, expulsé-e-s pour n’avoir pas pu se conformer suffisamment correctement au droit de propriété. Mais ces expulsions ne se sont pas déroulées sans opposition. A travers l’Australie, des piquets, des occupations de bâtiments et des manifestations ont été organisés pour perturber et empêcher la bonne marche des expulsions et des ventes aux enchères. Et quand cela ne suffisait pas, les actions directes se sont multipliées contre les propriétaires, les agences immobilières et l’Etat.

Cette brochure dresse une chronologie non-exhaustive des actions menées pendant la période agitée de 1929-1936. [la suite…]

 

Le Monde Libertaire # 1689 du 29 Novembre au 5 Décembre 2012


Actualité
Mis en ligne par libertad,

Les rats sortent des égouts

L’actualité toute chaude du mariage entre individus du même sexe nous donne l’occasion de voir resurgir de la fange tout un tas d’infects calotins.

L’on peut toujours douter du bien-fondé du mariage. Qu’il soit homosexuel ou hétérosexuel, ce n’est ni plus ni moins qu’un acte officiel signé devant les représentants de l’État, une légalisation souvent d’un état de fait et surtout à mille lieues de la libre association des individus entre eux à laquelle plus d’un libertaire est farouchement attaché. Mais, après tout le combat antimariage est loin d’être notre priorité. Alors, pour ceux aiment les dragées, les jarretières et les fins de banquet, pourquoi pas.
L’actualité toute chaude de la sans doute prochaine autorisation du mariage entre individus du même sexe, nous donne l’occasion, et on n’en avait vraiment pas besoin, de voir resurgir de la fange tout un tas d’associations, de ligues, de cliques, d’amicales, que sais-je, ultracatholiques à forts relents homophobes. Il n’est qu’à voir les événements du 18 novembre dernier pour en juger. Cette fois ci, c’est Civitas qui s’y colle. Ça nous change de SOS tout petits, devant les maternités pour tenter d’empêcher les IVG.
L’institut Civitas est un mouvement politique inspiré par le droit naturel et la doctrine sociale de l’Église et regroupant des laïcs catholiques engagés dans l’instauration de la royauté sociale du Christ sur les nations et les peuples en général, sur la France et les Français en particulier, on voit le genre. Un festival de saveurs ! Alors une petite manif antipédé le dimanche ça fait prendre l’air aux gosses. Ces gens-là eurent sans doute été mieux inspirés de s’occuper de leur propres affaires, plutôt que de venir renifler l’odeur du pavé. C’était compter sans les désormais célèbres Femen qui ont eu l’idée saugrenue de venir semer un peu une pagaille rigolarde dans cette prude assemblée vraisemblablement peu habituée à ce genre de provocation.
Quelle provocation en effet pour ces femmes que de se pointer le torse nu recouvert de slogans antipatriarcaux. Les Mujeres libres n’ont pas cru bon de jeter leur soutien-gorge aux orties pour combattre le fascisme. Elles avaient d’autres armes et bien plus efficaces ! Et pourtant l’on peut s’autoriser à penser que d’écrire « Françaises déshabillez-vous ! » sur ses seins relève plus de l’injonction que de l’avancée des propositions féministes. On conçoit mal en effet comment ces femmes aux formes normées, épilées, rasées, minces puissent longtemps échapper aux hordes de photographes ou de cameramen parce que le cul, ben oui, ça fait de l’image au 20 Heures et ça fait vendre du papier. Revendiquer vouloir faire une « armée de soldates aux seins nus » contre le patriarcat ça fait un peu louche. Reprendre les codes pornos et se dénuder pour dénoncer les violences sexuelles ne peut que produire davantage de haine sexiste.
Mais surtout pas devant les enfants ! C’est le prétexte invoqué qui a servi de détonateur aux violences auxquelles se sont une fois de plus livrés les nazillons du GUD. Civitas a lâché les chiens et ils s’en sont donné à cœur joie. Ces bas-de-plafond attirés par l’odeur, toutes rangers dehors, ont terrorisé les quelques militantes Femen. Et la violence, ils connaissent. Ils ne connaissent d’ailleurs que ça. Et se faire une petite journaliste au passage, ça n’a non plus jamais fait de mal à personne. C’est leur dessert, la cerise sur le gâteau comme on dit. Caroline Fourest, qui y a laissé une dent, témoignera le lendemain avoir été passée à tabac deux fois par ces commandos de crânes rasés suant la haine et bavant la crainte.
Alors tout ça pour ça ? Pas si évident. Le mariage homosexuel n’est qu’un prétexte. Ces sinistres bisounours sont et seront toujours à l’affût de la moindre avancée sociétale pour mieux lui briser les reins. Les traditionalistes cathos du calibre Civitas ne sont pas une déviance mal digérée d’une religion dominante, mais bel et bien une émanation un peu plus perverse que les autres. Le seul fait qu’elle soit défendue militairement par les crypto-nazis doit nous en convaincre.
© 2012 QueerPunxBelgium Suffusion theme by Sayontan Sinha